Centrafrique : les soldats Bengué transforment tout un quartier en un champs de tirs d’armes à cause d’un phone

0
75
CENTRAFRIQUE : Á CAUSE D’UN TÉLÉPHONE VOLÉ PAR LEUR BEAU-FRÈRE, LES DEUX FRÈRES SOLDATS FACA BENGUÉ JOHN ET BENGUÉ BARTHEZ TRANSFORMENT LE QUARTIER KPÈTÈNÈ 1 EN UN CHANT DE TIR LA NUIT TOMBANTE
Le quartier Kpètènè 1 du chef Odranzoyen Sylvain a vécu dans la peur bleue hier mardi 19 avril soir entre 18h et 19h, à cause des tirs d’armes nourris faits par les soldats Bengué John et Bengué Barthez, pour des broutilles.
Les deux éléments FACA voulaient ainsi intimider ceux qui se moquaient de leur beau-frère Bitigalama Freddy alias Didi, le mari de leur sœur Bengué Delphie, qui a volé et vendu le téléphone de son frère Bitigalama Gaël. Ce dernier, ayant constaté la disparition de son téléphone, a été patient pour appeler sur le numéro de son téléphone.
Coup de chance, quelqu’un lui répond que c’est lui désormais le propriétaire du téléphone avec la puce que lui a vendus le nommé Freddy Bitigalama alias Didi. Gaël s’énerve et fait des remontrances à son frère le voleur. Mais ce reproche suivi de disputes entre frères de même sang ne plait pas à Delphie Bengué, la femme du voleur du téléphone, laquelle a cru devoir faire appel à ses frères soldats Bengué John et Barthez pour aller taper la victime du vol.
Répondant à l’appel de leur sœur et n’ayant pas trouvé la personne victime de vol, les deux soldats FACA ont fait des tirs d’arme, comme pour dire aux gens de laisser leur beau-frère Didi voler son frère.
Il a fallu l’intervention du chef Sylvain Odranzoyen pour que les deux frères soldats FACA Bengué quittent les lieux pour rentrer chez eux au quartier Gbakondja dans le 5è arrondissement, toute honte bue.
Est-ce là le comportement attendu de nos soldats? Les armes et leurs munitions doivent-elles être utilisées de cette manière ?
Y avait-il vraiment matière à se bagarrer et/ou à utiliser des armes pour calmer deux frères qui se disputent un appareil téléphonique ?
Les soldats Bengué John et Bengué Barthez ont déjà mis hors d’état de nuire combien de rebelles CPC, UPC, MPC, 35 et autres ? Ils sont reconnus pour quels actes de bravoure ? Pourquoi ne demandent-ils pas à être affectés au village Gbokolobo pour tuer ou arrêter Ali Darass ?
Depuis hier soir, cet évènement fait l’objet de tous les commentaires critiques dans tout Kpètènè et une bonne partie des populations des 6è et 3è arrondissements qui critiquent, dénoncent et condamnent les deux soldats qui font la honte de l’armée.
On attend la réaction de l’état-major face à ces brebis galeuses.
Source: Médias Plus N°2772 du Mercredi 20 Avril 2022

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here