CENTRAFRIQUE: LES RIDICULES ET MINABLES MONTANTS DES CONTRIBUTIONS FINANCIÈRES DES MINISTRES ET DÉPUTÉS Á LA LUTTE CONTRE LE CORONAVIRUS EN RCA

0
284

CENTRAFRIQUE: LES RIDICULES ET MINABLES MONTANTS DES CONTRIBUTIONS FINANCIÈRES DES MINISTRES ET DÉPUTÉS Á LA LUTTE CONTRE LE CORONAVIRUS EN RCA
Par Jean Bedel Dingua-Kpilè

Huit (8 millions) de Franc CFA seulement donnés par 140 députés au ministère de la Santé pour l’achat des médicaments, des matériels et produits médicaux (masques, casques, blouses, combinaisons, gants, etc.), le paiement des tests à l’Institut Pasteur de Bangui dont les coûts des prestations sont les plus chers des laboratoires de la République centrafricaine, ainsi que pour les activités de dépistage, d’isolement, de traitement et de suivi des personnes atteintes du covid-19, mais aussi de recherches des contacts des personnes contaminées, autant que d’information, d’éducation et de sensibilisation du public autour de ce fléau devenu l’élément public numéro 1 en République centrafricaine, voilà qui fait sourire et énerver. Et les ministres membres du gouvernement ont donné chacun cinq cent mille francs (500.000F) CFA par personne, une bonne fois pour toute.
Ces montants dérisoires et ridicules font sourire parce que cela confirme dans l’opinion le faible niveau intellectuel et l’indifférence des députés et des ministres face aux graves crises qui secouent le pays depuis qu’ils sont aux affaires. En contribuant chaque député à hauteur de 57.145 F (CINQUANTE SEPT MILLE CENT QUARANTE CINQ FRANCS) CFA seulement soit environ 87 euros par député, et 500.00 F CFA soit environ 760 euros par membre du gouvernement, les ministres et députés centrafricains montrent simplement qu’ils s’en foutent du coronavirus, que la santé de la population qu’ils sont censés servir ou représenter à l’Assemblée nationale, selon, ne les préoccupe pas, que la vie des Centrafricains est le cadet de leurs soucis. Cela est scandaleux.
Cela est d’autant vrai que j’ai entendu le week-end dernier des députés rassemblés autour de leur sport préféré à savoir la consommation de l’alcool, dire que « cette histoire du coronavirus est un faux problème, que le virus ne concerne que les gens de Bangui, que ceux des provinces ne peuvent pas attraper une telle maladie » (sic), etc. J’allais tomber des nues.
Une prise de position qui conforte la position de ceux qui estiment qu’il faut rehausser le niveau de prestation des députés à l’Assemblée nationale en exigeant aux candidats à la députation un minimum de diplôme équivalent au baccalauréat. On sait comment la majorité (pour ne pas dire la quasi totalité) des députés composant l’actuelle législature avait farouchement combattu et rejeté ce critère de niveau d’études que le gouvernement avait introduit dans le projet de loi portant Code électoral adopté en 2019.
Le chétif montant de 8 millions donné par 140 députés pour la lutte contre le coronavirus une seule fois, énerve tous ceux qui savent qu’un député qui n’a aucune responsabilité dans le bureau de l’Assemblée nationale et les Commissions parlementaires permanentes perçoit par mois deux (2) millions de F CFA, si on y ajoute les frais de restitution des travaux parlementaires dont le montant est de six cent mille francs (600.000 F) CFA par mois.
L’affaire du coronavirus aurait dû être l’occasion en or pour les députés qui sont issus directement du peuple, de prouver aux yeux du monde et surtout de leurs électeurs leur amour du peuple centrafricain dont ils sont les représentants à l’Assemblée nationale. Des députés patriotes, nationalistes et humains auraient dû sacrifier même un mois de salaire seulement pour sauver le peuple de la terrible maladie à coronavirus. Malheureusement, ils viennent de prouver une fois de plus que la vie des Centrafricains est le cadet de leurs soucis.
Si on avait demandé la contribution des ministres et députés pour acheter des boissons alcoolisées et préparer des repas pour les obsèques et les cérémonies de retrait de deuils des Centrafricains victimes du coronavirus, ils allaient à coup sûr et sans hésiter sortir chacun au moins trois (3) millions de Franc CFA. Parce que c’est eux-mêmes qui vont consommer les boissons les plus chères et les plats les plus recherchés qu’ils auraient contribués à acheter avec leur propre argent.
Qu’il leur plaise que je leur dise que leurs électeurs prennent leur maigre contribution financière à la lutte contre le coronavirus comme une insulte au peuple centrafricain, lequel leur réserve un sort à part aux prochaines élections.
A bon entendeur, salut !
Jean Bedel Dingua-Kpilè
Source: MEDIAS+

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here