Centrafrique : les raisons du retrait précipité des Faca de la ville de Kaga – Bandoro

0
415

Deux véhicules des forces armées centrafricaines dans lesquels avaient pris place deux (2) sections, soit 30 éléments avaient vers leurs entrée dans la ville de Kaga – Bandoro, chef – lieu de la préfecture de la Nana – Gribizi, dans l’après – midi du dimanche 05 mai 2019. Comme si la population les attendait, ceux – ci avaient été triomphalement accueillis avant de se diriger vers la base de la Minusca.

Malheureusement, quelques minutes plus tard ces forces armées ont été contraintes de quitter précipitamment la ville. Un retrait tant rapide qu’inexpliqué qui a immédiatement jeté une psychose généralisée au sein de la population de cette ville qui espérait tant en la présence de son armée et en sa protection vis – à – vis des exactions elle est régulièrement victime de la part des éléments du seigneur de guerre Mahamat Al – Katim et de ses mercenaires tchadiens, nigériens et soudanais. Un départ précipité qui l’a laissée une fois de plus perplexe, anxieuse, délaissée, abandonnée et totalement livrée en pâture à ces conquistadores patentés.

Selon des informations en notre possession et en provenance de la Minusca, cette présence s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des différents termes de l’Accord de Khartoum qui prévoyaient la constitution des unités spéciales mixtes de patrouilles, sous l’appui technique de la Minusca. Mais, alors que celle – ci avait formellement demandé la mise à sa disposition de trois (3) éléments seulement, l’état – major a décidé de lui envoyer deux (2) sections. Sur ce, la Minusca a exigé le cantonnement des 27 éléments dans sa base et a préféré se contenter des services ou de l’utilisation des trois (3) initialement sollicités. C’est suite à cette discordance que les Faca ont été autorisées, à leur  propres demande, de quitter la ville pour regagner leur base de Dékoa.

Affaire à suivre…..

La rédaction

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here