CENTRAFRIQUE: LES POLICIERS VONT BIENTÔT OBSERVER 21 JOURS DE GRÈVE

0
301

CENTRAFRIQUE: LES POLICIERS VONT BIENTÔT OBSERVER 21 JOURS DE GRÈVE
Par Damoclès Diriwo

C’est la décision que les agents et cadres de la Police centrafricaine ont prise au cours de leur assemblée générale syndicale le samedi 14 mars dernier dans la grande cour de la Direction générale de la police à Bangui. Ils étaient trop nombreux à prendre part à cette assemblée générale au cours de laquelle ils ont été informés des résultats des travaux du Comité interministériel chargé d’évaluer des effets financiers du décret du 16 janvier 2016 d’application de la loi portant statut spécial de la Police Centrafricaine, et du comportement réservé par le gouvernement face à ce document important.
Pour mémoire, les représentants des ministères de la Sécurité publique, de la Fonction publique et des Finances qui ont participé aux travaux n’ont pas vu d’inconvénient ni de danger que les dispositions du décret du 16 janvier 2016 relatives à la nouvelle grille salariale soient appliquées. «… le Comité a estimé qu’il ne voit pas d’inconvénient à la prise en compte des effets financiers du Statut spécial de la police dans le présent exercice budgétaire 2020, car d’après le Comité, l’impact sur la masse salariale à la lumière de la simulation effectuée, présenterait une augmentation acceptable sur le budget en dépit des contraires macroéconomiques d’autant plus qu’il y a également en perspective un certain nombre de gradés qui doivent faire valoir leur droit à la retraite cette année », lit-on dans la conclusion du Rapport du Comité interministériel.
« Avant même que le Rapport ne soit déposé officiellement sur la table du gouvernement, les membres du gouvernement représentés dans le Comité interministériel, le Premier ministre, chef du gouvernement, et le président de la République, chef de l’Etat, étaient déjà au courant des conclusions des travaux dudit comité. Mais comme ils sont de mauvaise foi, ils veulent jouer au pourrissement parce qu’ils pensent que les policiers sont des cons. Ils ont assez abusé de nous et cette fois-ci, nous allons leur montrer de quoi nous sommes capables. Comme ils veulent que les gens descendent toujours dans la rue pour avoir gain de cause, nous allons nous comporter comme les étudiants, les enseignants vacataires et les retraités pour faire respecter les textes qu’ils ont eux-mêmes pris et qu’ils doivent appliquer», affirme un policier au début de l’assemblée générale.
« Conformément à la décision de la base, un préavis de grève sera déposé à qui de droit ce lundi 16 mars. En cas de non satisfaction de notre unique et principale revendication qui est le paiement avec effet rétroactif de la nouvelle grille salariale fixée par le décret du 16 janvier 2016, nous allons observer 21 jours de grève qui va paralyser tous les services et unités opérationnelles de la Police, avec la fermeture de toutes les entrées et sorties du territoire centrafricain par les voies aérienne, fluviales et terrestres. Les services de passeports, de cartes nationales d’identité et de cartes de séjour seront aussi fermés aussi longtemps que nous serons en grève. Si durant les 21 jours nous n’obtenons rien, nous allons observer une grève générale illimitée jusqu’à la satisfaction totale de notre unique et principale revendication. Telle est la synthèse succincte des conclusions de l’assemblée générale des policiers de ce samedi 14 mars », rapporte un membre du bureau du Syndicat autonome de la Police.
Les policiers sont visiblement en colère. La balle est désormais dans le camp du gouvernement qui fait face à plusieurs fronts sociaux.
Affaire à suivre.
Damoclès Diriwo
Source: MEDIAS+

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here