Centrafrique : les membres d’une équipe médicale enlevés, tabassés et détenus par les éléments de l’UPC d’Ali Darass, partenaire du gouvernement

0
328
Centrafrique : une équipe médicale agressée à M’boki par les hommes de l’UPC

Centrafrique : une équipe médicale agressée à M’boki par les hommes de l’UPC

M’BOKI, 16 aout 2020 (RJDH)—Les éléments de l’UPC basés à Mboki ont arrêté et molesté hier samedi aux environs de 17 heures une équipe de vaccination contre la rougeole, dirigée par le médecin chef du district sanitaire d’Obo, Dr Ledoux Bokoï. Ils ont aussi agressé le député d’Obo 2, a-t-on appris de sources locales.

La délégation préfectorale de vaccination dirigée par le Médecin chef du district sanitaire d’Obo, Dr Blaise Ledoux Bokoï, dans le Haut-M’bomou, au sud-est du pays, a été arrêtée à 15 km de la ville de Mboki par des éléments de UPC.

« Ces derniers étaient partis dans le cadre de mission de la campagne de vaccination contre la rougeole lancée cette semaine dans le Haut-Mbomou. Selon les nouvelles reçues d’un témoin qui a réussi à s’échapper pour regagner Obo, l’équipe était conduite par ses hommes à la base de l’UPC, là où ils ont été tabassés et détenus par ces combattants rebelles », rapporte Ernest Mizedio, député d’Obo 1.

D’autres sources locales précisent que tous ceux qui faisaient partie de la mission se sont dépouillés de tous voire les kits de vaccination ainsi que leur frais de mission.

Le député d’Obo 2, Albert Guinimonguimi, est aussi enlevé par ces éléments de l’UPC et sa moto emportée. « Il s’est rendu dans la localité pour sensibiliser les électeurs sur l’importance de l’enrôlement sur les listes électorales et leur rendre compte des derniers travaux de la session extraordinaire », a confié Ernest Mizedio, tout en relevant la passivité de la MINUSCA qui, malgré l’alerte des autorités locales, n’a rien fait pour se déporter dans la localité. « Des vies sont en danger mais ils ne font rien », s’alarme le député.

A 15 kilomètres de la ville d’Obo dans le Haut-Mbomou, on signale un cas de meurtre d’un homme d’une trentaine d’années. Il s’agit d’un commerçant à Obo, qui a été tué samedi 15 aout par des éléments de l’UPC d’Ali Darassa à Bambouti, alors qu’il revenait du Sud-Soudan à destination de Obo. Il est père de 7 enfants

Difficile de savoir avec précision le sort des détenus car l’unique moyen de communication qui était la radio à Haute Fréquence ne fonctionne pas depuis 24 h.

Ricardo Dimanche

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here