Centrafrique : les activités des groupes armés en hausse, selon l’ONU

0
68

RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE

Les activités des groupes armés dans l’instable République centrafricaine ont augmenté, compliquant un paysage sécuritaire qui a vu un débordement du conflit dans le Soudan voisin, avertissent les experts de l’ONU dans un nouveau rapport.

Le groupe d’experts cite des rapports confirmés de raids aériens menés par l’armée soudanaise autour des zones frontalières et de combattants des forces paramilitaires de soutien rapide qui traversent le pays pour recruter des membres de groupes armés en République centrafricaine.

Le Soudan a plongé dans un conflit à la mi-avril 2023, lorsque des tensions qui couvaient depuis longtemps entre ses chefs militaires et paramilitaires ont éclaté dans la capitale Khartoum. Les combats se sont étendus à d’autres régions, dont le Darfour, qui borde la région de la Vakaga, au nord-est de la République centrafricaine. Selon les Nations unies, plus de 14 000 personnes ont été tuées et 33 000 blessées dans les combats au Soudan.

Le groupe d’experts, qui surveille les sanctions imposées aux mercenaires et aux groupes armés en République centrafricaine, a déclaré que les Nations unies avaient enregistré près de 10 700 réfugiés soudanais qui avaient traversé la frontière à la fin du mois de mars. Il a indiqué que 565 nouveaux réfugiés, en grande majorité des femmes et des enfants, arrivaient chaque semaine au camp de réfugiés de Korsi, dans la ville de Birao, au nord du pays.

La guerre au Soudan a également perturbé l’importante route commerciale et de transport entre la République centrafricaine et la région soudanaise du Darfour, qui passe par la frontière d’Am Dafok. Cette situation a aggravé l’insécurité des habitants de la Vakaga et de la Haute-Kotto voisine au cours de l’année écoulée et ralenti l’acheminement de l’aide et en a renchéri le coût, selon le groupe d’experts.

La République centrafricaine reste l’un des pays les plus pauvres du monde malgré ses vastes richesses minières, notamment l’or et les diamants. Les groupes rebelles ont opéré en toute impunité à travers le pays au cours de la dernière décennie, contrecarrant l’exploration minière par les entreprises étrangères.

Le pays est en conflit depuis 2013, lorsque des rebelles majoritairement musulmans ont pris le pouvoir et forcé le président de l’époque, François Bozize, à quitter ses fonctions. Des milices majoritairement chrétiennes ont riposté.

Un accord de paix conclu en 2019 n’a pas mis fin aux combats, et six des 14 groupes armés signataires ont par la suite quitté l’accord. La Coalition des patriotes pour le changement, une alliance de groupes rebelles alignés sur Bozize, a été fondée à la suite de l’accord, mais les experts ont fait état de l’absence de progrès et de l’éclatement de certains groupes rebelles.

Des mercenaires du groupe russe Wagner et des instructeurs militaires russes travaillent en République centrafricaine à la demande du gouvernement.

Les experts ont déclaré que le 10 décembre 2023, six vagues d’explosions ont été entendues à la base des instructeurs russes à Kaga Bandoro, dans l’ouest du pays, et que trois instructeurs ont été tués et sept personnes blessées.

Ils ont déclaré que l’attaque semblait être une réponse à un assaut mené trois jours plus tôt par l’armée du pays et des instructeurs russes contre des combattants du groupe rebelle UPC sur le site minier de Bara. Une douzaine de combattants de l’UPC auraient été tués et 30 capturés, ont indiqué les experts dans le rapport publié vendredi.

Le groupe d’experts a indiqué que les activités de l’Armée de résistance du Seigneur (LRA), un groupe armé brutal accusé de massacres, de recruter des garçons pour combattre et d’utiliser des filles comme esclaves sexuelles, ont également été perturbées par la guerre au Soudan. L’ARS est dirigée par l’un des hommes les plus recherchés au monde, Joseph Kony, qui a formé le groupe dans son pays natal, l’Ouganda, et a ensuite dispersé ses partisans dans certaines parties de l’Afrique centrale.

Le groupe semble avoir quitté ses bases de longue date dans la zone contestée de Kafia Kingi et s’est installé dans une zone montagneuse de la préfecture de Haute-Kotto. Ce déplacement a rapproché la LRA des villes de l’est de la République centrafricaine et a peut-être donné l’occasion à certains membres du groupe, retenus contre leur gré, de se libérer du groupe.

La Cour pénale internationale a déclaré en mars qu’elle présenterait des preuves à l’appui des accusations de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité portées contre M. Kony lors de la toute première audience par contumace de la Cour, qui débutera le 15 octobre.

Le groupe d’experts a déclaré que le fils de Kony, Ali Kony, lui-même visé par des sanctions de l’ONU, est arrivé en Ouganda en juillet dernier. Le rapport cite des médias selon lesquels Ali Kony aurait quitté le groupe de son père en juillet 2021.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici