CENTRAFRIQUE: LE TERRORISME EN CENTRAFRIQUE. DEVOIR DE MÉMOIRE SUR LE CAS D’ALINDAO (

0
325
CENTRAFRIQUE: LE TERRORISME EN CENTRAFRIQUE. DEVOIR DE MÉMOIRE SUR LE CAS D’ALINDAO (15 NOVEMBRE 2018 – 15 NOVEMBRE 2020)
Par Cyrus-Emmanuel SANDY
(Extrait d’un article publié le 15 septembre 2020)
Le 15 novembre 2018, les éléments du groupe armé UPC du mercenaire peulh nigérien Ali Darass Mahamat ont commis un attentat terroriste à la cathédrale et à l’archevêché d’Alindao, à 508 km de Bangui, dans la préfecture de la Basse-Kotto, et sur le site des déplacés qui s’y trouvait. Explosifs, armes à feu et couteaux particulièrement tranchants, ont servi de moyens d’attaque aux terroristes qui ont fait plusieurs morts parmi lesquels l’Abbé Blaise Mada, vicaire général du diocèse et curé de la cathédrale d’Alindao, et l’Abbé Célestin Ngoumbango, curé de la paroisse de Mingala, avec des blessés et des biens matériels perdus.
Pour le cas Alindao, plusieurs indices concordants tendent à confirmer que la mission onusienne de paix en Centrafrique (MINUSCA) avait bel et bien connaissance de ce qui se tramait contre l’église catholique d’Alindao, mais elle n’a rien fait pour empêcher la commission de ce crime assimilable au génocide. Les casques bleus présents à Alindao auraient même aidé les terroristes musulmans UPC à réussir leur coup.
On peut être fondé à penser et à dire que l’église catholique centrafricaine est particulièrement visée par les groupes armés musulmans ex-sélékas. En plus des faits de grande ampleur précités (attaque terroriste du 28 mai 2014 à la paroisse Notre Dame de Fatima à Bangui, en plein culte religieux, par des extrémistes musulmans du Km5 inféodés aux groupes armés ex-sélékas dirigés par des mercenaires et rebelles musulmans centrafricains et étrangers, avec plusieurs morts parmi lesquels l’Abbé Paul-Emile Nzalé, prêtre de l’archidiocèse de Bangui, et plusieurs blessés ; nouvelle attaque terroriste contre la paroisse Notre Dame de Fatima le 1ermai 2018, fête du travail, en plein culte religieux consacré à la promesse ou serment rituel et périodique obligatoire des chrétiens catholiques membres de la Fraternité Saint Joseph, Joseph étant considéré comme modèle et le saint patron des travailleurs. Bilan macabre: plusieurs morts dont l’Abbé Albert Toungoumalé-Baba, plusieurs blessés, plusieurs matériels et véhicules de 2 et 4 roues emportés).
Les événements d’Alindao du 15 novembre 2018 ne sont pas sans rappeler des cas isolés où des prêtres de l’église catholique ont été froidement abattus par les groupes armés musulmans de 2018 à 2019, à l’instar de tous ceux du diocèse de Bambari abattus à bout portant et sans motif par les éléments de l’UPC d’Ali Darass. Il s‘agit notamment de:
-Abbé Désiré Angbabata, tué à Bambari le 21 mars 2018 ;
-Abbé Firmin Gbagoua, tué à Bambari le 29 juin 2018.
Au vu de tout ce qui précède, on peut affirmer sans courir le risque de se tromper que la RCA est victime du terrorisme depuis plus de 60 ans, et les graves menaces terroristes sont d’actualité. Le pays a également connu plusieurs actes de terrorisme d’Etat et de terrorisme judiciaire politiquement corrects.
Cyrus-Emmanuel Sandy
Source: MEDIAS+ Mardi 15.09.2020

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here