Centrafrique : le représentant du secrétaire général de l’Onu Mankeur Ndiaye bientôt déclaré « persona non grata » ?

0
355

Rien ne va plus entre le représentant du secrétaire général de l’Onu Mankeur Ndiaye et l’Imposteur de Bangui. En cause, le séjour du sénégalais à Moscou et ses réponses aux questions qui lui ont été posées par le percutant et trop chevronné Christophe Boisbouvier, lors d’une interview qu’il a accordée à RFI. « Moscou accepte de coopérer avec l’ONU pour savoir si des paramilitaires russes ont commis, oui ou non, des exactions, ces derniers mois, en Centrafrique. C’est ce qu’annonce le Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU en Centrafrique. Le 31 mars, un groupe d’experts de l’ONU s’est inquiété de possibles exactions de la part de mercenaires russes en Centrafrique. Ce 5 avril, Mankeur Ndiaye, le Représentant spécial de l’ONU, s’est rendu à Moscou », a – t – on retenu de cet entretien.

Comme il fallait s’y attendre, la réaction des mercenaires du Groupe Wagner n’a pas tardé. Leur patron Valeri Zakharov en sa qualité de conseiller en sécurité du Gangster de Bangui, mais « qui ne représente officiellement aucune autorité russe en Centrafrique », a balayé cette annonce d’un revers de la main en ces termes, sur son compte Twitter : « J’ai contacté le Ministère russe des Affaires étrangères pour discuter des propos faits aujourd’hui par M. NDiaye. S. Verchinine m’a fait savoir que les crimes qui auraient été commis par les instructeurs russes ne faisaient pas l’objet de son échange avec le chef de la MINUSCA. Les déclarations de M. NDiaye sont fausses et n’ont aucune relation à la réalité ».

Afin de manifester sa vive protestation contre ces propos qui l’ont visiblement déstabilisé moralement, l’homme met la main à la poche et lance dans la rue, le samedi 10 mars plus de 500 jeunes mobilisés à la place de la République. Pour le collectif 28 – 29, en effet, le représentant du secrétaire général de l’Onu a non seulement outrepassé les limites de ses fonctions, mais surtout a manqué de respect au peuple centrafricain pour avoir soutenu le dialogue avec le mercenaire nigérien de l’UPC Ali Darass et le mercenaire tchadien Bobo du 3R qui ont volé, tué, et violé des Centrafricains. En demandant, par conséquent, au gouvernement de renouer le dialogue avec ces derniers, Mankeur Ndiaye s’est rendu complice de la CPC et de tous leurs soutiens tant civils que militaires. Le ton est donc donné, et le gouvernement rentre à son tour dans la danse, tout naturellement sur instructions des partenaires du Groupe Wagner. Le ministre Maxime Balalou en charge du secrétariat général du gouvernement perd son sang-froid, tel un serpent à sonnettes mis à découvert, et crache sur les ondes de RFI son venin sur le diplomate onusien, sans aucune forme de retenue et de politesse  que lui recommandent ses fonctions :

« Je suis en désaccord total avec les propos de Monsieur Mankeur Ndiaye, Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies, Chef de la Minusca. S’il pense que la Mission des Casques Bleus est de faire la paix, et laisser les Groupes armés, empêcher un gouvernement légitime, d’assurer la protection de ses concitoyens, de promouvoir le développement économique, je redis avec force que la Minusca n’a donc plus sa place en République Centrafricaine. La mission salvatrice de pacification du pays menée conjointement par les FACA et les Alliés Russo-Rwandais, réduit l’influence de la Minusca et met en lumière, le véritable complot contre le peuple centrafricain, à travers les « mains invisibles » qui dirigent la Minusca. En tant que Pays souverain, nous n’accepterons plus jamais, le diktat de qui que ce soit. Au lieu de renforcer les FACA pour sécuriser l’ensemble du territoire, les Nations Unies préfèrent augmenter leurs effectifs, donc leur budget, pour maintenir notre pays dans la servitude. Il est temps que tous les patriotes s’unissent et se mobilisent, quelles que soient leurs opinions ou obédiences politiques, confessionnelles, pour dire non, non et non. » Une vraie déclaration de guerre !

Ainsi donc, le parfait amour qui existait entre le Gangster de Bangui et son ami sénégalais et qui a joué en faveur de sa réélection à la tête du pays, avec seulement 17% du corps électoral, au lendemain des calamiteuses élections du 20 décembre 2020, semble avoir pris brusquement fin, après la publication du rapport du groupe des experts de l’Onu, accusant les FDSI et les mercenaires russes de Touadéra, en collaboration avec les forces onusiennes de la Minusca, d’exactions et de graves violations des droits de l’homme. Pour avoir échangé sur cette question avec les autorités légales russes et obtenu leur collaboration et leur implication pour la manifestation de la vérité, Mankeur Ndiaye est devenu l’homme à abattre. Ainsi, fonctionne la mafia, n’est – ce pas ?

Aux dernières nouvelles, le ministre des affaires étrangères qui a brillé ces derniers temps par un silence ahurissant suite aux sorties peu diplomatiques de l’ambassadeur russe Vladimir Tittorenko, dépassant le seuil non acceptable d’une ingérence dans les affaires intérieures d’un Etat, au regard des dispositions de la Convention de Vienne, aurait soumis au premier ministre Firmin Ngrébada un projet de déclaration visant désormais à considérer Mankeur Ndiaye comme « persona non grata » en Centrafrique. A cet effet, des dispositions seraient déjà prises pour qu’il fût refoulé dès son arrivée à l’aéroport International Bangui M’Poko. Pour empêcher la Minusca et l’Onu d’en savoir davantage sur la présence des milliers de mercenaires du Groupe Wagner en Centrafrique et leurs crimes de guerre et leurs crimes contre l’humanité.

La rédaction

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here