Centrafrique : Le PPLD dénonce le complotisme des leaders de la COD – 2020 avec l’ogre Touadéra contre le peuple et claque la porte

0
295

 

Le Président Fondateur du Parti Panafricain pour les Libertés et le Développement (PPLD)
A
Monsieur le Président en exercice de la Coalition de l’Opposition Démocratique
(COD-2020)

BANGUIObjet : Retrait du PPLD de la COD-2020

Monsieur le Président,
Le Bureau Politique du PPLD, réuni en séance ordinaire le vendredi 15 octobre 2021 a fait le bilan de sa participation à la COD-2020 depuis sa création jusqu’à ce jour.

Il est utile de rappeler Monsieur le Président que le PPLD est d’obédience panafricaniste et se place résolument et toujours dans les initiatives qui portent sur la défense des intérêts et au bien-être des masses populaires tant centrafricaines qu’africaines.

Tel a été le sens de l’engagement du PPLD hier dans la plateforme E ZINGO BIANI et aujourd’hui dans la COD-2020.

Malheureusement le PPLD constate que les objectifs aussi nobles contenus dans la Charte de la COD-2020 n’étaient que des vœux pieux et que la COD-2020 n’avait de Coalition que le nom.

Les faits et agissements de certains leaders composant la plateforme ont démontré que leur égo avait toujours pris le dessus sur l’esprit d’équipe.

Ces agissements ont porté un coup dur à l’objectif que s’était fixé la COD-2020 à savoir la conquête et la gestion commune du pouvoir. Les faits suivants attestent de la véracité de notre observation :
1) l’incapacité de la COD-2020 à présenter un candidat unique face au Président Touadéra lors des élections présidentielles de décembre 2020 a fourni un prétexte à ce dernier pour truquer lesdites élections et se proclamer élu au premier tour ;
2) alors que tout portait à croire que le second tour des élections législatives ne devait offrir de bonnes perspectives pour l’opposition la décision de suspendre la campagne du second tour des législatives n’a pas été observée par les uns et les autres et la suite est connue.

Après que tous les recours auprès de la Cour Constitutionnelle n’aient pas abouti et la reprise des hostilités au plan militaire, la COD-2020 avait exigé la tenue d’un dialogue politique inclusif devant regrouper les belligérants et l’ensemble des forces vives de la Nation pour trouver une solution définitive à la crise post-électorale.

C’est ainsi que le pouvoir a accepté le principe de la convocation d’un dialogue républicain.
La COD
2020 avait rejeté la procédure mise en place de manière unilatérale par le pouvoir en refusant de prendre part aux consultations caporalisées par ledit pouvoir.

Après avoir obtenu des concessions minables, la COD2020 a accepté d’envoyer deux de ses représentants au Comité d’Organisation du Dialogue Républicain (CODR) tout en posant des conditions pour rester dans le processus.

Sur le plan règlementaire, la COD2020 a exigé que quatre points soient inscrits de manière claire dans le règlement intérieur du CODR pour palier au déséquilibre crée par la prépondérance des membres et alliés du Mouvement Cœurs Unis (MCU) au sein du Comité. Il s’agissait de/du :
l’inclusivité ;
consensus ;
la validité du rapport final par la signature par tous les membres du Comité ;
la neutralité.
Sur les quatre exigences de la COD
2020, l’inclusivité et la neutralité ont été rejetés par le pouvoir.
Sur le plan des thématiques à débattre lors du Dialogue républicain, la COD2020 a conformément aux promesses du Président de la République qui nous avait rassuré qu’il n’y aura aucun sujet tabou a soumis les thèmes suivants :
la sécurité ;
la résolution de la crise postélectorale la COD2020 ne reconnaissant toujours pas la légitimité du Président
Touadéra
;
les réformes institutionnelles ;
la bonne gouvernance.

Aucun des thèmes n’a été reconnu et accepté par le Comité.

Malgré cette situation qui dépouille la COD2020 de ses revendications irrévocables, nos représentants au Comité ont continué à participer aux travaux alors que le Règlement intérieur n’est jusqu’ici pas signé. Que dire Monsieur le Président de cette attitude ?

Nous rappelons que la COD2020 avait indiqué que ces points constituaient la « ligne rouge » qu’elle ne saura franchir en cas de non prise en compte.

Le PPLD s’étonne de l’attitude des ténors de la plateforme qui veulent tête baissée aller à ce dialogue dont les fondements sont déjà fragilisés par un pouvoir qui par instinct de conservatisme ne veut pas d’un dialogue inclusif et ou certains sujets seront tabous ?

Monsieur le Président, les tergiversations de la COD2020 et l’inconséquence qui caractérisent ses prises de positions ne seront pas comprises par la population et continueront à perpétuer la souffrance du peuple centrafricain.

N’étant pas en mesure d’obtenir de la COD2020 que nous puissions suspendre notre participation aux travaux du CODR, le PPLD n’a d’autre choix que de regagner le rang du peuple centrafricain meurtri et livré aux souffrances de tous genres et aux tueries.

Sur décision du Bureau Politique, le PPLD annonce son retrait de la COD2020 et je suis chargé de vous notifier la Décision.

Que les autres leaders de la plateforme trouvent ici l’expression de ma gratitude pour le travail accompli ensembles même si tout n’a pas été parfait.

Patriotiquement.

Fait à Bangui, le 17 octobre 2021

Sosthène Guetel Dilamkoro

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here