Centrafrique : le père de Patrice Edouard Ngaïssona et ses deux frères cadets menacés d’enlèvement par les Requins de Touadéra

0
69

Le père de Patrice Edouard Ngaïssona, âgé de plus de 80 ans et ses deux frères cadets Faustin Ngaïssona et Freddy Ngaïssona, domiciliés au quartier Boy – Rabé, font l’objet des menaces d’enlèvements, ces derniers temps, de la part des miliciens à la solde de l’Imposteur de Bangui, connus sous la dénomination des « Requins ».

Si Freddy aurait réussi à quitter le pays, son grand – frère Faustin serait, quant à lui, contraint à la clandestinité. Leur seul tort : être du même sang que Patrice Edouard Ngaïssona et appartenir à l’ethnie Gbaya d’où est originaire l’ancien président François Bozizé Yangouvonda, coordonnateur général de la Coalition des Patriotes pour le Changement qui a attaqué la ville de Bangui, le 13 janvier 2021, afin d’exiger l’annulation des élections groupées du 27 décembre 2020 et la tenue d’un dialogue politique inclusif entre toutes les forces vives de la nation.

Rappelons que Patrice-Édouard Ngaïssona, ex-chef de milice centrafricaine et président de la Fédération centrafricaine de football depuis 2008, a été appréhendé le mercredi 12 décembre 2018 en France pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité, a annoncé la Cour pénale internationale (CPI). « M. Patrice-Édouard Ngaïssona a été arrêté par les autorités de la République française conformément à un mandat d’arrêt » délivré par la Cour en décembre 2018, a indiqué la CPI dans un communiqué publié le même jour. Cependant, des sources policières et militaires centrafricaines ont renseigné que c’est à la demande de l’Etat centrafricain que ce dernier qui a été rejoint plus tard par le député Alfred Rambhot Yékatom et dont le procès est actuellement en cours, a été arrêté et transféré à la CPI.

 

La rédaction

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here