Centrafrique: «Le pays n’appartient pas à monsieur Touadéra», tance l’opposant Anicet-Georges Dologuélé

0
174

Des opposants centrafricains au président de leur pays, Faustin-Archange Touadéra, se sont retrouvés le 25 septembre 2023 à Paris pour y dénoncer le « verrouillage des institutions », et la « répression systématique » en RCA. Anicet-Georges Dologuélé, qui a présidé cette séance, a assuré qu’ils comptent « bien continuer la lutte politique pour le bien-être des Centrafricains », malgré l’entrée en vigueur d’une nouvelle Constitution en Centrafrique.

En République centrafricaine, les opposants veulent rester mobilisés contre le pouvoir du président Faustin-Archange Touadéra, en poste depuis 2016. Malgré l’entrée en vigueur de la nouvelle constitution qui donne des pouvoirs élargis au chef de l’État, suite au référendum du 30 juillet 2023, ses principaux adversaires politiques ne baissent pas pavillon.

À lire aussi Invité Afrique – Centrafrique: «L’opposition n’a jamais été aussi affaiblie depuis que Touadéra est au pouvoir»

Une vingtaine d’entre eux se sont retrouvés à Paris ce lundi 25 septembre 2023 pour dénoncer le « verrouillage des institutions », et la « répression systématique » dans le pays.

« Nous ferons en sorte que la population centrafricaine leur montre qu’ils font fausse route »

« Dans un pays aussi démuni, les omni-présidences n’ont jamais prospéré, a affirmé Anicet-Georges Dologuélé, qui a présidé cette séance, au micro de François Mazet. Ce n’est pas aujourd’hui que ça va prospérer. Nous les laissons dans leur illusion, mais nous ferons en sorte que la population centrafricaine leur montre qu’ils font fausse route. Nous faisons de la lutte politique en Centrafrique et nous comptons bien continuer la lutte politique pour le bien-être des Centrafricains ».

L’opposant martèle : « Le pays n’appartient pas à monsieur Touadéra. Donc, il a l’illusion qu’il a tout gagné, fait semblant de ne pas se rendre compte que le peuple est de plus en plus mécontent, de plus en plus malheureux, et il se rendra compte de plus en plus que les Centrafricains ne supportent plus ce qu’il se passe. C’est notre rôle d’amplifier ce mécontentement. »

Pour rappel, la Cour constitutionnelle de RCA a proclamé, le 20 août dernier, les résultats définitifs du référendum constitutionnel du 30 juillet 2023. Elle a déclaré une victoire écrasante pour le « oui ». Cette nouvelle Constitution a mis un terme à la limitation des mandats, ce qui donne la possibilité au président Faustin-Archange Touadera de briguer un troisième mandat.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici