Centrafrique, le partenaire des groupes armés n’a rien dit sur le massacre de Ouadda

0
755
Des graves crimes commis à Ouadda Maïkaga, dans la Haute-Kotto à 205 km de Bria : un drame humanitaire passé sous silence ?
Le village d’Aïbando, situé à 75 kilomètres de Bria enregistre depuis dimanche l’arrivée massive des déplacés fuyant le massacre perpétré par des rebelles du PRNC au village Bornou, à Ouadda Maïkaga, dans la préfecture de Haute-Kotto, au centre-nord de la RCA.
De sources humanitaires à Bria, environ 405 personnes pour la plupart des enfants, des personnes âgées et des femmes sont arrivés au village Aïbando, situé à 75 kilomètres de Bria sur l’axe Ndélé, qui ont dû quitter la sous-préfecture de Ouadda-Maikaga pour se réfugier dans les localités voisines, après les violences du 22 juillet juillet où 11 civils ont été tués au passage et 25 autres blessés, en représailles au village Bornou, à 3 kilomètres de Ouadda Maïkaga par des hommes armés réputés proches du Parti du rassemblement de la nation centrafricaine (PRNC).
Une centaine des habitations ont également été incendiées par les rebelles qui ont réussi à faire un maximum des dégâts. Sur place à Bornou, on n’y trouve personne, et ses habitants, les survivants, rapporte une autorité de la localité meurtrie, actuellement à Bria.
Selon le témoignage de certains de ces déplacés, avant d’arriver à Aïbando, ils ont dû marcher en groupe dans la brousse durant une semaine. D’après eux, d’autres familles ont préféré, au péril de leur vie, se réfugier dans la sous-préfecture de Ouadda Maïkaga, occupée par les rebelles du PRNC, et située à seulement 3 kilomètres de Bornou.
Pour l’heure, la situation humanitaire reste préoccupante, et les rebelles se renforcent dans la région. Malheureusement, la situation dans la ville est volontairement minimisée.
Vianney Ingasso

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here