Centrafrique : le mémorandum du personnel de l’ASECNA, des contrevérités

0
515

En date du 10 juillet 2020, certains soi-disant syndicalistes ont signé un Mémorandum par lequel ils appellent le président de la République centrafricaine  à soutenir la candidature de M. Mohamed MOUSSA, Directeur Général sortant, présentée par le Niger, au détriment de celle de leur compatriote, M. Théodore JOUSSO soutenue et proposée par la République Centrafrique. Au-delà du fait qu’une telle attitude s’analyse à une forfaiture, à un acte de sédition, ceux  qui ont signé ce document ont porté atteinte aux intérêts fondamentaux de la Nation et méritent de répondre de leurs actes. Ce mémorandum conçu, pour des fins inavouées, par une officine extérieure, est truffé d’omissions et contrevérités qu’il convient de relever.

De la réintégration au sein de l’ASECNA de 12 compatriotes licenciés

Le dossier de réintégration des douze centrafricains licenciés remonte à 2016, bien avant  la prise de fonction de M. Mohamed MOUSSA comme Directeur Général. Il a été posé  pour la première fois lors de la 59e réunion du Comité des Ministres de l’ASECNA à  Yaoundé le 30 juillet 2016 par M. Théodore JOUSSO, alors Ministre des Transports et de  l’Aviation Civile. Il a connu son dénouement en 2018, toujours sous l’impulsion de  M. Théodore JOUSSO, alors Ministre des Transports et de l’Aviation Civile.

Du démarrage de travaux de réhabilitation de l’Aéroport Bangui-Mpoko à hauteur de 15 milliards de FCFA

Le plan d’urgence a été adopté sous le leadership de M. Théodore JOUSSO, alors Ministre des Transports et de l’Aviation Civile. Ce plan d’urgence a fait l’objet de la Résolution n° 2017 CM 61-11 du 29 juillet 2017. Par cette  Résolution,  le  Comité  des  Ministres « charge  le  Conseil d’Administration d’assurer le suivi de la mise en œuvre de ce Plan par la Direction générale lors de
ses prochaines réunions ordinaires ». Ce n’est donc pas l’œuvre de M. Mohamed  MOUSSA. Il y a lieu de signaler que ce plan supposé être exécuté en urgence n’est pas achevé à ce jour. Or, le Comité des ministres avait chargé le Directeur général sortant de sa mise en œuvre. Chacun se fera sa religion.

Sur la reprise du chantier de construction du Centre Délégué d’Information en Vol (CDIV) de Bangui (un chantier en arrrt depuis 2013) qui abritera d’ici  trois (03) mois une Station Radar pour la couverture des trafics aériens en RCA et dans la sous-région

La mise en œuvre du Radar et de l’ADS-B a démarré bien avant 2016, sous le Directeur général GUITTEYE Amadou. Ces projets figurent dans le plan de services et équipements adopté sous le mandat de ce dernier. M.Mohamed MOUSSA, dès sa prise de service en 2017, n’a cessé de critiquer ce projet Radar lancés par son prédécesseur. Aujourd’hui, n’ayant aucun bilan concret à présenter, il semble s’attribue les fruits de ce projet.

Du ciel unique africain

Ce projet, dont le Directeur général sortant s’attribue à tort la paternité, a été lancé par le mandat du Directeur Général, Monsieur GUITTEYE Amadou. Il figure dans le plan d’orientations stratégiques, objet de la Résolution n° 2011 CM 53-6 de la réunion du Comité des Ministres tenue à N’Djamena le 9 juillet 2011. Ce projet, qui n’a pas évolué, a besoin d’un nouveau souffle pour le faire aboutir.

De l’expatriation de sept (7) cadres Centrafricains

Tout se passe comme si l’expatriation à l’ASECNA reposait sur le clientélisme et non le  mérite. Comment peut-on se féliciter de ce fait banal consistant à l’expatriation de sept centrafricains, surtout lorsqu’on sait que les centrafricains ont toujours bénéficié de l’expatriation.

Du démantèlement de la Retraite complémentaire et de l’explosion du déficit
de l’assurance-maladie

Le Directeur Général sortant a détruit la solidarité intergénérationnelle, en résiliant le contrat de retraite complémentaire en vigueur depuis 2000, plongeant le personnel dans l’incertitude par rapport à l’avenir. Il a également fait exploser le déficit de l’assurance maladie, avec des coûts importants pour l’Agence. L’assureur en charge de la couverture maladie et décès du personnel de l’ASECNA a d’ailleurs informé l’Agence de sa décision de rompre le contrat avec l’Agence à compter du 31 décembre 2010, ce qui plonge le personnel dans l’incertitude.

De la gestion de la crise sanitaire liée à la COVID-19

L’amateurisme et l’insouciance dont a fait montre le Directeur Général sortant dans la gestion de cette crise se passent de commentaires. Quelques exemples :

–     Le 17 avril 2020, le Directeur général, dans un message adressé au personnel déclare « Notre  situation  financière  est  excellente  et  aucune  menace immédiate ne pèse sur votre rémunération ».  Il annonce par la suite le différé  de paiement accordé aux compagnies aériennes. Moins d’un mois après ce message, il saisit les représentants du personnel pour leur demander de lui faire des propositions pour sortir de la crise dans laquelle l’Agence s’est installée du fait  de la baisse du trafic.

–     Le 20 avril 2020, en pleine crise sanitaire, il introduit à l’adoption du Comité des Ministres un projet de réforme de système de rémunération, dont l’impact financier s’élève à plus de sept milliards de francs CFA.

Affaire à suivre…

Gaspard Koyatémo

Lu Pour Vous

La rédaction

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here