Centrafrique: le gouvernement appelle à la patience après l’incendie chez le brasseur français Castel

0
165

 

Centrafrique: le gouvernement appelle à la patience après l’incendie chez le brasseur français Castel

 

Texte par : RFI

Publié le :

Après l’incendie en Centrafrique qui a détruit dans la nuit de dimanche 5 à lundi 6 mars une partie du stock de la brasserie Mocaf, filiale du groupe français Castel à Bangui, des sources mettent en cause les hommes du groupe paramilitaire russe Wagner dans cet acte criminel. Mais le gouvernement appelle à la patience en attendant le résultat de l’enquête ouverte.

Dans la nuit de dimanche 5 à lundi 6 mars, vers « une heure du matin », un incendie, criminel selon le gouvernement, s’est déclaré après le jet d’engins incendiaires qui ont mis le feu à du matériel au cœur de la brasserie Mocaf (acronyme de Motte Cordonnier Afrique) à Bangui.

Des sources contactées par RFI mettent en cause les hommes du groupe paramilitaire russe Wagner dans cet acte, après le visionnage de plusieurs extraits d’une vidéosurveillance enregistrée le jour de l’incendie.

 À lire aussi: Centrafrique: Wagner derrière l’incendie chez le brasseur français Castel?

Interrogé par Esdras Ndikumana, du service Afrique de RFI, le porte-parole de la présidence, Albert Yloké Mokpemé appelle à la patience dans l’attente du résultat de l’enquête en cours, tout en s’en prenant à ceux qui s’empressent, dit-il, de condamner « les Russes » à tort et à travers.

Quand il pleut aujourd’hui en Centrafrique, on dit que c’est les Russes. Quand il fait trop chaud, certains médias – et surtout occidentaux – disent que c’est les Russes. Juste pour vous dire qu’aujourd’hui, nous avons des partenaires qui sont des instructeurs russes avec nos forces de défense et de sécurité, qui assurent la sécurité dans ce pays avec beaucoup de succès. Ça ne plait pas beaucoup à ceux qui veulent l’insécurité, qui veulent déstabiliser notre pays. Ça fait plus de soixante ans que nous avons l’indépendance, notre pays reste toujours dans la pauvreté, pourquoi ? C’est une pauvreté entretenue. Nous voulons aujourd’hui nous en sortir et nous diversifions notre partenariat, nous diversifions notre coopération pour sortir notre pays du sous-développement. Ceux qui racontent ça, c’est ceux qui veulent nous maintenir dans la pauvreté pour piller nos richesses. Les autorités centrafricaines ne peuvent que faire confiance à leurs services de police et de justice pour mettre la lumière sur cette affaire.

Le porte-parole de la présidence Albert Yloke Mokpemé appelle à la prudence en attendant l’enquête en cours et condamne ceux qui pointent «les Russes» du doigt

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici