Centrafrique : le Gangster de Bangui fait appel à des mercenaires russes et rwandais habillés en gendarmes contre la CPC

0
271
1. Avec les dernières prises de position du Chef de l’État, Faustin Archange TOUADÉRA, et ses affidés il apparaît très clairement qu’il n’a plus rien d’autre à proposer si ce n’est de faire couler le sang dans une nouvelle « bataille de Bangui ».
2. Il s’y prépare, d’abord psychologiquement avec une propagande dans les médias publics et les réseaux sociaux.
3. Ensuite militairement en s’appuyant essentiellement sur des mercenaires russes et rwandais camouflés en gendarmes centrafricains. Le même attelage qui avait mordu la poussière dans l' »Opération Sukula ». À ce duo, il faut y ajouter les milices privées. Actuellement, on propose 3 millions par personne aux auto-défenses pour rallier la cause du régime de TOUADÉRA.
4. Cette mise en avant des mercenaires et autres milices au détriment des Forces de Défense et de Sécurité Intérieure ( FDS) s’explique par la méfiance de TOUADÉRA envers les FDSI. Ils les soupçonnent d’être des suppôts du Général BOZIZÉ. La vérité c’est qu’ils se sentent humiliés et qu’ils ne sont pas motivés de se battre contre leurs frères d’armes pour les intérêts, non du peuple, mais du camp présidentiel. D’où la division de la Grande Muette, et les désertions en cascade.
5. Diplomatiquement, les demandes d’aides militaires à ses pairs ont fait choux blanc. Il est contraint d’opposer ses mercenaires contre des rebelles centrafricains. Quel paradoxe !
6. Sans entrer dans les détails, des informations, images et vidéos glanées ici sur réseaux, je comprends que tout ça va se terminer en corne de buffle dont raffolaient tant les Impies de l’Empereur Shaka Zulu. C’est inévitable.
7. Faute de temps, je ne peux pas développer ici une étude comparative entre la stratégie des mercenaires russo-rwandais au service de l’homme fort du Palais de la Renaissance et celle de la Coalition des Patriotes pour le Changement (CPC). Mais ce qui est sûr c’est qu’une telle étude peut nous permettre de connaître l’issue de la bataille avec une marge d’erreur infime.
8. Wait and see. Que Dieu nous garde.
Fari Tahéruka SHABAZZ

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here