Centrafrique : le « français » Touadéra lance ses milices et les activistes du Groupe Wagner contre Macron et la France

0
64

 

L’Imposteur de Bangui Faustin Archange Touadéra lancera ses milices et les activistes du Groupe Wagner contre le président français Emmanuel Macron et la République française, le samedi 26 novembre 2022, lors d’une manifestation devant l’ambassade de la République centrafricaine, sise 30, Rue des Perchamps, de 10 h à 14 h. Le but de ce Grand Sit – in de Vérité, selon les organisateurs se réclamant de la Diaspora centrafricaine, visera à réclamer une nouvelle constitution. Mais, pourquoi alors vouloir coûte que coûte organiser cet attroupement à Paris et non à Bangui où vit et règne illégitimement ce Petit Néron ?

En réalité, par cet évènement hautement politique auquel prendront part les membres de l’Etat – parti dénommé MCU et de ses différents organes de base, d’une part, et les représentants des partis politiques affiliés, d’autre part, Touadéra veut tout simplement signifier aux autorités nationales françaises que rien ne peut l’arrêter dans ses folies dictatoriales et meurtrières et qu’il est capable d’exporter sur le territoire français ses multiples et multiformes prouesses en flagrantes violations de la constitution qui détermine et régit l’organisation et le fonctionnement des institutions nationales dans son pays.

C’est ainsi que seront présents dans la capitale française à la manifestation du samedi 26 novembre 2022, non pas des enfants de chœur ou des catéchistes engagés, mais plutôt de véritables miliciens, membres des Requins et de la Galaxie Nationale Centrafricaine, des milices à la solde du régime de l’Imposture de Bangui. Officiellement admis au statut de réfugiés ou placés sous protection subsidiaire, bénéficiaires de HLM, de RSA et d’allocations familiales et interdits de séjour dans leur pays d’origine, ceux – ci, munis d’un Laissez – Passer régulièrement délivré par l’ambassade de la République centrafricaine en France, y séjournent néanmoins occasionnellement après une escale passée dans l’un des pays limitrophes, y occupent parfois de hautes fonctions de l’Etat ou dans les structures périphériques, et y exercent le plus souvent diverses activités dans le secteur privé. Ils sont alors utilisés par le pouvoir comme des mercenaires de la politique de désinformation, de manipulation de l’opinion et des incitations à la haine et la violence, astucieusement conçue et mise en œuvre par les représentants du Groupe Wagner en Centrafrique. Ce sont eux qui ont été en première ligne lors des manifestations ourdies contre l’Onu, la Minusca et son personnel, la France et ses intérêts, et contre l’ambassadeur de France en Centrafrique.

Ils étaient là, le 13 décembre 2021, lors de la manifestation devant l’ambassade de France au cours de laquelle le drapeau tricolore a été brûlé. « Des jeunes innocents manipulés par le régime de Touadéra en brûlant l’emblème si vous voulez le drapeau de la France après une manifestation. Cela est un acte ignoble, grave et dangereux pour la République. La manipulation a dépassé la limite en Centrafrique », s’était indigné un internaute centrafricain sur les réseaux sociaux. « Ces campagnes anti-françaises et anti- Minusca ont repris parce que la France veut pousser les autres pays européens contre le groupe Wagner qui fait du bon travail dans le pays. Ces campagnes vont s’accentuer et s’élargir aux autres pays européens dans les jours à venir si depuis Bruxelles, cette Union européenne, se hasarde à sanctionner nos alliés russes, sanctions qui risquent aussi de toucher nos autorités », s’était exclamé, bien au contraire, un membre du Mouvement Talitha Khoum, Blaise Didacien Kossimatchi.

Par conséquent, ce sont ces hommes et ces femmes qui jouissent de la plénitude des droits sociaux en France où sont scolarisées leurs progénitures comme tout enfant français, qui y ont un pied – à – terre, qui feront le déplacement de 30, Rue des Perchamps, dans la banlieue parisienne, le samedi 2022 de 10 heures à 14 heures. Par leur présence, l’Imposteur de Bangui qui a délibérément démissionné de ses fonctions le 24 octobre 2022, après la publication du décret limogeant la présidente de la cour constitutionnelle Pr Danièle Darlan, veut envoyer un message très fort au président Emmanuel Macron : « Après avoir réussi à chasser la France de la République centrafricaine avec l’appui des mercenaires du Groupe Wagner et des militaires rwandais, je suis capable de vous créer des ennuis sur le territoire français ! »

C’est ce qui est ressorti d’une réunion tenue dans son village à Damara, il y a quelques jours, avec tous ses hommes de confiance, ses miliciens y compris. « C’est le combat du Président – fondateur Barthélémy Boganda que je suis en train de mener en ce moment. Les Français veulent nous prendre pour leurs esclaves. Nous devrons leur prouver tout le contraire », a – t – il souligné. « Ils ont tué le Président – fondateur Barthélemy Boganda et bien d’autres. Mais moi aujourd’hui, je suis sur leur chemin.  Barthélemy Boganda, depuis sa tombe, me dirige. Écoutez régulièrement les radios, nous allons les frapper et vous allez écouter comment ils crient dans leur radio RFI », a ajouté Faustin Archange Touadéra. Voilà ce qui a le mérite d’être bien dit ! Aux autorités policières françaises de prendre toutes les dispositions pratiques pour ne pas donner l’occasion à l’Imposteur de Bangui de continuer à humilier une fois de plus la France, et cette fois – ci, sur son propre territoire.

Pour finir, rappelons que ce Monsieur qui est de nationalité française, qui est détenteur d’un passeport français,  et qui bénéficie depuis des années du statut de réfugié politique en France, n’a officiellement ni demandé, depuis son accession au pouvoir en mars 2016 à ce jour, ni fait la démarche administrative pour le retrait de la jouissance de cette qualité. En outre, il a peut – être oublié d’en faire autant pour le reste de toute sa famille qui vit actuellement dans la commune résidentielle de Villeneuve – d’Ascq, située dans le Nord de la France. La mère, une certaine Marguérite habite à Bangui et détient un passeport diplomatique qu’elle utilise pour se rendre régulièrement en France et Europe, en parfaite contravention avec la réglementation liée au statut dont elle est bénéficiaire. Les trois (3) enfants dont les noms sont Touadéra Walkon Thom Harry, Touadéra Ndarawesset Evariste Steven, tous les deux réfugiés, et Touadéra Mongboa Helda Josephe, étudiante, continuent de bénéficier allègrement des droits alloués au titre d’exilés politiques et n’ont jamais demandé une révision de leur situation. Mais aussi invraisemblable et révoltant que cela puisse paraître, c’est ce Monsieur qui s’en prend officiellement à la France, instrumentalise des jeunes désœuvrés et organise des campagnes de désinformation et des manifestations contre ses ressortissants, son légat et ses intérêts en Centrafrique.

De tout ce qui précède et devant l’extrême gravité des faits, des instructions, suivies des OQTF, devraient être prises dans les meilleurs délais aux fins d’obtenir l’annulation pure et simple des qualités reconnues à Touadéra et tous les membres de sa famille, d’une part, et le retrait des statuts de réfugiés dont sont bénéficiaires les organisateurs de la manifestation du 26 novembre 2022 et tous ceux qui y prendront part et dont les agissements seraient de manière irréfragable contraires à la loi.

Jean – Paul Naïba

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here