Centrafrique : Le DG des mines et un frère du président de la République épinglés par le rapport d’enquête parlementaire

0
442

BANGUI, 25 juillet 2019 (RJDH)—Le Directeur général des mines et Bienvenu Yagbanga, présenté comme un des frères du président de la République, seraient aussi impliqués dans le circuit de pot de vin dans l’affaire dite des chinois. C’est une information RJDH confirmée par plusieurs sources indépendantes.

Le rapport parlementaire parle de 90 millions perçus par le Directeur Général des Mines et Bienvenu Yagbanga, le frère du chef de l’Etat. Selon une source proche de la commission d’enquête parlementaire, les responsables des entreprises chinoises, ont confirmé avoir remis 90 millions de Fcfa au Directeur Général des mines et au frère du chef de l’Etat.

Auditionné par la commission d’enquête parlementaire, le Directeur Général des mines a nié les faits, « nous l’avons entendu au niveau de la commission après avoir reçu les responsables des sociétés chinoises. Devant nous, le Directeur Général a refusé avoir perçu de l’argent de la part de ces Chinois, ce qui ne nous a pas convaincus vu les preuves accablantes que nous avions eues », confie une source proche du dossier que le RJDH a pu rencontrer.

La rédaction du RJDH a tenté en vain d’entrer en contact avec les deux personnalités mises en cause dans cette affaire de pot de vin sur laquelle le nom du député Jean Michel Mandaba a déjà été cité. Sur ce dossier, un premier rapport du parlement centrafricain avait, entre temps déjà évoqué une chaine de corruption tenue par des personnalités qui seraient au gouvernement et à l’Assemblée Nationale

Selon des informations RJDH, le nom du président de l’Assemblée Nationale a aussi été cité dans l’affaire. L’honorable Gon Baba, de sources bien informées, a été auditionné par les membres de la commission d’enquête parlementaire sur sa probable implication. Léopold Mboli Fatran, ministre des mines, un des protégés de Touadera, cité dans le dossier, n’a pas cependant pu être entendu par la commission.

A l’Assemblée Nationale, l’honorable Jean Michel Mandaba mis en cause, a reconnu les faits lors de la concertation des députés le samedi 20 juillet dernier. Dans les couloirs du parlement, des voix s’élèvent déjà pour réclamer la traduction de cet élu devant la justice pour donner l’exemple. Difficile de dire si oui ou non, cette ligne sera suivie. La délibération de l’Assemblée Nationale est renvoyée à la session d’octobre dite session budgétaire. Le temps pourrait faire son travail et le dossier classé vu que dans l’affaire les noms de nombreuses personnalités proches du pouvoir sont cités.

Source : RJDH

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here