Centrafrique : le député du KNK Mathurin Dimbélet Nakoé a – t – il déjà vendu son âme au MCU ?

0
642

COMMENT MATHURIN DIMBÉLET NAKOÉ SE DÉMARQUE DU KWA NA KWA.

Bande sonore Mathurin Dimbelet, enregistrement libre Radio Centrafrique: https://drive.google.com/open…

Mes impressions:
Puisque le débat est public, qu’il dépasse notre parti politique le Kwanakwa Knk, avant qu’il n’y soit porté par l’intervention radiophonique du député Mathurin Dimbelet, 2è vice-président de l’ Assemblée Nationale De La République Centrafricaine et ci-devant membre du Bureau Politique du Parti Travailliste Kwa Na Kwa, il revient de droit à chaque Ouvrièr(e) de se prononcer sur la question du Retour au pays du Général François Bozizé Yangouvonda, ancien président de la République, Chef d’État Centrafricain, Président Fondateur de notre Parti politique.

Pour ma part, m’étant assigné cette mission depuis avril 2013, je suis très agréablement satisfait que le combat mené avec un petit nombre d’Ouvrières et d’Ouvriers, depuis le début de la #CriseSéléka, puisse atteindre ses objectifs que nous n’osions affirmés, bien que nous l’ayons globalement ainsi définis: (i) combattre (tardivement) des accusations fallacieuses ayant jeté le total discrédit sur la Gouvernance Bozizé, (ii) expliquer en quoi le coup de force contre le régime de Bozizé annihile les efforts pour la #RemiseSurLesRails de la #RCA, consentis par les Centrafricains et les partenaires au développement depuis le #SursautPatriotique du #15mars2003, et (iii) peser de toutes nos capacités sur la mise en place d’un processus crédible de sortie de crise; pour ne citer que ces trois objectifs globaux.

Le Retour du Général François Bozizé Yastngouvonda, qui fait débat, est acquis. Si un de nos objectifs serait ainsi atteint, des difficultés en empêchent la réalisation.

Sept ans après le déclenchement de cette Crise Séléka, avec les Centrafricains, nous constatons, frôlant l’implosion, combien la RCA a perdu, peinant à conjurer les forces du Mal pour se relever afin de garantir une sécurité et stabilité nationales à ses populations. De Libreville (janvier 2013) à Addis-Abeba (avril 2019), via Brazzaville, Bangui et Khartoum, la situation n’est toujours pas rassurante, pour Notre Avenir Commun.

En six ans, la #MiseÀLÉcart, qui nous a conduit dans cette terrible situation et qui aurait dû être combattu par tous, détermine encore et toujours nos projets et ambitions politiques, qu’ils soient bien-pensants, hypocrites, égoïstes, haineux ou anti-nationaux, facilement évacués par des catégories que sont la #MiseEnCoupesReglées du Territoire national, la #Patrimonialisation de l’État et la #Tribalisation du Politique, fondant le lit du clientélisme, du népotisme et de l’hybridation de la Politique. À ce dernier niveau, depuis avril 2013, pour la captation de nos ressources naturelles et minières, nos dirigeants successifs flirtent avec la Mafia internationale, sans que les Populations n’en tirent le moindre profit. L’assistance criminelle à notre État, des Institutions de Bretton Wood, parachève la main mise des Puissants sur ce bout de territoire Africain; par Puissant entendons bien les Organisations Internationales, les Puissances mondiales, les Transnationales et la Mafia internationale, dont #WAGNER est une parfaite illustration.

En cinq ans, ce que la RCA compterait d’élites a failli dans presque tous les domaines. Civils et militaires formés dans les grandes écoles et universités de ce monde, en RCA, Afrique, France, Europe de l’Est, URSS et États-Unis, pour ne citer que ceux-là, peinent à REPENSER LA RCA engluée qu’elle demeure dans la Crise Séléka. Nous sommes là à espérer que des solutions toutes faites nous soient imposées par la MÈRE-PATRIE que demeure la FRANCE ou le PARRAIN MAFIEUX que tente d’être la FÉDÉRATION DE RUSSIE.

Et c’est bien là que nous ramène Mathurin Dimbelet déculpabilisant Faustin-Archange Touadera, qui serait frappé d’incapacité chronique de décision, tant nos amis et partenaires de cette COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE lui dicteraient TOUT… Au point de lui interdire de laisser rentrer François Bozizé Yangouvonda.

La duplicité de l’Ouvrier Mathurin Dimbelet le dévoile davantage quant il tente de plaider pour un retour légalement encadré de François Bozizé Yangouvonda, dont il propose l’organisation et la prise en charge par l’État; ancien président de la République, le Général François Bozizé Yangouvonda devrait revenir tapis rouge déroulé, par la grande porte, au grand jour, sur décision de l’État Centrafricain qui s’y serait très bien préparé, si nous devons croire Honorable Mathurin Dimbelet, 2è vice-président de l’Assemblée Nationale De La République Centrafricaine.

Au secours de l’ancien 2è vice-président du Kwa Na Kwa, Faustin-Archange Touadera, le LÉGISLATEUR Mathurin Dimbelet, membre du Bureau Politique du Kwa Na Kwa, prenant la parole en ses nom et qualité de Député de la Nation, ne ferait pas mieux que de plaider, tel un mauvais avocat, la cause perdue de son client coupable de violation des droits du Citoyen François Bozizé Yangouvonda, en ce que Tout Citoyen a droit à un Passeport, quant il en fait la demande, et que Nul Citoyen Centrafricain ne DOIT ÊTRE CONTRAINT À L’EXIL

Ce qu’il n’a pas su faire, pour une maîtrise du dossier, l’avocat de Faustin-Archange Touadera, qui s’est précipité, hier au micro de Radio Centrafrique, tentant ainsi de gangréner l’invitation politique adressée par son client, Faustin Archange Touadera, au Secrétariat Général du Kwa Na Kwa, aurait dû d’abord s’imprégner des (iv) Dispositions contenues dans les résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies, en faveur du Retour dans leur pays, des acteurs liés à la Crise Centrafricaine, quant ils en manifestent expressément la volonté de contribuer à la paix et la résolution de la Crise, et (v) les Déclarations des personnalités politiques, Centrafricaines, Africaines et internationales, et nombreuses autres manifestations en faveur du Retour de tous les Exilés et des deux Anciens Chefs d’État Centrafricain, #MichelDjotodia et François Bozizé Yangouvonda, afin de contribuer à l’apaisement politique.

En agitant le chaud et le froid, imbu de malices, Mathurin Dimbelet tenta de faire croire à une mobilisation des Militants du Kwa Na Kwa pour #ToutPéter et imposer le Retour par la force du Général François Bozizé Yangouvonda, ce qui compliquerait la situation à tous les niveaux. Cette vieille méthode d’intimidation ne paiera pas, que ce membre du Bureau Politique du Kwa Na Kwa, en soit rassuré.

S’il évoque une telle possibilité, c’est qu’il sait combien cette question du Retour est essentielle pour le Parti Politique qu’il représente à l’Assemblée Nationale De La République Centrafricaine, seule la tension, née des décisions et choix politiques du président de la République Centrafricaine, conduirait une partie de la composante nationale à faire valoir coûte que coûte ses droits. La responsabilité est donc du côté de Faustin Archange Touadera.

Très brièvement ici ébauché, constatons que la mise à l’écart, l’égoïsme, le clientélisme, l’hybridation du politique sont ici célébrés par notre frère Mathurin Dimbelet contre les efforts du Kwa Na Kwa pour la résolution de la Crise Centrafricaine.

Henri Grothe (@grothe2),
Membre fondateur de la #ConvergenceNationale Kwa Na Kwa,
Coordonnateur du #COCOE Kwa Na Kwa

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here