Centrafrique : le député Albert Guinimonguimi d’Obo 2 enlevé par les éléments de l’UPC d’Ali Darass

0
298
Le député de la circonscription d’Obo 2 Albert Guinimonguimi a été enlevé par les éléments de l’UPC du mercenaire nigérien Ali Darass, ministre – conseiller à la primature en charge de la sécurité de la région du Centre – est, et partenaire privilégié du gouvernement, selon le premier ministre Ngrébada dans sa dernière sortie médiatique sur les ondes de RFI, nous ont rapporté des sources locales indépendantes. Cette information vient d’être confirmée à notre rédaction par son collègue Ernest Mizédio de la circonscription d’Obo.L’intéressé s’est rendu dans le chef – lieu de la préfecture du Haut – Mboumou pour sensibiliser ses électeurs sur l’importance de l’enrôlement sur les listes électorales et leur rendre compte des derniers travaux de la session extraordinaire de l’assemblée nationale à laquelle il a pris part. Au moment où nous mettons sous presse, nous n’avons obtenu aucune réaction des autorités gouvernementales sur cet acte d’agression et d’enlèvement d’un élu de la nation dans l’exercice de ses fonctions. Le député Albert Guinimonguimi paie donc par cet acte ignoble, criminel et barbare ses dénonciations avec tous les députés du Haut – Mboumou de l’occupation de sa terre par des hordes de conquistadores et d’égorgeurs venus d’ailleurs, avec la complicité du pouvoir de Bangui.

Souvenez – vous de la Déclaration des députés du Haut – Mboumou relative à l’attaque de l’UPC d’Ali Darass du 23 octobre 2019 !

Village proche de Bambouti, pour illustration. CopyrightCNC.

 

Le 17 octobre 2019, la ville de Bambouti, située à l’extrême Est de notre pays, à la frontière avec le Sud Soudan, a été attaquée par des éléments se réclamant de l’UPC d’ALI DARRAS, Chef rebellle bien connu, qui est un sujet Nigérien.

Cette attaque intervient après celle de Zémio, ayant entrainé le déplacement massif de 52 000 personnes vers la République Démocratique du Congo (RDC).

En ce moment, la ville d’Obo est encerclée par les éléments, asphyxiée et risque de tomber dans les heures qui viennent.

Ces différentes attaques qui sont perpétrées sur les paisibles populations du Haut-Mbomou dans l’indifférence totale du Gouvernement, trahissent un plan machiavélique, destiné à installer d’autres populations majoritairement étrangères en lieu et place des populations autochtones. Pour preuve, la récente publication d’une du même ALI DARRAS, qui dévoile ses intentions, sans réaction à ce jour du Gouvernement encore moins de la MINUSCA.

C’est avec indignation que les populations du Haut-Mbomou, constatent leur abandon par la République depuis l’indépendance, avec l’absence d’écoles, de routes et d’implication dans la conduite des affaires de l’Etat et l’indifférence de l’Etat face aux exactions de la LRA.

Face à cette situation, les populations du Haut-Mbomou, réaffirmant leur attachement à la République, attirent l’attention du gouvernement, du Peuple Centrafricain et de la communauté internationale, des risques de génocide dans cette partie de notre pays et de la possible récupération par des extrémistes face au vide laissé par l’Etat.

Fait à Bangui le 23 octobre 2019

Ont signé :

  • Honorable Ernest MIZEDIO, Député d’OBO 1
  • Honorable Lambert AVORLOU, Député de DJEMAH
  • Honorable Jean-Bernard GBISSIGUI, Député de BAMBOUTI
  • Honorable Martin DALOU WAMBOLI, Député de ZEMIO
  • Honorable Albert GUINIMONGUIMI, Député d’Obo 2

Affaire à suivre….!

La rédaction

https://letsunami.net/index.php/2020/05/23/obo-les-symboles-de-la-republique-agresses-et-souilles-a-jamais-par-le-gangster-de-bangui-et-son-organisation-criminelle/#:~:text=Obo%20:%20le%20d%C3%A9put%C3%A9%20Miz%C3%A9dio%20d%C3%A9nonce%20la%20passivit%C3%A9%20de%20la

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here