Centrafrique : le débat soulevé par la tribune du général Ludovic Ngaïfé s’impose à nous tous !

0
406

POURQUOI DE NOTRE PASSÉ RÉCENT DEVRAIT-ON NOUS INTERDIRE DE REBONDIR ?

Un débat s’impose à nous, que nous ne devrions esquiver, la Tribune du Général Ludovic Ngaïfé.

Étant parmi les premiers à la partager, nous avons estimé bon de laisser libre cour aux réactions diverses accompagnant sa diffusion, sans trop interférer dans le débat, car débat il y a, même si nous estimons que certains le biaisent selon leurs proximités avouées ou non avec le Pouvoir en place, quoi de plus normal, quand il ne s’agit purement et simplement que de la peur du lendemain tant ce qui se noue n’est pas du tout maîtrisé par ceux qui estiment être du cercle restreint des initiés.

La principale crainte du lendemain s’exprimerait souvent par « Général Ludovic Ngaïfé, où étiez-vous en 2013 quant votre oncle perdait le Pouvoir ? ». Une manière élégante de clore le débat à peine ouvert par la Tribune Ngaïfé, en l’enfermant par l’accusation facile de la révolte d’un mis-à l’écart, de celui qui aurait profité par le passé de son oncle François Bozizé Yangouvonda pour se hisser au sommet du commandement des FACA (Force Armee Centrafricaine), pour ainsi dire que de ce profiteur nous n’en voulons plus de nos décideurs militaires et politiques, manquant de lui indiquer la porte de sortie vers une activité entrepreneuriale, genre « qu’il aille cultiver la terre (ka lo gué lo fa yaka mahaaa) ! ».

Cette crainte d’un lendemain incertain, si jamais le Général Ludovic Ngaïfé et ses frères d’armes décidaient de passer à l’action, s’exprimerait encore par une probable fin brutale du régime Faustin Archange Touadéra, même s’il venait à résister quelques jours ou semaines durant, sous l’estocade guerrière conduite par des officiers supérieurs des FACA. Le sachant, des débatteurs militeraient pour la « paix à tout prix » puisque nous serions bientôt rendus à des échéances électorales qui rendraient son verdict populaire en faveur du Peuple comme l’imposerait tout processus démocratique digne de ce nom. Une illusion d’optique digne des fantassins de l’impossible, hypocrites quand ils ne sont ignorants des mécanismes de dominations, activés par ceux qui sont actuellement aux commandes des décisions Centrafricaines.

Le Peuple ne souffre-t-il pas, sur la quasi-totalité du territoire Centrafricain ? Sous prétexte d’échéances électorales constitutionnelles programmées, ne devrions-nous pas proposer un autre choix au Peuple que de s’enfermer dans une hypocrisie démocratique qui, en 2015/2016 nous a rendu là où nous sommes, dans l’impasse ? À qui profiterait donc ces échéances électorales sinon qu’à perpétuer un ordre contre l’émancipation légitime des Centrafricains ?

Tant d’autres questions demeurent même si elles ne sont point exprimées ici.

Puisque certains débatteurs s’inscrivent dans l’esprit d’une« Analyse désintéressée (décryptage) de la Tribune du Général Ludovic Ngaïfė », nous leur exigeons une maîtrise certaine  des faits politiques et historiques ayant conduit à cette dernière prise publique de parole du Général, que de se pavaner en dénigrements soupçonneux du Général et de ses ambitions exprimées pour une République Centrafricaine stabilisée et marchant vers plus de démocratie et l’amélioration du cadre de vie des populations, où qu’elles se trouvent.

Pour ce faire, j’ajoute au débat l’esquisse d’une grille d’analyse de cette Tribune NGAÏFÉ, qui à mon humble avis demeure encore incomprise même par ceux visités par le Saint-Esprit des analystes.

Que ce débat soit argumenté, loin des brèves de sous-les-manguiers ou acacias de nos dimanches, après la messe ou le sport hebdomadaire de dégraissage calorifique vite enfoui, sous la pression amicale et bucolique de la bonne soupe de Pauline et ses vins, liqueurs et autres bières traditionnelles de nos quartiers populaires Banguissois, telle est ma quête intellectuelle, pour une analyse véritable, un vrai débat.
Henri Grothe

#TribuneNGAÏFÉIhttps://www.facebook.com/henri.grothe.9/posts/2653198044778485

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here