Centrafrique : Le Bâtonnier Emile Bizon ridiculise et humilie l’expert en enquête de flagrance M. Foukpio Narcisse Benoit

0
201

 

Le communiqué du PR expose que les faits délictuels se sont produits le 20 février 2024. Le mis en cause a été arrêté le 03 mars 2024, soit 12 jours après la commission des faits. Et il est allégué que l’on est en matière de flagrance.

Je ne vous fais pas l’insulte de rappeler ici la définition de la notion de flagrance. Il eu un temps où les acteurs de la justice Centrafricaine, des magistrats et des avocats ont honoré la République Centrafricaine par leurs professionnalismes, leurs respects des valeurs de la justice.

C’est ici le lieu pour moi d’exprimer mon admiration pour ces personnes qui ont été pour moi, une source de motivation pour les carrières judiciaires. Je rends hommage à Messieurs Édouard FRANK, Gabriel NGBODOU, PANDI, Levy SOBANGUE, Marc PASSET, ZARAMBAUD ASSINGAMBI, Nicolas TIANGAYE.

Je ne désespère cependant pas qu’une nouvelle génération soit prête pour se lever tant dans la magistrature que dans l’avocature pour arrêter le flot de l’iniquité et de l’injustice. Je crois et je confesse que le relèvement de la République Centrafricaine s’opérera par la JUSTICE.

Émile BIZON
Bâtonnier

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici