Centrafrique : l’Association des Etudiants Centrafricains en Russie dément les grossiers mensonges du journaleux Albert Mopkem Yaloké

0
152

 

L’AECAR dément les propos du Porte-parole de la Présidence Albert Mokpem Yaloké

Après la publication il y a quelques jours, de la situation de vie de plus en plus complexe dont font face les étudiants centrafricains vivant en Russie, et qu’ils demandent tous à l’unanimité au gouvernement de chercher par voies et moyens de lames rapatrier au pays, la Présidence de la République centrafricaine, par la voix autorisée de son Porte-parole Albert Mokpem Yaloké a réagit hier, sur les ondes de Ndekeluka, a fait une mise au point sur la situation globale de ces étudiants, qui chagrinent sous leur peau, en terre russe en ce moment. Une sortie dont le bureau exécutif de l’association des étudiants centrafricains en Russie #AECAR, pense que la Présidence de la République centrafricaine induit le public en erreur, concernant les véritables problèmes qu’ils encourent en ce moment.

Au micro de nos confrères de Ndekeluka, le Porte-parole de la présidence de la République Albert Mokpem Yaloké affirme que selon les closes de cette coopération Centrafricano-Russe, le pays prend en charge la bourse, et le gouvernement russe s’en charge de certaines obligations. Il a précise que le nombre exact des étudiants centrafricains en Russie dans le cadre de cette bourse de coopération, est estimé à 9 au total, qui perçoivent régulièrement leur bourse versée par le gouvernement centrafricain à termes échus.

Le ministre conseiller Yaloké poursuit en disant que c’est suite aux conséquences de la guerre entre la Russie et l’Ukraine, que le gouvernement centrafricain ne parvient pas à liquider la bourse aux étudiants centrafricains vivant en Russie. Il ajoute que lors d’une mission de travail effectuée par le chef de l’État Faustin Archange Touadera en terre russe, il a été informé de la situation de ces étudiants, y compris le PAN Simplice Mathieu Sarandji qui s’y est récemment rendu, dont lui aussi est bien informé. Mais selon le ministre conseiller en communication de Touadera, le pays fait face à une véritable tension de la trésorerie, c’est ce qui justifie le fait que ces étudiants n’ont pas perçu leur bourse ces derniers temps, de la part du gouvernement centrafricain.

Albert Mokpem Yaloké martèle aussi que parmi les 9 étudiants centrafricains vivant en Russie, deux d’entre eux vivent dans des conditions extrêmement difficiles, ce qui les a poussé à demander au gouvernement de les rapatrier, et non tous les 9 étudiants qui sont en Russie, qui demandent leur rapatriement volontaire au pays. Il n’est pas passé par le dos de cuillère, pour montrer que la représentation diplomatique centrafricaine accréditée auprès de la fédération de Russie, n’est pas informée des conditions ou encore de la situation dans laquelle vivent ces étudiants en Russie, c’est ce qui a fait que le problème persiste, selon la Présidence de la République centrafricaine.

Faux, a rétorqué le bureau exécutif de l’association des étudiants centrafricains en Russie AECAR, qui a balayé de revers de mains, la déclaration officiellement faite par le ministre conseiller Yaloké sur les ondes de Ndekeluka, au nom de la présidence de la République. S’agissant de 9 étudiants dont le ministre Yaloké a montré, l’AECAR a précisé quant à lui que les étudiants centrafricains vivant en Russie dans le cadre de ces bourses de coopération, sont au nombre total de 55, en date d’aujourd’hui, et que l’ambassade centrafricaine en Russie a approuvé cette liste, qu’elle a envoyé au ministère de l’enseignement supérieur cette année.
Le bureau exécutif de l’AECAR a montré que sur la liste de 55 étudiants boursiers dont les dossiers sont approuvés par l’ambassade et envoyés au ministère de l’enseignement supérieur à l’intention de la commission d’attribution des bourses d’études de l’année en cours, 9 étudiants d’entre les 55 qui figurent sur la liste des boursiers envoyés à Bangui, qui sont retenus. Et selon le bureau de l’AECAR, c’est de ces 9 étudiants retenus parmi les 55 régulièrement inscrits dans différentes universités russes comme celles de Moscou, Kazan, Rostov, Krasnodar, Kaluga,Stavropol, Saratov, Varonèj, Barnaul, Saint petersburg, Astrakan, dont le ministre conseiller à la présidence de la République Albert Mokpem Yaloké a fait mention, ce qui est totalement contraire au nombre réel connu même par l’ambassade sur place.

L’AECAR, pense que la guerre en Ukraine n’a pas d’impact sur le versement de leurs bourses par le gouvernement, car selon le bureau exécutif de ces étudiants, leurs bourses sont décaissées par le trésor public centrafricain, et non envoyées via le transfert bancaire, pour qu’il y est des tracasseries d’envoi, contrairement à la déclaration du ministre conseiller Yaloké, qui affirme pour sa part que la guerre de l’Ukraine empêche le gouvernement de leur verser les bourses à termes échus. Quand le ministre conseiller Yaloké précise sur Ndekeluka que deux étudiants demandent leur rapatriement pour des conditions difficiles qu’ils traversent, l’AECAR considère les propos du Porte-parole de la présidence de la République comme totalement étonnés. Car selon l’AECAR, c’est tous les 55 étudiants qui demandent avec véhémence au gouvernement centrafricain, de les rapatrier, et non deux étudiants.

Quand à la question du manque d’information sur la situation des étudiants centrafricains par l’ambassade centrafricaine en Russie dont le ministre conseiller Yaloké a souligné dans ses propos, le bureau de l’AECAR dément fermement cette déclaration, en précisant que le bureau a envoyé la liste des 55 étudiants boursiers à l’ambassade qui a approuvé, avant de transférer aux autorités compétentes à Bangui. Joint au téléphone, Léon Dodonou Pounagaza, l’ambassadeur centrafricain en Russie affirme être au courant de cette liste dont son institution a pu viser, et envoyer auprès des autorités compétentes à Bangui.

Le Porte-parole de la présidence de la République Albert Mokpem Yaloké affirme que successivement lors de leurs différentes missions de travail en terre russe, le chef de l’État Faustin Archange Touadera et le PAN Simplice Mathieu Sarandji étaient bien informés de la situation de ces étudiants, et de leurs conditions de vie sur place. L’AECAR a précisé pour sa part que lors du passage du Président Touadera aux assises de Sotchi en 2019, le bureau exécutif a mobilisé 7 étudiants en fonction de leur situation géographique, pour aller rencontrer le Président.

« Vous savez, quand le Président était de passage en 2019 à Sotchi, nous avons mobilisé 7 étudiants qui sont allés rencontrer le Président Touadera, selon la situation géographique du positionnement de chacun d’entre nous. Il y a ceux qui sont dans leurs villes d’étude très éloignées du positionnement de Sotchi. Et d’ailleurs pour ceux qui connaissent bien la Russie, elle a une superficie de 17 millions de M2, de superficie, avec plus de 4 fuseaux horaires différents, donc il y a des villes dans lesquelles certains étudiants se trouvent, qui sont très loin », a expliqué Charles Yannick Bor ADMISSE, Président de l’AECAR.

Le bureau de l’AECAR n’est pas passé par quatre chemins, pour signaler que lors de sa récente mission de travail en Russie le 21 mars dernier, le PAN Simplice Mathieu Sarandji a tenu des propos peu responsables voire banals, face aux représentants des étudiants centrafricains qui étaient allés à sa rencontre. « Vous savez, quand on avait envoyé nos représentants à la rencontre du PAN Simplice Mathieu Sarandji récemment qu’il est de passage en Russie, il leur avait même dit que personnellement, il n’a pas été pour l’envoi des étudiants centrafricains en Russie. Mais il va quand-même poser le problème sur la table du gouvernement, afin que cela soit débattu et résolu comme souhaité « , a ajouté Charles Yannick Bor ADMISSE.

Mais la question cruciale qui se pose est qu’entre les propos officiels de la présidence de la République par la voix de son Porte-parole Albert Mokpem Yaloké, et ceux des étudiants centrafricains vivant en Russie, puis confirmés par l’ambassadeur Léon Dodonou Pounagaza joint au téléphone, lesquelles des deux versions semblent correctes ? La version des étudiants centrafricains qui vivent dans des conditions difficiles à l’heure actuelle est-elle fausse, ou celle de la présidence de la République tenue par Yaloké, très loin des réalités vécues par ces étudiants qui est fausse? À chacun de déduire, et comme gouverner, c’est prévoir, tout porte à croire que le gouvernement centrafricain ferait tout pour éviter le pire à venir, quand une goute d’eau va déborder le vase du côté des étudiants centrafricains qui sont en ce moment en terre russe.

Très remonté contre les propos du Porte-parole de la présidence de la République Albert Mokpem Yaloké, l’AECAR insiste encore sur la volonté manifeste des étudiants centrafricains vivant en Russie, de boycotter l’arrivée et la participation de la délégation centrafricaine aux assises de Sotchi qui se pointent à l’horizon. Ils ont même prévu une grande manifestation aujourd’hui à l’université des peuples de Ruden, située dans la ville de Moscou, pour montrer leurs mécontentements vis-à-vis de la déclaration officiellement faite par le ministre conseiller à la présidence de la République centrafricaine Albert Mokpem Yaloké, hier sur les ondes de Ndekeluka, jugée contraire à leurs conditions de vie en ce moment. Ils pensent que le gouvernement centrafricain fait fi de leur situation actuelle, voilà la raison ultime de leur demande unanime de rentrer au pays continuer leurs études sur place à Bangui, auprès de leurs parents, que de vivre le calvaire voulu par le gouvernement qui leur a imposé volontairement.

Ci-joint à notre publication, la copie de la liste des 55 étudiants boursiers officiellement reconnus par le gouvernement russe, certifiés par l’ambassade centrafricaine en Russie, dont la présidence de la République affirme quant à lui l’inverse.

Dossier à suivre

Fiacre Salabe Journaliste d’investigation et de Vérification des faits

Lu Pour Vous

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici