Centrafrique : l’ambassadeur russe Tittorenko a réitéré ses appels à la haine et à la guerre civile au président de l’assemblée nationale Laurent Ngon – Baba

0
292
AUDIENCE DU PRESIDENT DE L’ASSEMBLEE NATIONALE A L’AMBASSADEUR DE LA RUSSIE EN CENTRAFRIQUE
Le Président de l’Assemblée Nationale, Laurent NGON-BABA a accordé le 2 mars une audience à l’Ambassadeur de la Russie en poste à Bangui Vladimir TITTORENKO.
La situation sécuritaire que traverse la République Centrafricaine et l’aide militaire que peut apporter la Russie pour la restauration de l’autorité de l’Etat ont été au menu de ces échanges comme l’affirme Mr TITTORENKO à sa sortie de cette entrevue au micro de la Presse Parlementaire : « Nous avons discuté de notre coopération dans cette période qui n’est pas facile pour votre pays. J’ai confirmé au Président de l’Assemblée Nationale que la Russie va continuer l’aide militaire pour votre pays dans la lutte contre les rebelles et les bandits pour éliminer totalement le groupe de la CPC, pour installer la stabilité et le contrôle sur tout le territoire de votre pays par votre armée et par votre force de sécurité ».
La coopération militaire et la livraison des armes par son pays se poursuivront jusqu’à l’enclenchement des investissements russes en Centrafrique, a ajouté l’ambassadeur TITTORENKO : « J’ai confirmé au Président de l’Assemblée Nationale que nous allons continuer la livraison des armements de votre armée et continuer la formation de nouveaux officiers et soldats, le cas de la Police et de la gendarmerie. Après la stabilisation de la situation, la Russie va poursuivre la coopération avec le projet des investissements de notre économie, en particulier dans les secteurs qui sont prioritaires comme l’agriculture, la production des produits alimentaires, énergie, des ressources de l’eau et les structures sociales ».
Dialogue ? Oui mais sans Bozizé et tous ceux qui ont pris des armes contre la RCA a poursuivi le diplomate :« J’ai expliqué à Mr le Président de l’Assemblée Nationale que notre position es très claire en ce qui concerne le dialogue nationale. Nous sommes en faveur de ce dialogue national mais sans la participation de Bozizé et autres personnes qui sont devenus des criminels qui ont commencé la guerre contre le Gouvernement légitime et le Président légitime. Malheureusement quelques média qui représente l’opposition, j’ai vu les déclarations qui appellent à la guerre civile, ce n’est pas vrai, parce que c’est Bozizé qui avait appelé pour la guerre et qui a commencé la guerre et je peux confirmer que notre position c’est en faveur de la paix, mais pas la paix avec les forces qui ont commencé la guerre contre le Gouvernement et contre le peuple. C’est juste avec les forces vivent qu’on peut travailler pour établir la paix réelle, mais la réconciliation avec les forces qui sont devenus le ennemies de votre pays qui sont financés par les pays étrangers n’est pas possible. Le dialogue nationale en cette période où les combats se poursuivent sera intitule. Il faut attendre la fin des rebelles après quoi on peut commencer le dialogue nationale. Mais c’est juste votre Gouvernement qui doit organiser ce dialogue sans intervention de pays étrangère ».
L’embargo imposé sur le pays ne profite qu’aux rebelles a déclaré le diplomate Russe qui affirme que son pays mènera des plaidoyers pour sa levée totale si le gouvernement centrafricain introduit une demande de révision du régime dudit embargo :« J’ai expliqué à Mr le Président de l’Assemblée Nationale que ce n’est pas nécessaire d’attendre la révision de l’embargo au mois de Juillet, on peut commencer ce processus maintenant, mais ça doit être initié par votre pays. Votre pays doit demander les révisions du régime de l’embargo, nous allons appuyer votre demande au Conseil de Sécurité et travailler avec les autres membres pour lever totalement cet embargo imposé à votre pays ».
« L’embargo avait été introduit dans la période où ni le Gouvernement, ni le Président n’existaient pas et maintenant cet embargo est dans l’intérêt des bandits, des rebelles, pas dans l’intérêt de votre force armée. Ce n’est pas justifié dans cette période de la lutte contre les rebelles », a conclu l’ambassadeur TITTORENKO.
Assemblée Nationale Centrafrique

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here