Centrafrique : la Maison de Touadéra brûle de l’intérieur

0
1287

Ces derniers temps, les relations sont devenues plus qu’électriques et houleuses entre le président Touadéra et son clan. L’homme fort de Bangui en veut à ses plus proches collaborateurs pour n’avoir pas su prévenir le retour inopiné de l’ancien président François Bozizé, d’une part, et pour lui avoir fait par la suite allégeance, d’autre part. Il l’a fait savoir de la belle manière qui soit à son neveu Arthur Piri, en lui envoyant une bonne paire de gifles, lors d’une réunion, il y a quelques jours. La dilapidation d’importants moyens humains, matériels et financiers, à lui alloués hebdomadairement, sans oublier les fonds mis régulièrement à sa disposition par les sociétés d’état et autres, en sa qualité de ministre – contrôleur général d’Etat, pour le bon fonctionnement des différents services de renseignements généraux en est la raison principale. Des investissements à perte !

Du cercle familial, cette méfiance et cette colère se sont étendues à l’assemblée nationale et au MCU. Désormais, il ne fait plus de doute que le président Touadéra soupçonne frontalement  le président Ngon Baba d’avoir donné son accord pour la mise en place d’une transition politique, en cas de glissement du calendrier électoral ou d’un événement de nature à porter atteinte à la stabilité des institutions nationales. Pour avoir eu la politesse et la courtoise d’aller serrer les mains du chef d’état – major du président Patassé à l’aéroport international Bangui M’Poko, lors de l’arrivée de la dépouille mortelle du député des M’Brès Pierre Marie Aimé FRANCK, le 1er vice – président de l’assemblée nationale Symphorien MAPENZI, est lui aussi considéré comme un renégat et donc classé dans le camp de l’ennemi. Même si le député Dimbélet Nakoé, en fin stratégique, s’était soigneusement mis, ce jour – là, un peu en retrait pour ne pas avoir à saluer le général Bozizé, allant jusqu’à vouloir se soustraire du viseur de la caméra du photographe, et qui en veut aussi à Mapenzi pour son geste de nature à les discréditer au sein du MCU, il n’a pas pour autant échappé à la foudre du mathématicien de Boy – Rabé. Et en réponse, le député de Bimbo qui n’aura besoin du soutien de personne pour se défendre et abattre sa carte, de  lui promettre de vives voix sa destitution du bureau de l’assemblée nationale, dès la session parlementaire prochaine.

Mais, alors que l’on pensait tout naturellement que la chaleur sera de mise entre Touadéra et Ngrébada, grande est notre surprise de nous entendre dire que rien ne va plus également entre les deux têtes de l’exécutif. Certaines mauvaise langues vont jusqu’à accuser ouvertement le premier d’avoir demandé son départ de la primature, par l’entremise des Groupes Armés, tel que mentionné dans leur dernier Mémorandum. Même son de cloche du côté de la présidence centrafricaine où l’homme n’aurait plus confiance en son fameux ministre – conseiller spécial Fidèle Gouandjika, et se méfierait aussi de lui comme d’un serpent à sonnette. Fort heureusement, les relations seraient au beau fixe entre lui et son ministre – conseiller en matière politique, un certain Dibert, qui est totalement déconnecté des réalités locales et qui ne pourrait lui être d’aucun secours.

Ainsi donc, tel un loup entré par effraction dans la bergerie, l’ancien président François Bozizé, loin d’être un pèlerin de la paix, de la réconciliation nationale et du vivre ensemble, dans son pays, apparaît plutôt pour son ancien premier ministre comme un élément extrêmement dangereux et perturbateur dans une assemblée jadis calme. Par conséquent, de la présidence de la République au MCU en passant par l’assemblée nationale et le gouvernement, la crise au sommet de l’Etat s’éclate au grand jour, s’étale et gangrène tout. A telle enseigne que le président se répugne à se retrouver dans un même lieu ou une même salle avec les députés de sa majorité présidentielle qu’il déteste publiquement, Ngon Baba, Mapenzi et Dimbélet, soupçonnés et rangés dans le camp de l’ennemi.

Jean – Paul Naïba

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here