Centrafrique : la luxueuse « évacuation sanitaire » d’Évariste Ngamana à Paris

0
149

 

Centrafrique : la luxueuse « évacuation sanitaire » d’Évariste Ngamana à Paris

Le premier vice-président de l’Assemblée nationale centrafricaine prévoit de se rendre en
France du 9 juillet au 9 août. Officiellement, pour des raisons médicales. Durant ce voyage,
financé en partie par les fonds publics, il compte résider dans l’un des plus beaux hôtels de Paris.

30 juin 2022 à 17:35

Très critique en public à l’égard de la France, Évariste Ngamana semble l’être nettement moins en privé. Selon nos informations, le premier vice-président de l’Assemblée nationale centrafricaine, pro-russe affiché et proche des réseaux Wagner dans le pays, prévoit une « évacuation sanitaire » coûteuse à Paris en juillet.

Dans un « appel de fonds » signé le 10 juin et dont JA a obtenu copie, Simplice Mathieu Sarandji, le président de l’Assemblée nationale, demande au ministère des Finances et du budget de verser à la direction générale des finances du matériel et de la logistique de son institution la somme de 17 194 916 francs CFA (26 213 euros) pour « l’évacuation sanitaire de l’honorable Évariste Ngamana à Paris ».

« Problème dentaire »

La répartition de cette somme est détaillée, avec 13 847 916 francs CFA (21 111 euros) de frais clinique et 3 347 000 francs CFA (5 102 euros) de frais de transport. D’après des sources concordantes, le motif avancé pour cette évacuation sanitaire est un « problème
dentaire ».

Palace parisien

Ngamana, intime du président Félix-Archange Touadéra et cheville ouvrière de sa campagne pour un troisième mandat, a déjà réservé un aller-retour pour Paris sur la compagnie Ethiopian Airlines au départ de Douala, via Addis-Abeba, avec un départ le 9 juillet et un retour le 9 août.

À Lire Centrafrique : comment Faustin-Archange Touadéra veut s’offrir un troisième mandat

Des dates qui correspondent à sa réservation d’hôtel à Paris, dans un des plus beaux palaces de la capitale française récemment rénové : le Lutetia. Selon un bon de réservation daté du 21 juin et dont JA a obtenu copie, Évariste Ngamana y a réservé une chambre
standard pour 31 nuitées. Soit, si l’on se fie à la fourchette basse de 1200 euros par nuit affichée par la plupart des sites de réservation pour cet établissement, un montant total de 37 200 euros pour son séjour – qu’il aurait déjà prépayé.

Ce coûteux séjour en France reste toutefois conditionné à l’obtention d’un visa. La demande formulée par Ngamana est toujours en cours d’étude à l’ambassade de France à Bangui. Contacté par JA, l’intéressé n’a pas souhaité commenter ces informations, estimant
qu’il « n’avait pas à se justifier sur ce qui concerne [sa] santé » car il s’agit d’un « problème d’ordre privé ».

Jeune Afrique

Lu Pour Vous

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here