Centrafrique : la guerre sans merci annoncée par l’Imposteur de Bangui contre les leaders de l’opposition ou la recommandation du DPR passée inaperçue

0
325

 

DIALOGUE REPUBLICAIN, LA RESOLUTION QUI EST PASSEE INAPERCUE : L’ANNONCE PAR LE PRESIDENT TOUADERA D’UNE GUERRE SANS MERCI CONTRE LES LEADERS DE L’OPPOSITION

Le discours de clôture du Dialogue politique républicain prononcé par le chef d’état a révélé son état d’âme par rapport aux leaders de l’opposition, qu’il a toujours traités en ennemis.

Assurément, le président Touadéra refuse de reconnaître que, durant toute la période de préparation de ce dialogue, ceux-ci avaient fait preuve d’une constante bonne volonté, notamment à travers la participation très active et constructive de leurs représentants au CODR et à travers les thématiques proposés, destinées à faire de ce dialogue une opportunité unique pour que soient abordés les véritables problèmes qui nuisent à la paix, la sécurité et à l’encrage de la démocratie, dans le but d’y trouver des solutions concrètes et dans la durée. Au lieu de faire montre de leadership et de chercher à concilier les points de vue, le président de la République a préféré choisir de consacrer son énergie à diviser les leaders de l’opposition à coups de distributions nocturnes d’enveloppes et de promesses de postes ministériel aux plus fragiles (pour ne pas dire cupides) d’entre eux. Ces corrompus l’avaient manifestement rassuré qu’ils réussiraient à faire participer tous les leaders de l’opposition à la cérémonie d’ouverture du dialogue. Apparemment, leur présence représentait un gage de succès de ce dialogue devant la Communauté internationale et constituerait une très précieuse conditionnalité aux déverrouillages des vannes financières internationales, hermétiquement fermées depuis le retrait des appuis budgétaires de la France.

Fort malheureusement, la déclaration de non-participation de l’opposition à cette causette entre amis, rendue publique la veille sur les réseaux sociaux, a manifestement plongé le président de la République dans une fureur indicible, largement exprimée dans son discours de clôture du Dialogue. En effet, alors que ce discours devrait être apaisant, rassurant et soucieux de synthèse, Archange Touadera s’est plutôt lancé dans un véritable réquisitoire contre les leaders de l’opposition démocratique, les accablant de tous les noms d’oiseaux et les rendant responsables de tous les malheurs que connait le pays et sous le poids desquels soupire le peuple centrafricain. Ce faisant, il a montré son vrai visage d’homme clivant, haineux, revanchard, manquant d’assurance et finalement très méchant, comme en témoignent les morceaux choisis et répertoriés tels que ci – après :

  • « …Ceux qui font profession d’alimenter les flammes de l’hostilité en prônant la division et la haine… »;
  • « …Certain concitoyens dont les esprits sont hantés par les démons de la trahison, de la méchanceté, de la haine, de l’animosité ont entrepris de souffler le feu dans le pays, d’entretenir un climat politique délétère artificiel afin de satisfaire d’autres intérêts que ceux de leurs compatriotes. Ils se sont révélés porteurs, de manière plus ou moins ouverte, d’autres projets que ceux de l’unité nationale, de la paix et de développement de la République centrafricaine »;
  • « …Pendant une semaine, dans un élan de solidarité sans précédent, vous avez résisté aux manipulations et aux gesticulations diaboliques des éternels contestataires… »;
  • « …Ces assises ont , en effet, permis de former un front républicain contre les auteurs de l’usurpation de la souveraineté populaire, les ennemis de la Nation, les auteurs, coauteurs, complices et commanditaires des crimes, qui ont toujours semé la désolation dans nos foyers ; »;
  • « …On ne doit pas chercher le pouvoir en jouant le rôle de supplétifs dans une guerre géopolitique, géostratégique dont la finalité serait de maintenir le peuple dans la pauvreté et l’humiliation permanente »;
  • « …C’est pourquoi j’invite à nouveau les leaders politiques qui n’ont pas encore brisé la tyrannie, à rattraper le train de la paix et de la réconciliation nationale… »;
  • « …Il est irresponsable de se calfeutrer derrière des arguments fallacieux pour refuser le dialogue, abandonner le peuple qu’on prétend servir… »;
  • « …Ces mauvais desseins nous poussent à privilégier nos considérations personnelles, nous placent dans une position défensive et de victimisation permanente et à ne rechercher que des failles pouvant justifier nos actions pour la conquête violente du pouvoir… ».

En définitive, loin d’être rassembleur, ce discours  annonce le début de la traque contre les leaders de l’opposition qui ont eu pour seul tort d’avoir refusé de prendre part à 7 jours de blablas sans lendemain. Si l’on en croit le président de la République, ce dialogue mettra fin à toute violence, aux tueries de masses, aux viols, aux pillages de nos ressources, à l’injustice, aux élections mal organisées, à la corruption endémique, à l’isolement diplomatique de notre pays et au naufrage de notre économie.

A condition d’écraser, voire d’éliminer physiquement les leaders de l’opposition qui lui ont fait l’affront de refuser d’y apporter leur caution.

Qui vivra verra !

KassaMongonda

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here