Centrafrique : « la conjoncture économique reste difficile et les perspectives incertaines… », selon Touna Mama du FMI

0
257

Les services du FMI achèvent une visite de travail en République Centrafricaine

le 8 mars 2023

Washington, DC : Une équipe du Fonds monétaire international (FMI) emmenée par M. Albert Touna Mama, Chef de Mission du FMI pour la République Centrafricaine, a séjourné à Bangui du 27 février au 03 mars 2023 pour une visite de travail. Cette mission a été l’occasion pour les services du FMI de faire un point avec les autorités centrafricaines sur l’évolution de la conjoncture économique et de parachever les discussions sur les réformes structurelles prioritaires, amorcées lors de la mission au titre de l’article IV de Décembre 2022.

M. Touna Mama a fait la déclaration suivante à l’issue de la visite de travail :

« La conjoncture économique en République Centrafricaine (RCA) reste difficile et les perspectives incertaines compte tenu du contexte humanitaire et sociale précaire et du resserrement des conditions financières. Dans ces conditions, le besoin d’assistance humanitaire, d’appuis budgétaires concessionnel, et l’accélération des réformes sont plus que jamais d’actualité.

Une augmentation des recettes ainsi qu’une amélioration de la gestion et de la transparence des finances publiques restent essentiels afin d’assurer que les dépenses publiques prioritaires, notamment de santé et d’éducation, ainsi que le service de la dette publique puissent être financés.

A court terme, la mission du FMI préconise la mise en œuvre, rigoureuse, des mesures adoptées dans la loi de finances 2023, notamment avec l’augmentation des prix plancher sur les produits du tabac ou encore l’application du tarif extérieur commun de la CEMAC. De même, nous encourageons le gouvernement à accélérer ses réformes du marché des hydrocarbures concernant la structure des prix des hydrocarbures, les importations frauduleuses d’hydrocarbures, mais aussi la protection des populations les plus vulnérables touchées par les envolées des prix des hydrocarbures. La persistance d’un marché informel des hydrocarbures, qui alimente aujourd’hui une part importante de la consommation nationale, engendre des pertes considérables de recettes fiscales pour l’Etat centrafricain, dans un contexte de tension de trésorerie.

La mission du FMI encourage aussi les autorités à mettre en œuvre les réformes visant (i) à la modernisation des systèmes de gestion des impôts et des douanes, et la réforme du cadre de gestion des droits et frais collectés par différents ministères, (ii) à améliorer les performances de la TVA et à assainir le cadre d’octroi des exonérations fiscales et douanières ainsi que leur suivi et contrôle, et (iii) à renforcer les capacités de la cour des comptes et l’adoption d’une nouvelle loi anti-corruption.

La mission se félicite des avancées sur le travail technique visant la mise en harmonie de la loi régissant la cryptomonnaies en République centrafricaine avec les accords établis dans le cadre de l’Union Monétaire en Afrique Centrale (UMAC) et les dispositions communautaires applicables dans la CEMAC.

La mission du FMI tient à exprimer sa profonde gratitude aux autorités centrafricaines pour des discussions franches ainsi que pour l’accueil chaleureux qui lui a été réservé. »

La délégation du FMI a rencontré son Excellence le Président Touadéra, le Président de l’Assemblée Nationale Sarandji, le Ministre des Finances Ndoba, le Ministre Chargé du Développement de l’Energie et des Ressources Hydrauliques Piri, le Directeur National de la BEAC Chaïbou, d’autres hauts fonctionnaires, ainsi que des représentants de la communauté des partenaires au développement.

Département de la communication du FMI
RELATIONS AVEC LES MÉDIAS

ATTACHÉ DE PRESSE: Eva Graf

TÉLÉPHONE:+1 202 623-7100COURRIEL: MEDIA@IMF.org

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici