CENTRAFRIQUE – JUSTICE: UN ASPIRANT GENDARME NOMMÉ JUNIOR JAURÈS NGUERENGOU PRIS EN FLAGRANT DÉLIT D’ESCROQUERIE ET FAUX ET USAGE DE FAUX EN MATIÈRE IMMOBILIÈRE Á BIMBO RISQUE 2 ANS DE PRISON

0
79
CENTRAFRIQUE – JUSTICE: UN ASPIRANT GENDARME NOMMÉ JUNIOR JAURÈS NGUERENGOU PRIS EN FLAGRANT DÉLIT D’ESCROQUERIE ET FAUX ET USAGE DE FAUX EN MATIÈRE IMMOBILIÈRE Á BIMBO RISQUE 2 ANS DE PRISON

             

90% des plaintes et procès au Tribunal de grande instance (TGI) de Bmbo ont pour origine les problèmes de terrains illicitement vendus, irrégulièrement obtenus, ou vendus par escroquerie ou abus de confiance (un terrain vendu à plusieurs personnes à la fois), sur la base des faux documents ou faux témoignages des particuliers, et souvent avec la complicité d’un ou des agents du Service préfectoral de cadastre de l’Ombella-M’Poko sis à Bimbo. Un des procès de ce jour mercredi 24 février 2021 met aux prises M. Cyrus-Emmanuel Sandy contre sieur Jaurès Junior  Nguerengou Wosseyabou, un vendeur demeurant au quartier Gbanikola 2 à Bimbo (rue GEBO), le premier poursuivant le second pour escroquerie et faux et usage de faux en matière foncière. Mais comment en est-on arrivé là?

            De sources proches du dossier, sieur Cyrus-Emmanuel Sandy a saisi le parquet de Bimbo par plainte au pénal le 11 février contre le sieur NGUERENGOU WOSSEYABOU Jaurès Junior, vendeur demeurant au quartier Gbanikola 2 à Bimbo, avec constitution de partie civile. « MotifsEscroquerie foncière; Faux et usage de faux ayant entraîné des préjudices moraux, matériels et financiers », lit-on dans la plainte dont notre rédaction a pu obtenir copie.

Il ressort de nos investigations que le nommé Nguérengou, dont le terrain est voisin à celui de M. Sandy au village Garangbako situé à pk 11-Bimbo (sur l’axe Maka entre les villages Zila et Kpalongo sur la route de M’Baïki), a vendu à Sandy en septembre dernier un terrain sur lequel est construite une petite maison d’une chambre, alors qu’il a vendu le même espace à quelqu’un d’autre six (6) mois auparavant et serait en train de vendre la même parcelle à une troisième personne.

Entre-temps, par mesure de prudence et avant de conclure sur le prix de vente de la parcelle, M. Sandy a exigé et obtenu de M. Junior Nguérengou la preuve que le terrain lui appartient, notamment une Attestation de vente et un document intitulé « Plan de situation » délivré par le Service Préfectoral du Cadastre de Bimbo le 02 septembre 2020 au nom de sieur Nguérengou Wosséyabou Junior Jaurès.  Sur la base de ces pièces à conviction, un marché de 650.000 F a été conclu et M. Nguérengou Wosseyabou Jaurès Junior accompagné de son frère Nguérengou Aubin Florentin Nguerengou a reçu l’argent en 2 tranches: le 09 septembre et le 15 décembre 2020.

Mais juste au moment où M. Sandy qui a réuni tous les matériels et matériaux voulait démarrer la construction de sa maison, surgit le nommé Saint Cyr Mboya qui lui fait entendre qu’il est en train de construire sur son terrain acquis en mars 2020. Surprise de M. Sandy !

Le tribunal convoque les deux acquéreurs et le vendeur le 11 février au bureau de Madame la Juge Samori Ngoko. Devant la dame de fer, M. Nguérengou Junior passe aux aveux, reconnait avoir mal agi et fait la promesse de remboursement. L’aveu étant la meilleure preuve en droit et pour que l’escroc ne disparaisse pas de la circulation comme c’en est souvent le cas, le procureur informé ordonne la mise aux arrêts immédiate de l’escroc pour la bonne poursuite de la procédure.

Mais ce qui est un peu bizarre dans cette affaire est le fait qu’aucun des agents du Service Préfectoral du Cadastre de Bimbo qui ont délivré 2 documents administratifs différents appelés « Plan de situation de terrain » à 2 personnes différentes pour un même terrain en l’espace de 6 mois, n’a pu être convoqué pour être entendu dans cette affaire, puisqu’il y a manifestement dans cette affaire une complicité de Nguérengou Junior avec un des agents du cadastre qui lui a délivré un Plan de situation qui lui a permis d’escroquer M. Sandy. Car il y a un ‘’Plan de situation’’ établi au nom de M. Mboya et un autre ‘’Plan de situation’’ établi au nom de M. Nguérengou pour un même terrain.

Un enfant peut-il avoir deux actes de naissance avec des noms de père géniteurs différents? Voilà ce qui se passe malheureusement au Service Préfectoral de Cadastre de Bimbo où des agents sont capables de délivrer plusieurs documents à plusieurs personnes sur un même terrain, et ils n’ont peur de rien parce que le Tribunal ne les a jamais inquiétés. On espère que cette fois-ci ce ne sera pas comme le passé puisque le plaignant Sandy n’est pas n’importe qui et toute la presse le soutient dans ce qui se dessine comme un combat pour que la Justice centrafricaine en général et le TGI de Bimbo en particulier ne laissent pas passer par pertes et profits les escrocs et faussaires comme Junior Jaurès Nguérengou et ses complices du Cadastre de Bimbo dont la place devait être normalement à la Maison d’arrêt de Ngaragba pour des années de rééducation.

Et lorsqu’on sait que le prévenu a raté le dernier concours d’entrée à la Gendarmerie nationale comme s’il avait moins de 25 ans en l’an 2020 alors qu’un de ses enfants a plus de 15 ans, on voit à quel point le degré d’immoralité de ce gars-là fait peur. Le Juge doit donner un signal fort pour décourager tous ceux qui négligent la souffrance des autres pour acquérir un terrain par les temps qui courent.

Rendez-vous à la salle d’audience du Tribunal de Bimbo à 9h.

Affaire à suivre.

Source: Le Démocrate du Lundi 22 février 2021

NDLR: Le procès a été reporté et se tiendra ce jour mercredi 24 février

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here