Centrafrique : Jusqu’où l’artificier Henri Marie Dondra et ses nègres de maison se lasseront – ils dans l’affaire du coup d’état manqué en Guinée équatoriale ?

0
35

Centrafrique : Jusqu’où l’artificier Henri Marie Dondra et ses nègres de maison se lasseront – ils dans l’affaire du coup d’état manqué en Guinée équatoriale ?

Jeudi 24 Novembre 2022

Bangui, 24 novembre (LQB). C’est la question de fond que l’on est obligé de se poser devant cette sorte de récupération et chantage politique dont la bande de l’ancien premier ministre Henri Marie Dondra s’est illustrée ces derniers temps.


Une affaire de coup d’état manqué perpétré en territoire étranger par une kyrielle des personnalités politico-militaires de plusieurs nationalités au delà même des frontières de ce pays frère qu’est la Guinée équatoriale, curieusement est exploitée lâchement par un groupuscule des compatriotes. Lesquels compatriotes passent le plus clair de leurs temps à dépeindre en noir l’homme d’affaires Sani Yalo comme le mouton noir dans cette nébuleuse affaire. Comme effet domino, par ricochet, expose politiquement son mentor, le président Touadera comme étant le parapluie atomique de celui-ci. Euh ! Des sources bien renseignées font état de ce que les autorités équato-guinéennes s’intéresseraient peu à cette maudite affaire de coup d’état de décembre 2017. Dans lequel certains animaux domestiques ainsi que des salamandres sont aussi bizarrement inscrits dans les box des accusés. Ils semble même que le président Theodoro Obiang NGUEMA très préoccupé par son vaste chantier de modernisation de son pays ne veule plus entendre parler de cette histoire à dormir debout. Bref ! Tel serait le sentiment global que dégagent dans les milieux politiques équato-guinéens. Cette sorte de minuscule émirat, avec lequel nous partageons une vie communautaire au plan économique et politique au lendemain des indépendances. Qu’à cela ne tienne ! Mais, contre toute attente, un groupuscule des quidams en mal de popularité s’use de tous les moyens subversifs et dilatoires pour mettre en difficulté les relations communautaires entre notre peuple et celui du pays frère, la Guinée équatoriale. Point n’est besoin de rappeler que chaque jour que Dieu fait, les chiens de guerre du personnage trouble, Henri Marie Dondra fabriquent des tissus de mensonges de toute pièce pour compromettre, sans coup férir, notre gouvernement via un compatriote, connu pour ses proximités avec le président Touadera, monsieur Sani Yalo. Que cache réellement cette compagne de dénigrement sur fond des manœuvres politiques lancée à l’endroit de la personne de l’homme d’affaires Sani Yalo ? C’est ce que nous essayerons d’explorer ensemble avec vous. Des informations dignes de foi laissent croire que l’artificier de cette affaire de coup d’état manqué qui était à deux doigts de jeter du froid dans les relations fraternelles entre notre pays, le Centrafrique et la Guinée équatoriale, serait monsieur Henri Marie Dondra, ancien premier ministre. Question : Pourquoi cet ancien cadre du FAGACE, ministre des finances et du budget, durant 5 ans avant d’être bombardé premier pour huit mois, monsieur Henri Marie Dondra s’acharne-t-il contre la personne de l’homme d’affaires Sani Yalo en se prêtant à ce vilain jeu ? Ne vous prenez pas la tête inutilement chers lecteurs. Pour être franc, ce combat de coqs entre les deux personnalités par médias interposés trouve son origine dans l’affaire de la tentative de détournement des biens libyens en Centrafrique par la bande à Henri Marie Dondra : affaire LAAICO et l’hôtel LEDGER PLAZA. À l’époque des faits, le truculent mister Henri Marie Dondra, alors premier ministre à la tête d’un consortium des mafieux aux prises avec l’homme d’affaires Sani Yalo qui essayait de défendre politiquement le gardien du temple du patrimoine économique libyen, en la personne de Zied Al Zarzour Khalifa, alors PDG de l’hôtel LEDGER PLAZA CENTRAFRIQUE. La lutte avait fait du grand bruit dans notre cité de septembre 2021 à mars 2022. Sans compter les dégâts collatéraux. Au point même d’envoyer en prison un journaliste qui a séjourné 80 jours à Ngaragba. Zut ! Suivez notre regard. En filigrane, cette véritable guerre des tranchées entre l’ancien premier ministre, Henri Marie Dondra à la tête d’un cartel qui tenait vaille que vaille à prendre le contrôle de l’hôtel LEDGER PLAZA, en face desquels s’est positionné l’homme d’affaires Sani Yalo, seul contre tous, est la suite logique de toutes ces compagnes de dénigrements et d’atteinte à son honneur. Et, c’est connu de tous que les negres de maison de sulfureux Dondra perçoivent par transfert leurs subventions se chiffrant à plus de millions de francs CFA. Ce dernier mis en difficulté par Sani Yalo s’est mué désormais dans la logique de l’esprit de vengeance. Par ce que faucher dans son lugubre projet de s’emparer par ruse des biens d’un pays frère (…). Disons que le très controversé et imperturbable Sani Yalo ne s’étant pas caché derrière un baobab pour apporter son soutien politique au trouillard Zied Al Zarzour Khalifa, abusé, arnaqué, extorqué, violenté moralement, menacé d’expulsion vers son pays natal la Libye par la clique Dondra. Le triade mis en déroute, refuse de baisser le canon et par subterfuges utilise désormais l’affaire du coup d’état manqué de Guinée équatoriale comme leur fond politique pour faire du chantage au président Touadera. Euh ! A la question de savoir si l’homme d’affaires Sani Yalo doit être extrader ou pas vers la Guinée équatoriale dans le cas où la justice de ce pays venait à établir sa responsabilité pénale dans cette affaire de vrai faux coup d’état ? En voilà encore une énième preuve de la mauvaise foi des persécuteurs de l’homme d’affaires Sani Yalo. Étant donné que le compatriote Sani Yalo n’est ni Équato-guinéen, ni détenteur de passeport équato-guinéen encore moins n’a jamais formulé une demande de nationalité équato-guinéenne cela ne peut que l’exempter de toutes procédures d’extradition en la matière. Servir l’opinion publique avec de tel debat cela ne relève pas de l’ineptie caractérisée, mais plutôt de la pire sorcellerie en plein jour. Sauf, si les tenants et les aboutissants de cette compagne de médisance qui parlent.et jurent de temps en temps au nom de Dieu et d’Allah veulent satisfaire leur maître en usant cette posture. Sinon ! Dossier noir de l’ancien premier ministre, Henri Marie Dondra vous livré sous peu. A très bientôt. Centrafrique : Jusqu’où l’artificier Henri Marie Dondra et ses negres de maison se lasseront ils dans l’affaire du coup d’état manqué en Guinée équatoriale ? C’est la question de fond que l’on est obligé de se poser devant cette sorte de récupération et chantage politique dont la bande de l’ancien premier ministre Henri Marie Dondra s’est illustrée ces derniers temps. Une affaire de coup d’état manqué perpétré en territoire étranger par une kyrielle des personnalités politico-militaires de plusieurs nationalités au delà même des frontières de ce pays frère qu’est la Guinée équatoriale, curieusement est exploitée lâchement par un groupuscule des compatriotes. Lesquels compatriotes passent le plus clair de leurs temps à dépeindre en noir l’homme d’affaires Sani Yalo comme le mouton noir dans cette nébuleuse affaire. Comme effet domino, par ricochet, expose politiquement son mentor, le président Touadera comme étant le parapluie atomique de celui-ci. Euh ! Des sources bien renseignées font état de ce que les autorités équato-guinéennes s’intéresseraient peu à cette maudite affaire de coup d’état de décembre 2017. Dans lequel certains animaux domestiques ainsi que des salamandres sont aussi bizarrement inscrits dans les box des accusés. Ils semble même que le président Theodoro Obiang NGUEMA très préoccupé par son vaste chantier de modernisation de son pays ne veule plus entendre parler de cette histoire à dormir debout. Bref ! Tel serait le sentiment global que dégagent dans les milieux politiques équato-guinéens. Cette sorte de minuscule émirat, avec lequel nous partageons une vie communautaire au plan économique et politique au lendemain des indépendances. Qu’à cela ne tienne ! Mais, contre toute attente, un groupuscule des quidams en mal de popularité s’use de tous les moyens subversifs et dilatoires pour mettre en difficulté les relations communautaires entre notre peuple et celui du pays frère, la Guinée équatoriale. Point n’est besoin de rappeler que chaque jour que Dieu fait, les chiens de guerre du personnage trouble, Henri Marie Dondra fabriquent des tissus de mensonges de toute pièce pour compromettre, sans coup férir, notre gouvernement via un compatriote, connu pour ses proximités avec le président Touadera, monsieur Sani Yalo. Que cache réellement cette compagne de dénigrement sur fond des manœuvres politiques lancée à l’endroit de la personne de l’homme d’affaires Sani Yalo ? C’est ce que nous essayerons d’explorer ensemble avec vous. Des informations dignes de foi laissent croire que l’artificier de cette affaire de coup d’état manqué qui était à deux doigts de jeter du froid dans les relations fraternelles entre notre pays, le Centrafrique et la Guinée équatoriale, serait monsieur Henri Marie Dondra, ancien premier ministre. Question : Pourquoi cet ancien cadre du FAGACE, ministre des finances et du budget, durant 5 ans avant d’être bombardé premier pour huit mois, monsieur Henri Marie Dondra s’acharne-t-il contre la personne de l’homme d’affaires Sani Yalo en se prêtant à ce vilain jeu ? Ne vous prenez pas la tête inutilement chers lecteurs. Pour être franc, ce combat de coqs entre les deux personnalités par médias interposés trouve son origine dans l’affaire de la tentative de détournement des biens libyens en Centrafrique par la bande à Henri Marie Dondra : affaire LAAICO et l’hôtel LEDGER PLAZA. À l’époque des faits, le truculent mister Henri Marie Dondra, alors premier ministre à la tête d’un consortium des mafieux aux prises avec l’homme d’affaires Sani Yalo qui essayait de défendre politiquement le gardien du temple du patrimoine économique libyen, en la personne de Zied Al Zarzour Khalifa, alors PDG de l’hôtel LEDGER PLAZA CENTRAFRIQUE. La lutte avait fait du grand bruit dans notre cité de septembre 2021 à mars 2022. Sans compter les dégâts collatéraux. Au point même d’envoyer en prison un journaliste qui a séjourné 80 jours à Ngaragba. Zut ! Suivez notre regard. En filigrane, cette véritable guerre des tranchées entre l’ancien premier ministre, Henri Marie Dondra à la tête d’un cartel qui tenait vaille que vaille à prendre le contrôle de l’hôtel LEDGER PLAZA, en face desquels s’est positionné l’homme d’affaires Sani Yalo, seul contre tous, est la suite logique de toutes ces compagnes de dénigrements et d’atteinte à son honneur. Et, c’est connu de tous que les negres de maison de sulfureux Dondra perçoivent par transfert leurs subventions se chiffrant à plus de millions de francs CFA. Ce dernier mis en difficulté par Sani Yalo s’est mué désormais dans la logique de l’esprit de vengeance. Par ce que faucher dans son lugubre projet de s’emparer par ruse des biens d’un pays frère (…). Disons que le très controversé et imperturbable Sani Yalo ne s’étant pas caché derrière un baobab pour apporter son soutien politique au trouillard Zied Al Zarzour Khalifa, abusé, arnaqué, extorqué, violenté moralement, menacé d’expulsion vers son pays natal la Libye par la clique Dondra. Le triade mis en déroute, refuse de baisser le canon et par subterfuges utilise désormais l’affaire du coup d’état manqué de Guinée équatoriale comme leur fond politique pour faire du chantage au président Touadera. Euh ! A la question de savoir si l’homme d’affaires Sani Yalo doit être extrader ou pas vers la Guinée équatoriale dans le cas où la justice de ce pays venait à établir sa responsabilité pénale dans cette affaire de vrai faux coup d’état ? En voilà encore une énième preuve de la mauvaise foi des persécuteurs de l’homme d’affaires Sani Yalo. Étant donné que le compatriote Sani Yalo n’est ni Équato-guinéen, ni détenteur de passeport équato-guinéen encore moins n’a jamais formulé une demande de nationalité équato-guinéenne cela ne peut que l’exempter de toutes procédures d’extradition en la matière. Servir l’opinion publique avec de tel debat cela ne relève pas de l’ineptie caractérisée, mais plutôt de la pire sorcellerie en plein jour. Sauf, si les tenants et les aboutissants de cette compagne de médisance qui parlent.et jurent de temps en temps au nom de Dieu et d’Allah veulent satisfaire leur maître en usant cette posture. Sinon ! Dossier noir de l’ancien premier ministre, Henri Marie Dondra vous livré sous peu. A très bientôt! Malko Sétouan


LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here