Centrafrique : Jean – Pierre Lacroix et la Minusca impuissants face aux agissements criminels de l’Imposteur de Bangui et ses mercenaires russes et rwandais

0
79

Fin de la visite en Centrafrique du Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux opérations de paix, Jean Pierre Lacroix

Le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux opérations de paix, Jean Pierre Lacroix, a achevé, mercredi, une visite de trois jours en République centrafricaine, au cours de laquelle il a rencontré les autorités centrafricaines, les partis politiques de l’opposition et de la mouvance présidentielle, les leaders religieux, les organisations des femmes, des jeunes et le personnel de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en Centrafrique (MINUSCA). «Il était important de venir ici pour faire le point sur la manière dont la famille des Nations Unies va continuer son travail, afin que nous soyons le mieux en mesure de travailler dans l’année qui va commencer », a-t-il déclaré.

« Nous allons continuer à faire le maximum pour soutenir la population centrafricaine, consolider certains acquis, mais aussi travailler pour aider la Nation et le peuple centrafricain à surmonter les défis qui restent », a dit Jean Pierre Lacroix, au cours de la conférence de presse sanctionnant cette visite en RCA.

Faisant part de la crise au niveau international qui impacte les pays vulnérables comme la Centrafrique, avec une grande partie de la population ayant besoin d’aide humanitaire, Jean Pierre Lacroix a rassuré que « les Nations Unies continueront au maximum de leur capacité à fournir cette aide humanitaire aux populations qui en ont besoin ». Il a par la même occasion fait part de la poursuite du plaidoyer de l’Organisation auprès des donateurs, pour que « le financement de l’aide à la population centrafricaine soit au rendez-vous ».

Par ailleurs, à l’issue de ses différentes rencontres avec les différents acteurs, le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux opérations de paix, Jean Pierre Lacroix, a noté une « tension croissante dans le débat politique, avec des messages négatifs, parfois très négatifs, qui exacerbent les tensions, avec des messages de haine aussi, et de désinformation ». M. Lacroix a rappelé que cette tension préoccupe également les Nations Unies, du fait que la MINUSCA a été aussi la cible de campagne de « désinformation, parfois même de messages haineux ». Appelant au calme et à l’apaisement du climat politique, Jean Pierre Lacroix a fait valoir que « le peuple centrafricain, a besoin d’un débat politique ouvert, apaisé, notamment dans le contexte de la préparation des élections locales », insistant sur le fait que « la vie politique a besoin de se dérouler sans violence ».

Interrogé sur la question de la réforme constitutionnelle qui fait débat sur la scène politique centrafricaine, Jean Pierre Lacroix a déclaré que tout débat politique sur des grandes questions doit se faire dans la plus grande transparence et dans le cadre le plus ouvert possible. « Les forces politiques, la société civile, doivent pouvoir s’exprimer, c’est important, les institutions ont besoin d’être respectées », a souligné M. Lacroix.

Le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux opérations de paix s’est inquiété de la reprise des activités de certains groupes armés avec l’arrivée de la saison sèche, ce qui peut « générer des tensions »« Nous devons non seulement condamner, mais nous devons contrer, la MINUSCA a renforcé ses capacités, elle a adopté une posture robuste, afin de contribuer à restreindre les capacités de nuisance des groupes armés, même s’il est important que la réponse à ces menaces ne soit pas seulement d’ordre sécuritaire », a-t-il dit.

Face aux regains d’insécurité enregistrés ces derniers temps dans le pays, surtout avec des attaques qualifiées de terroristes par les autorités centrafricaines, le Chef des opérations de paix des Nations Unies a souligné que la RCA n’a pas besoin de plus de violence. Pour faire face à ces menaces que font peser les groupes armés, le Chef des casques bleus a souligné que la Force de la MINUSCA va « conserver et consolider sa posture robuste, ensuite travailler pour la consolidation de la paix dans les zones où la sécurité a été établie ».

De plus, Jean Pierre Lacroix a souligné que la MINUSCA va poursuivre le « mandat» donné par les états membres, pour faire le suivi et rendre compte des allégations de violations des droits de l’homme, « d’où qu’elles viennent ». Il a rassuré que ce travail sera fait « dans la plus stricte objectivité et impartialité possible ». Enfin, M. Lacroix a souligné que l’objectif d’une mission comme la MINUSCA, présente en Centrafrique, c’est de « faire en sorte qu’un jour nous puissions partir, en laissant derrière nous une situation où l’état aura retrouvé son autorité, sa présence, sa capacité à assurer les fonctions régaliennes et assurer les services à la population partout sur son territoire ».

Cette visite de Jean Pierre Lacroix en Centrafrique, la deuxième en 2022, après celle du 25 février, intervient après que le Conseil de sécurité ait adopté la résolution 2659, renouvelant le mandat de la Mission pour un an, le 14 novembre dernier. Elle est la première après la nomination de Madame Valentine Rugwabiza comme Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies en Centrafrique et Cheffe de la MINUSCA.

Minusca

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here