Centrafrique : injustice et mauvais traitements des prêtres catholiques : Diocèse de Bangui, Bossangoa et Bambari

0
453

Injustice et mauvais traitement des prêtres catholiques en Centrafrique : Diocèses de Bangui, Bossangoa, Bambari

S’il n’est guère un secret de constater aujourd’hui dans l’église catholique de Bangui, de
Bossangoa et de Bambari l’injustice qui engendre le clivage ethnique et produit de fait l’enrichissement et la promotion de la majorité des prêtres de l’ethnie Yakoma et l’appauvrissement des autres prêtres, ce fait est dû à une longue planification préméditée dont ne saurait se détacher la tendance tribaliste congénitalement incrustée aux gènes des nommés Dieudonné NZAPALAINGA archevêque de Bangui, Nestor Désiré NONGO évêque de Bossangoa, Richard APORA évêque de Bambari tous issus de la même région et parents à divers niveaux.

Des mêmes techniques et pratiques de gouvernance qui visent à paupériser l’esclave pour mieux le dominer constituent l’unique préoccupation de ces trois évêques qui ne se préoccupent que de leur pouvoir afin de promouvoir leurs parents ethniques en tout et partout comme le démontre la carte de la représentativité des responsables dans l’église catholique aujourd’hui dans ces trois diocèses et au niveau national.

De Bangui à Bossangoa, en passant par Bambari, une misère indescriptible est imposée par
des systèmes de privation machiavélique aux prêtres qui ne sont pas de la loge ethnique de ces trois évêques mousquetaires aux fins de les abrutir et de mieux les soumettre. C’est alors qu’il est flagrant de constater aujourd’hui que dans ces trois diocèses la majorité de ces prêtres qui est promue aux études, aux voyages, aux nominations, aux placements est essentiellement constituée de la loge ethnique Yakoma au point d’usurper certaines places dévolues aux clercs et aux laïcs locaux pour octroyer à leurs parents importés de leurs propres villages ou à certains étrangers pratiquant leur politique tribaliste.

A Bangui, les secteurs lucratifs sont entre les mains des parents du cardinal Dieudonné
NZAPALAINGA, à Bossangoa le complexe ‘Le Bon Samaritain’, l’argent, le matériel et la gestion des projets sont le bien privé de l’évêque et de ses parents avec son économe et parent tribal l’abbé Brice KONZI. A Bambari, l’incontournable Mr l’abbé Paulin MBORONDA l’homme à tout faire privatise les biens de l’église avec sa clique constituée par l’évêque du diocèse pour faire régner et pérenniser leur pouvoir en écrasant sans ménage les autres prêtres.

En marge de ce système qui prive les ayant-droits (les prêtres et les chrétiens du diocèse) de jouir du bien de leur église, autres manœuvres sont menées en catimini pour clouer à la misère et conduire certains prêtres de bonne foi à la mort. Sans vergogne et avec une dictature implacable, des fonds destinés à certains prêtres du fait de leur prestation sont unilatéralement bloqués.

A Bangui, la cotisation pour la retraite de certains anciens prêtres sont bloqués au point
d’occasionner leurs morts faute de soins adéquats, le Don Missio des prêtres allemands aux prêtres centrafricains est bloqué depuis 2 ans. A Bossangoa, après la mort misérable occasionnée de trois prêtres abandonnés, l’évêque bloque unilatéralement le Don Missio des prêtres allemands aux prêtres de Bossangoa depuis quatre(4) années et coupe leur traitement de 30.000Fcfa sur les 64.000Fcfa pour un prétexte de non versement des frais de denier de culte dont les chrétiens sont les seuls à s’en acquitter librement selon leurs moyens en âme et conscience devant Dieu. A Bambari, des arriérés de salaire des prêtres s’accumulent gravement au point d’atteindre sept(7) mois en Juin 2022.

Ce qui est frustrant et accablant est que la majorité des prêtres de ces diocèses vit dans une misère intolérable alors que la poignée des minorités aux affinités tribalistes et affectives qui constituent l’oligarchie vit dans un luxe insolant méprisant tout le monde.

On s’en rend compte visiblement qu’une technique de privation pour appauvrir afin de mieux dominer et régner est adoptée pour gérer les prêtres de l’église catholique en Centrafrique dans les diocèses de Bangui, Bossangoa et Bambari.

Quelques documents justificatifs de ces forfaits sont là pour attester la véracité des faits :

 

Affaire à suivre…….!!!!

Lu Pour Vous

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici