Centrafrique : infiltration du territoire national par des hordes de mercenaires

0
360

PLUSIEURS REBELLES ET MERCENAIRES TCHADIENS, MAURITANIENS, NIGÉRIENS, SOUDANAIS, MALIENS ET NIGÉRIANS ONT INFILTRÉ LA CENTRAFRIQUE
C’est à un rythme inquiétant que l’on assiste à une entrée massive des hommes venus du Tchad et du Soudan voisins, mais aussi du Mali, du Niger, de la Mauritanie et du Nigeria lointains, armes en main, sur le territoire centrafricain via le Tchad, depuis le début du mois de décembre 2018. C’est à bord des chars, motos et véhicules tout terrain bourrés d’armes, munitions, de vivres, de nattes et d’équipements militaires que ces ouvriers de la mort arrivent sur le territoire centrafricain au moins 3 fois par semaine si ce n’est tous les jours que Dieu fait, au su du président Touadéra, de la Minusca et des militaires et sécurocrates russes qui ont des moyens de détection à plus de 1000 km (radars futuristes, drones, satellites, etc.). Que veulent-ils?

De sources généralement bien informées, des motos et véhicules 4×4 remplis d’hommes lourdement équipés s’infiltreraient dans les localités de la préfecture de la Nana-Gribizi (Kaga-Bandoro et Mbrés) en provenance des deux Sido (RCA et Tchad) à la frontière avant Kabo. Comme de traditionnelles manœuvres, ces véhicules appuient des motos autant porteuses d’éléments en armes, démontrant apparemment la capacité des forces de nuisance mortelle à leur passage qui a l’air triomphal, comme s’ils avaient remporté une victoire face à des ennemis.
Ceux venant de Kabo empruntent les pistes rurales passant par Ngrévaï-Pamia pour Mbrés, dans la Nana-Gribizi, où ils sont rejoints par la cohorte pénétrant par Ngarba, autre frontière après Ndélé proche du Tchad. Entre temps, il est ponctuellement suspecté par les populations locales des survols effectués par des hélicoptères qui, pour certains avisés, largueraient du matériel militaire et des produits vivriers; pour d’autres, il s’agirait du parachutage d’éléments commandos d’élite parmi les rebelles et mercenaires étrangers en reconnaissance de terrain, partant soit des parcs de Manovo-Gonda, St Floris, Avakaba, etc.

La progression et le ravitaillement sur Mbrés s’opèrent par chevaux, chameaux et motos, appuyés de véhicules 4×4. Cette convergence sur les Mbrés, après concertation et consensus des seuls leaders séléka que sont notamment les sieurs Nourredine Adam, Abdoulaye Issène, Ali Darass et Abbas Sidiki, lesquels instrumentés, financés, équipés et conseillés militairement par des puissances étrangères, viserait huit (8) objectifs à savoir:
1-ériger et structurer un état-major commun aux Mbrés, désormais ville stratégique dans les préfectures nord-est, centre-est et centre-nord du pays;
2-évaluer en collège les rapports de force en prévision au projet d’assaut des forces centrafricano-russes coalisées qui viseraient les positions séléka dans les localités placées respectivement sous les ordres et l’influence de Darass, Alkatim, Nourredine et Abdoulaye Issène;
3-envisager l’action concrète de partition du pays au cas où la marche sur Bangui échouait;
4-ouvrir et protéger des couloirs d’infiltration tant de l’extérieur que de l’intérieur en ce qui concerne surtout la couverture aérienne de la France venant du Tchad en appui aux rebelles et mercenaires;
5-planifier et renforcer les postes avancés pour bouclage sur les artères de liaisons préfectorales et sous-préfectorales;
6-faire en sorte que le dialogue politique gouvernement-groupes armés se tienne à l’extérieur et non à Bangui;
7-empêcher tout redéploiement des forces publiques et de l‘Administration dans l’arrière-pays;
8-couper tout lien économique et commercial avec le Cameroun via l’axe Bouar-Garoua Boulaï, en vue d’asphyxier économiquement la RCA.

Pour ce faire, l’exfiltration du km5 du mercenaire tchadien Hassane Bouba, ci-devant conseiller à la présidence de la République, représentant du groupe armé UPC d’Ali Darass auprès du président Touadéra la semaine dernière, pour son fief de Bambari, Gbokolobo, Ngakobo à Kouango, Alindao et Bakouma, montre s’il en est besoin que le plan mis en place par l’opposition armée pour la destitution du régime Touadéra semble avancé. Puisque c’est Hassane Bouba qui aurait facilité, avec la complicité de certains députés et leurs complices de la Minusca, l’entrée massive des mercenaires et rebelles pro-séléka à Bangui.
Affaire à suivre.

Damoclès Diriwo, in: MEDIAS+ N°2054 du Lundi 07 Janvier 2019

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here