Centrafrique, Touadéra et son clan ont franchi le rubicond de l’imbécillité politique, de l’indignité et de la honte !

0
2220

CENTRAFRIQUE/PRÉSIDENCE: AVEC NOS BRAS CASSÉS ET LEURS DIVERS RELAIS, NOUS SOMMES ET RESTONS DANS LA GADOUE LATÉRITIQUE DE BANGOS

Quelques heures à peine, l’audience de courtoisie bouclée, ils sont repartis de plus belle, humiliations et mensonges éhontés à la clé. Quand ce n’est pas le Général François BOZIZÉ YANGOUVONDA qui fléchit les genoux adorant l’Archange Faustin, c’est un nouveau ralliement proclamé du Kwa Na Kwa au MCU SIEGE National qui est insidieusement proclamé, causant la stupeur et l’incompréhension chez les esprits faibles de cette guerre médiatique, entretenue par des désespérés #Dénassé.

Mais que disent les deux textes officiels du Kwanakwa Knk publiés hier soir ?

1) Constatant la tenue de l’audience dans les conditions de tergiversations et de propagande violente et mensongère, le Kwa Na Kwa a publié un Communiqué de presse recommandant à ses militants d’œuvrer inlassablement pour la paix et la cohésion sociale, d’observer la retenue dans leurs actes et propos et à ne surtout pas céder à la manipulation des ennemis de la Paix. Ceci, pour contribuer à la décrispation de l’atmosphère politique devenu extrêmement délétère ces temps-ci, suite aux récents développements orchestrés par une partie des affidés du président de la République.

Question, la situation a-t-elle changé ? Non, car elle s’empire depuis hier soir malgré la volonté du Kwanakwa Knk de décrisper, détendre, l’atmosphère politique rendant la situation sécuritaire délétère.

2) Hier, même si le Général François BOZIZÉ YANGOUVONDA a été empêché de tenir son allocution, en présence des invités, qui auraient pu servir de témoins oculaires, il n’en demeure pas moins cependant que sa publication édifie plus d’un Centrafricain et de l’opinion internationale, depuis cette soirée du 21 janvier 2020.

Le Général François BOZIZÉ YANGOUVONDA a élevé une vive protestation officielle contre le traitement antipatriotique dont il fait l’objet essentiellement de la part de ceux qui ont eu à collaborer avec lui, dans un passé récent, bien qu’il n’ait eu à les choisir sans considération aucune en dehors de leurs compétences et de la faculté qu’ils avaient à faire avancer la République Centrafricaine, du moins le croyait-il.

Dans ce qui aurait dû être une Allocution devenue finalement Mémo, le Général François BOZIZÉ YANGOUVONDA a souligné l’intention malveillante cultivée par les alliés du président de la République, Faustin Archange Touadera à créer une psychose dans le pays entretenant la rumeur d’un coup d’État imminent dont lui et ses collaborateurs en seraient les instigateurs. Ceci, en plus des menaces et injures sur la place publique proférées par les proches collaborateurs du président de la République.

C’est dans ces conditions, saisissant l’occasion ainsi offerte, que le Général François BOZIZÉ YANGOUVONDA a prévenu que rien ne saurait rester sans réaction et que des suites adéquates seront réservées à cette propagande nauséabonde et susceptible de provoquer l’embrasement du pays par la faute des pyromanes et d’apprentis-sorciers dans l’exécution de leurs basses besognes.

Est-ce parce que parfois la politique est un milieu sale où la vérité trouve difficilement sa place que nous devons corroborer les mensonges des pyromanes et apprentis-sorciers ?

NON !

Comment peut-on de manière censée opérer un ralliement du Kwa Na Kwa au profit du Mouvement Cœur Unis-RCA, dans de telles conditions ? Des conditions d’humiliations et de mépris en dépit de la main tendue du Kwa Na Kwa au pouvoir que nous avons soutenu malgré toutes les brimades et persécutions durant trois ans au sein de la majorité #Parlementaire ?

Ainsi, après nous avoir vilipendés, insultés sur la place publique, attenté à notre honneur, dignité et vie, devrions-nous rallier un parti politique mort-né ? Face à des apprentis-sorciers, alliés du Pouvoir, et des pyromanes, collaborateurs du président de la République, qui sont réduits à utiliser la manipulation et les mensonges patentés, érigés en méthode de gouvernance, devrions-nous nous rabaisser davantage pour imposer une Vérité flagrante ?

De grâce, chers Compatriotes, constatez avec nous que bien que nous soyons contraints d’accompagner précocement un Pouvoir en fin de vie, nous nous réservons d’en dire plus qu’il n’en faut. Ces éléments rassemblés ici devraient largement et valablement vous convaincre d’exiger l’enfermement psychiatrique de Fidele Gouandjika, ministre conseiller de Faustin Archange Touadera.

Henri Grothe

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here