Centrafrique : Grande victoire de l’opposition démocratique face à Touadéra

0
147

L’opposition démocratique centrafricaine conduite par le président en exercice de la COD – 2020 François Bozizé Yangouvonda a maintenu et organisé son meeting sur le terrain de Foot – Ball de l’UCATEX, le mardi 24 novembre 2020, à 14 heures, malgré l’interdiction du gouvernement. Une grande victoire, pour tous les démocrates et les combattants de la liberté, face à la politique du musèlement et des restrictions des libertés individuelles et collectives, érigée en mode de gouvernance par le Gangster de Bangui, depuis son accession au pouvoir, le 30 mars 2016. Pour le pouvoir de Bangui, une vraie raclée au vu de la démonstration de force et de l’affluence massive à cette rencontre de milliers d’adhérents, de militants, de sympathisants des différents partis politiques, venus des huit arrondissements de la ville de Bangui et des communes de Bimbo et Bégoua.

Et pourtant, jusqu’à la dernière minute, tout le monde craignait qu’elle ne pût avoir effectivement lieu. Comme à ses habitudes, en effet, suite à un communiqué de presse à l’emporte – pièce dûment signé par le ministre de la sécurité publique, le général d’opérette Wanzet Linguissara sur instructions du gouvernement, des éléments de la gendarmerie à bord de plusieurs véhicules lourdement armés ont investi les lieux, la veille, après avoir fait désinstaller de manière brutale les stands et les tribunes. Mais harcelés une bonne partie de la nuit par des jeunes gens fortement mobilisés, selon des sources locales, ils auraient quitté le terrain où leur sécurité n’était plus garantie dans l’obscurité. C’est le mardi 24 novembre 2020 dans la matinée qu’ils y sont retournés. A la demande de leurs chefs hiérarchiques, ils plieront définitivement bagages vers la fin de la matinée. Que s’est – il passé entretemps ?

Des informations en notre possession émanant des sources proches des partis politiques membres de la COD – 2020, de certaines grandes chancelleries occidentales de la place et de la Minusca, nous ont rapporté que c’est tout simplement en réponse à des fortes pressions subies par le Gangster de Bangui. Harcelé de toutes parts par ses pairs de la sous – région qui lui reprochent sa politique de bâillonnement et d’intimidations à l’égard des leaders de l’opposition, en général, et de l’ancien président François Bozizé, en particulier, dans un contexte de climat politique tendu à l’approche des élections du 27 décembre 2020, l’homme a été contraint de demander à ses « Tontons Macoutes » et ses « Requins » de lever l’ancre. Dans la foulée, des instructions ont été données au représentant spécial du secrétaire général de l’Onu Mankeur Ndiaye de déployer des forces onusiennes sur le site afin de veiller à la sécurité et à la bonne tenue du meeting.

Rassurés par ces mesures et ces dispositifs sécuritaires, tous les leaders des partis politiques membres de la COD – 2020 qui s’étaient regroupés au siège du KNK, se sont mis en branle vers 16 heures en cortège unique pour se diriger vers l’UCATEX. Accueillis par une foule en liesse et déchaînée, ils ont pris la parole à tour de rôle pour délivrer leur message de vérité à leurs adhérents, leurs militants, leurs sympathisants et au peuple centrafricain. Le bilan de Touadéra, la sécurisation des élections, l’audit du fichier électoral, et l’inclusivité des élections ont été les thèmes développés par les intervenants. Si Me Nicolas Tiangaye de la CRPS a dans son intervention demandé à toute l’assistance de se rendre massivement au palais de la justice, le vendredi 27 novembre 2020, pour assister à la délibération de la décision de la cour constitutionnelle relative à la liste définitive des candidats à la présidentielle et aux législatives, l’ancien président François Bozizé qui était le dernier intervenant, quant à lui, s’est appesanti sur l’impérieuse nécessité d’une concertation nationale, gage de paix, de sécurité et de cohésion sociale.

Que retenir, par conséquent, de cette rencontre tant annoncée et tant souhaitée par tous les démocrates et les combattants de la liberté ? S’il ne fait aucun doute que le pouvoir de Bangui est sorti de cette bataille, politiquement affaibli, après l’organisation effective de ce meeting au cours duquel une litanie de griefs a été dressée à son endroit, pour tous les démocrates centrafricains et les combattants de la liberté, elle a permis le retour du jeu démocratique et l’exercice de la jouissance des libertés individuelles et collectives, légalement consacrées par la constitution, mais longtemps confisquées et souvent réprimées, à l’exemple des manifestations du Mouvement « E ZINGO BIANI » par le passé. Elle constitue désormais, avec l’appui de la communauté internationale par l’entremise de la Minusca, un tournant décisif dans la lutte du peuple centrafricain pour l’anéantissement total du régime de la pensée unique, à lui imposé jusqu’à ce jour par le Gangster de Bangui, et la construction véritable d’un Etat de droit.

La rédaction

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here