Centrafrique : gouvernement d’union nationale, les groupes armés très mécontents

0
401

Bangui (CNC) – Rendu public ce dimanche 3 mars 2019 vers midi, le nouveau gouvernement d’union nationale dirigé par le Premier ministre Firmin Grebada est d’ores et déjà contesté par la quasi-totalité des groupes armés signataires de l’accord de Khartoum.

Si à Bria, dans la préfecture de la Haute-Koto, certains généraux du FPRC et de l’UPC sont en réunion de crise concernant la publication de la liste des membres du nouveau gouvernement d’union nationale prévu dans l’accord de paix de Khartoum du 6 février dernier, à Zoukoumbo, 25 kilomètres de Baboua dans la Nana-Mambéré, une dizaine des éléments rebelles du Front démocratique du peuple centrafricain (FDPC) d’Abdoulaye Miskine sont sortis depuis 16 heures sur la route nationale numéro 1 pour manifester leur mécontentement en bloquant toutes circulations dans les deux sens.

Pour eux, le Président Faustin Archange TOUADERA et son Premier ministre Firmin Grebada n’ont pas respecté les clauses de l’accord de paix de Khartoum qui prévoit un gouvernement inclusif avec les représentants de tous les groupes armés signataires dudit accord.

Au début de cette semaine, des généraux de l’UPC, réunis au village Gbokologbo dans la Ouaka, ont contesté en bloc la nomination de Firmin Grebada au poste du Premier ministre qu’ils considèrent non conforme à l’accord de Khartoum.

Cette multiplication du rejet de ce nouveau gouvernement risquerait probablement de fragiliser le dernier accord de paix paraphé dans la capitale soudanaise Khartoum et signé à Bangui le 6 février dernier.

Copyright2019CNC

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here