Centrafrique : Félicitations à tous les hommes de rang et honte à tous les sous – officiers et officiers !

0
65

 

Il y a quelques jours, il s’est produit un acte éminemment courageux et héroïque dans la préfecture de la Ouaka, dans un village appelé « Digui », situé à 45 Km de Ngakobo sur l’axe Alindao. Ce jour – là, un homme de rang de l’armée centrafricaine dont le nom, désormais rentré dans la légende et l’histoire des forces armées centrafricaines, devra être connu et enseigné à toutes les jeunes recrues, a pris son arme de service, a mis la main sur la détente et a abattu, en les regardant droit dans les yeux, deux éléments du Groupe Wagner à la solde de l’Imposteur de Bangui et déployés dans le pays peu avant les élections truquées du 27 décembre 2020 et au lendemain de l’attaque de la ville de Bangui par les rebelles de la Coalition des Patriotes pour le Changement « CPC », le 13 janvier 2021.

Un ou deux jours plutôt, pour avoir exigé le versement de ses primes globales d’alimentation dont le montant perçu est réduit de moitié du montant initial budgété et alloué, à son chef hiérarchique le plus immédiat, il s’est vu vertement réprimandé par un mercenaire russe qui n’aurait pas du tout apprécié le ton et la manière utilisés par ce dernier. De ce fait, en termes de punition, il a été bien sodomisé par l’un des mercenaires russes dégageant l’odeur de la mort pour ne s’être pas lavé pendant des jours et des mois. C’est donc avec l’anus dilaté par la force, mort de douleur, humilié et traumatisé à jamais qu’il a été prié de rentrer en possession de ses droits d’un montant de 20.000 Fcfa au lieu de 40.000 Fcfa.

Mais en tant que militaire, l’homme de rang a non seulement su contenir toute sa colère, mais surtout il a réussi à cacher les signes extérieurs de sa détermination à laver l’affront subi par tous les moyens. C’est ainsi qu’après la levée de sa sanction et une fois rentré en possession de son arme, il a décidé de passer à l’action, en tuant froidement celui qui l’a baisé et un autre qui était à ses côtés. Sa mort subite, suite à une balle tirée par un autre mercenaire russe, a été à l’origine d’une vraie bataille rangée entre les Faca et les mercenaires russes de Touadéra. A la fin, on dénombrera quatre militaires centrafricains tués et trois supplétifs russes dont les corps ont été acheminés en hélicoptère à Bangui.

Aussi tragique et condamnable puisse être l’acte commis par cet homme de rang, ce militaire centrafricain en mission commandée pour assurer la protection de la population, défendre la patrie et veiller à la préservation des intérêts fondamentaux de l’Etat, il n’en reste pas moins cependant que son geste a été favorablement accueilli par une large majorité des Centrafricains, de l’est à l’ouest et du sud au nord. Ce geste est un acte désespéré, mais c’est un acte extrêmement courageux, un acte de sacrifice pour laver l’affront subi par lui, et au – delà de sa modeste personne, par tous ceux qui portent la même tenue que lui, celle d’une institution nationale, l’armée, et à travers cette tenue, tout un peuple, le peuple centrafricain, solidement enchaîné, mis à genoux sur sa propre terre, celle de ses ancêtres et celle ses aïeux, par ces mercenaires à la solde d’un homme pour sa protection et celle de son pouvoir, martyrisé tous les jours, violé, volé et contraint à de permanents déplacements.

C’est un acte plein de symbole, celui de la révolte d’un homme dont la mission consiste à assurer la protection des plus faibles que lui, à veiller à la préservation des intérêts fondamentaux de l’Etat et à défendre la patrie jusqu’au sacrifice suprême. C’est un acte pour la reconquête de son honneur et sa dignité d’homme souillés par des hommes venus d’ailleurs , des incirconcis ; un honneur et une dignité retrouvés post – mortem. C’est aussi un acte pour la reconquête de l’honneur, de la dignité et de l’image de tout un peuple, le peuple centrafricain, salis aussi à jamais dans le concert des nations et des peuples civilisés.

Enfin, c’est un acte plein de vengeance, une vengeance noire. En effet, par ce geste, il a vengé l’âme de tous les soldats et de tous les Centrafricains sodomisés par ces mercenaires de Touadéra, depuis 2018 à ce jour. Au – delà de sa mort et par sa mort, il leur a redonné leur fierté, leur honneur et leur dignité. Et par cet acte, il annonce la fin de cette période d’humiliations et lance un avertissement à l’Imposteur de Bangui : celui de la révolte de tous les hommes de rang contre tous les sous – officiers et les officiers pour être bien sodomisés à leur tour.

La rédaction

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here