Centrafrique : et si le projet DDRR bénéficiait plus au retraité Jean Willybiro Sako qu’aux combattants depuis 2016 à ce jour ?

0
147

« L’ACCORD DE PAIX NE S’EST PAS ARRÊTÉ », RASSURE LE MINISTRE D’ETAT, CHARGÉ DE DDRR ET DE L’APPR

L’Accord politique pour la paix et la réconciliation en République centrafricaine (APPR-RCA) n’a pas marqué de temps d’arrêt et demeure au centre des négociations actuelles dans le pays et la région, a rassuré le ministre d’Etat, chargé du Désarmement, démobilisation, réinsertion et rapatriement (DDRR) et du suivi de l’APPR, Jean Willybiro Sako. « L’APPR-RCA est au centre de toutes les négociations actuelles, non seulement au niveau national, mais également dans la sous-région, avec l’accompagnement de tous les partenaires », a déclaré le ministre, au cours de la conférence conjointe avec la MINUSCA mercredi à Bangui.

« Depuis sa signature, le 6 février 2019, l’APPR-RCA n’a jamais marqué un temps d’arrêt, bien au contraire, il y a eu plus de la majorité des groupes armés qui, à ce jour, ont été dissouts», a-t-il ajouté, répondant aux préoccupations des journalistes, sur l’effectivité de cet Accord de paix. Les neuf groupes armés, parmi les 14 signataires de l’Accord politique et de paix, officiellement dissouts sont le MLCJ, l’UFR-F, l’UFR, le RPRC, la Séléka rénovée, la RJ Belanga, le MPC aile Abdramane Hassane, le FDPC et le FPRC/aile Abdoulaye Hissene.

Le ministre a été également indiqué que le désarmement des groupes armés se poursuit avec succès et réitère l’engagement du Gouvernement à continuer à « travailler avec la MINUSCA et d’autres partenaires, ainsi qu’avec les populations pour que le désarmement de cœurs soient effectifs, et c’est l’objectif final, parce que le DDR doit permettre à ce que tous les fils égarés de la République redeviennent des citoyens normaux et contribuent au développement de leur pays ».

Au cours de la conférence de presse, le ministre a également réagi à la décision du chef du MPC, Alkatim Mahamat, de se retirer définitivement de la CPC et de réintégrer l’APPR, affirmant que « c’est une décision que nous saluons et que le peuple salue. Nous travaillons pour l’approcher et avoir une confirmation officielle de son engagement de rejoindre ce processus positif ».

Intervenant lors de la conférence de presse, le coordonnateur général de l’Unité d’exécution du Programme national de désarmement, démobilisation, réintégration et rapatriement (UEPNDDRR), Samuel Touatena, a affirmé que de 2018 à 2023, « 4888  ex-combattants ont été désarmés et démobilisés dont 280 femmes », tandis que « 3255 armes de guerre, 162 320 munitions et 2143 grenades et autres explosifs ont été collectés ». Le responsable centrafricain a également souligné que la MINUSCA apporte son appui à divers niveaux pour la mise en œuvre du Programme National de DDRR, notamment aux plans technique, logistique, sécuritaire et financier à travers des fonds propres de la MINUSCA mais aussi des fonds des Etats-Unis.

Pour sa part, le chef de la Section DDR de la MINUSCA, Pierre Emmanuel Ubalijoro, a rappelé qu’en appui à l’initiative nationale du DDR, la Mission a développé le programme de réduction de la violence communautaire (CVR) pour les combattants non éligibles au DDR, ainsi que les communautés. Entre 2016 et 2023, le programme a touché « 32.653 bénéficiaires dont 11.109 femmes. 597 armes de guerre, 15.102 armes artisanales, 831 explosifs et 28.439 munitions ont été collectés, à Bangui et dans les régions du pays », a-t-il noté. Ledit programme se caractérise, entre autres, par des formations professionnelles et civiques de courte durée, le soutien au démarrage d’activités génératrice de revenus, l’appui aux projets d’intérêt communautaire. « Le projet CVR favorise l’appropriation communautaire en s’appuyant sur les comités locaux qui ont un rôle transversal dans la mise en œuvre du projet, en allant du choix et du suivi des bénéficiaires aux projets communautaires », a-t-il précisé.

Enfin, le porte-parole de la MINUSCA, Vladimir Monteiro a annoncé la mission dans le pays, depuis le 7 novembre, du président de la configuration République Centrafricaine (RCA) de la Commission de la consolidation de la paix des Nations Unies (PBC), l’ambassadeur Omar Hilale, dans le cadre d’une visite de cinq jours. « Le programme de visite prévoit des rencontres avec le Président de la République, le président de l’Assemblée nationale et le Premier ministre, les femmes parlementaires, la Représentante spéciale du Secrétaire général et Cheffe de la MINUSCA, le Représentant spécial adjoint du Secrétaire général et Coordonnateur Résident du système des Nations unies, ainsi que l’équipe-pays des Nations unies », a-t-il indiqué.

Le porte-parole a ajouté que le président de la configuration RCA visitera des projets financés par le Fonds de consolidation de la paix à Bangui et se rendra dans une préfecture. « Les efforts de la PBC sont mutuellement complémentaires avec ceux du Fonds pour la consolidation de la paix (PBF) du Secrétaire général de l’ONU, qui continuera de concentrer ses investissements en RCA pour soutenir les efforts en faveur de la paix, pour laquelle elle a déjà investi 51 millions de dollars depuis 2019 », a-t-mentionné.

Minusca

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici