Centrafrique : Et le G5 demanda à la bande à Dimbélet d’abandonner son initiative dangereuse pour la stabilité du pays !

0
649

CENTRAFRIQUE :  DONGO-YONGORO , APRÈS CE GRAND ORAL DU G5🥶🥵, MAPENZI-DIMBÉLET-KOBA-GBONDO-MOSKIT … VONT-ILS MAINTENIR LEUR PROPOSITION DE LOI 😈 DE RÉVISION CONSTITUTIONNELLE😱 ?

ALLONS-NOUS COLLECTIVEMENT ENCORE DANS LE MUR 💥🔥🗡️⚔️🏹💣👽☠️🤫🤭🤐

Hier, le #G5 faisait passer le #GrandOral aux députés #Révisionnistes de la #Touadérade, alors que Faustin Archange Touadera faisait ses courses, Jet tous frais payés par sa #CombinazioneMafiosa avec François Béya, plaçant d’abord une partie de la sienne de famille à Kinshasa, chez Félix Antoine Tshisekedi, pour ensuite fouler le tarmac Aéroport international Maya-Maya afin de << répondre à l’invitation du président de la République du Congo >>, que lui sollicita la veille, mardi 21 avril 2020.

Qu’en est-il ressorti de cette rencontre tant attendue par tous nos compatriotes ? En tout cas rien de bon, pour les Révisionnistes, au nombre de cinq (5) conduits par Jean Symphorien Mapenzi, à cette rencontre de haut niveau local, Assemblée Nationale De La République Centrafricaine – #Partenaires de la #CriseCentrafricaine (#CARCrisis).

Jean Symphorien MapenziMathurin DimbeletSteve KobaMns Centrafrique Guy Moskit et René Constant #Gbondo tentèrent vainement de convaincre le G5 sur l’opportunité de leur initiative, leur proposition de Loi sur la prolongation des mandats présidentiel et celui des députés de la Nation.

Lamentables, ils étaient à plaindre, pour ces hauts dirigeants Centrafricains.

Ce fut encore un échec pour ces députés. Mais le plus drôle fut le comportement lors de cette audition, d’un Mathurin Dimbelet qui, très vite, en carence d’arguments, crut bon acculer leurs interlocuteurs d’être << de ceux qui soutiennent l’opposition Centrafricaine à Faustin Archange Touadera >>. Mal leur a pris.

Lui demandant de clarifier son intervention, le 3è Vice-président de l’Assemblée Nationale De La République Centrafricaine joua l’équilibriste en se reprenant pour demander aux Partenaires de soutenir leur initiative pour la stabilité nationale. Ce qui ne suffit pas à les calmer, au point où, nous rapporte t-on, l’Ambassadeur de France insista, avec fermeté, pour que Mathurin Dimbelet nomme ceux des << grandes puissances >>, qui complotent avec l’opposition Centrafricaine pour déstabiliser le régime en place.

L’incident diplomatique n’a pu être maîtriser. Le feu prenant partout et manquant d’eau et de couvertures, balbutiant, têtes basses, toute honte manifestée, nos Législateurs, qui ne purent jouer aux sapeurs pompiers, ne trouvèrent pas mieux que de s’excuser et reconnaître qu’ils devraient renforcer leur argumentation, le bateau #Coronavirus ne suffisant.

Pour enfoncer le clou, l’Ambassadeur, Haut Représentant de France, leur fit savoir qu’en l’état des informations en leur possession, c’est bien le président Faustin Archange Touadera qui tire les ficelles de cette proposition de Loi constitutionnelle. Et de leur conseiller d’abandonner cette initiative dangereuse pour la stabilité nationale centrafricaine.

Qu’en ont-ils réellement tiré lors de leur débriefing, après avoir été ainsi poliment éconduits, réunis au Bureau de Jean Symphorien Mapenzi ?

La suite au prochain épisode politique du #Dongo_Yongoro_Politique.

Henri Grothe

Lu Pour Vous

La rédaction

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here