Centrafrique : « Enlèvement du détenu Hussein Damboucha » : l’Association des 12 apôtres et disciples menace d’intenter une action en justice contre Monsieur Antonio Guterres, Mme Valentine Rugwabiza et tout le staff du haut commandement militaire pour collaboration avec les mercenaires du Groupe Wagner et non – assistance à un homme et un peuple en danger !

0
70

 

Dans le nouveau numéro du magazine « Et si on en parlait », Loïc Romy Gotto avait reçu, le 8 avril 2023, le porte parole de la Force de la Minusca, le Lt. Colonel Abdoul-Aziz Ouedraogo, pour parler de l’arrestation conjointe par les Forces de sécurité intérieure centrafricaines et la Minusca du « général » Hussein Damboucha, commandant régional du Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC) et membre de la Coalition des Patriotes pour le Changement (CPC). Cette arrestation avait eu lieu le 18 mars dernier, à Sam Ouandja, à 320 km au nord de Bria, dans la préfecture de la Haute-Kotto.

Le 22 mars 2023, la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) avait réitéré son soutien aux institutions judiciaires centrafricaines pour la lutte contre l’impunité dans le pays, conformément à son mandat. « La Mission va continuer à concourir au renforcement de l’indépendance de la justice et à renforcer les capacités et l’efficacité de l’appareil judiciaire, ainsi que l’efficacité et la responsabilité du système pénitentiaire, notamment en fournissant une assistance techniques aux autorités centrafricaines pour ce qui est d’identifier les responsables de crimes constituant des violations du droit international humanitaire et des violations des droits de l’homme et des atteintes à ces droits commis sur le territoire centrafricain, de mener des enquêtes et d’engager des poursuites », avait dit le porte-parole par intérim de la MINUSCA, Guy Karema, au cours de la conférence de presse hebdomadaire de la MINUSCA, mercredi, à Bangui.

Le porte-parole Guy Karema avait par ailleurs signalé qu’en date du 18 mars dernier, lors d’une opération menée conjointement avec les Forces de sécurité intérieure (FSI) centrafricaines, la Force et la Police de la MINUSCA avaient procédé à l’arrestation du « Général » Hussein Damboucha, commandant régional du Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC) et membre de la Coalition des Patriotes pour le Changement. « La lutte contre l’impunité est une condition indispensable à la consolidation de la paix et à la réconciliation nationale », avait martelé Guy Karema, ajoutant qu’« il appartient à présent à la justice centrafricaine de se saisir du cas et d’organiser son procès ».

Depuis lors, le général Hussein Damboucha a été régulièrement auditionné et placé sous mandat de dépôt au Camp de Roux, et attend impatiemment son procès. Si les mercenaires du Groupe Wagner ont échoué par trois fois dans leurs tentatives d’obtenir son extraction avec la complicité du 1er substitut du procureur de la République qui a usé d’un faux document, et du procureur de la République qui a demandé formellement son extirpation pour un transfèrement dans les geôles de l’OCRB, le lundi 3 juin 2023, sous prétexte de comparâitre devant une commission rogatoire à la demande du Doyen des juges, le détenu Hussein Damboucha a été extrait du Camp de Roux et conduit au tribunal de grande instance par les casques bleus et les forces de sécurité intérieure. Là devant de tout le monde, les mercenaires du Groupe Wagner qui prennent leurs ordres directement de l’Imposteur et du Criminel de Bangui et qui lui rendent personnellement compte sont intervenus, encagoulés, pour le conduire à l’OCRB, une unité de tortures et d’exécutions sommaires et extra – judiciaires dont les cas ont été documentés et continuent d’être enregistrés tous les jours par la DDH de la Minusca.

En dépit des vives protestations formulées par son avocat, les influenceurs, les organisations internationales de défense des droits de l’homme, 24 heures plus tard, Monsieur Hussein Damboucha n’a pas encore regagné le Camp de Roux. Connaissant que l’OCRB est devenu un véritable centre de tortures et d’éliminations physiques de tous ceux qui y sont admis, nous ne pouvons que craindre pour sa vie. Aussi, sommes – nous obligés d’appeler solennellement  à la sagesse du secrétaire général de l’Onu Monsieur Antonio Guterres et au recours à toutes ses prérogatives afin d’obtenir la garantie de sa sécurité et son transfèrement au Camp de Roux. Passé un délai de 48 heures, l’Association des 12 apôtres et disciples se réservera le droit d’intenter une action en justice devant la CPI contre lui, sa représentante Mme Valentine Rugwabiza devenue depuis lors proconsul rwandais et tout le haut commandement militaire de la Minusca pour  collaboration active avec les mercenaires du Groupe Wagner dans la commission de ses crimes les plus abjects, et pour non – assistance à un homme et à tout un peuple en danger.

Jean – Paul Naïba

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici