Centrafrique : encore un cas de conflit d’intérêts dans lequel se trouve impliqué le Brouteur d’Abidjan !

0
151

Marché des capitaux : la Centrafrique sollicite Bloomfield pour sa première notation financière

L’agence de notation ivoirienne devrait accompagner Bangui dans ce processus en lequel il nourrit énormément d’espoirs pour la mobilisation des ressources financières sur le ,marché domestique des capitaux.

Bloomfield Investments Corporation pourrait bien devenir la première agence à noter la République centrafricaine. Selon le presse locale, l’agence de notation ivoirienne a été sollicitée le 14 septembre dernier par une correspondance du  ministre centrafricain des Finances et du Budget, Hervé Ndoba(Photo) pour accompagner son pays dans ce processus. L’objectif de cette évaluation est de permettre à Bangui de disposer d’un outil d’appréciation risque qui sera présenté aux investisseurs locaux afin de mobiliser plus efficacement, les ressources nécessaires au financement de l’économie centrafricaine.

Lire aussi : Beac : Tchad, Guinée équatoriale et RCA s’affirment comme les meilleurs clients des investisseurs sur le marché des titres

« L’enjeu de la notation financière est considérable pour un pays comme la RCA dont les besoins de finances sont immenses. Car bien qu’il ne s’agisse que d’une note que donnera l’agence de notation Bloomfield Investment Corporation, leader du domaine en Afrique francophone, celle-ci influera de façon très importante les investisseurs dans leurs choix de supports financiers en faveur du pays. En d’autres termes, une bonne note permettra à la RCA de trouver facilement des investisseurs pour la construction des infrastructures nécessaires au développement inclusif du pays », souligne le membre du gouvernement.

Lire aussi : Marché monétaire: la Centrafrique réalise sa première opération par syndication domestique de 25 milliards

Les modalités de ce processus n’ont pas été dévoilées encore moins l’échéancier y afférent.

Rappelons que cette année, Bangui projette recourir à l’épargne de la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC), pour financer partiellement le fonctionnement des services publics et des projets de développement inscrits dans la loi de finances 2023. C’est dans ce contexte qu’Hervé Ndoba, à la tête d’une forte délégation, a rencontré le mardi, 04 juillet 2023, à Douala, les Spécialistes en Valeurs du Trésor (SVT) et autres investisseurs potentiels de la sous-région pour tenter de les convaincre. En effet, selon le ministre Hervé Ndoba, « le gouvernement Centrafricain compte couvrir une partie de ses besoins de financement par l’émission de titres publics sur le marché. Pour ce faire, une prévision des émissions des valeurs du Trésor à hauteur de 80,0 milliards de FCFA a été inscrite dans la loi de finances 2023 afin de combler les besoins de financement. Ces émissions portent sur les BTA comme les OTA avec des maturités souhaitables de longue durée ainsi que des taux et prix acceptables», a-t-il indiqué.

Lire aussi : Marché monétaire : La Centrafrique veut lever 35 milliards au premier trimestre 2023

Rappelons qu’au premier semestre 2023, le Trésor Public Centrafricain a levé un montant de 42, 65 milliards de FCFA dont, 34, 98 milliards FCFA en OTA et 7,67 milliards FCFA en BTA, soit un taux de réalisation de 53,3%. Le gap à mobiliser pour le deuxième semestre est de FCFA 37, 34 milliards de FCFA.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici