Centrafrique : encore des exactions et crimes commis par les mercenaires russes de Touadéra à Kaga – Bandoro !

0
383

 

Des sources locales indépendantes ont rapporté à notre rédaction que le mercredi 14 avril et le jeudi 15 avril, en l’espace de moins de 24 heures, sept (07) jeunes arrêtés par les mercenaires russes de Touadéra ont été froidement abattus, sans aucune forme de procès, en représailles à une trentaine d’entre – eux morts aux combats ou tout simplement tombés dans les diverses embuscades tendues, tout autour de l’ancien Fort-Crampel, par les éléments de la CPC, véritables maîtres des lieux. Le dimanche 11 avril, au courant de la journée, la plus importante et la plus meurtrière embuscade aurait eu lieu, à 15 Km dans le Sud sur l’axe Kaga – Bandoro –Dékoa dans les encablures de la commune de Ndomété, avec plus d’une vingtaine de mercenaires Tchétchènes, Libyens et Syriens tués et du matériel de guerre récupéré.

Hier, jeudi 15 avril, sur l’axe Ouandago peu après la commune de la Nana – Outa, trois (03) corps, en plus des quatre (04) de la veille, ont consolidé le bilan lourd des pertes enregistrées par les alliés des Faca, depuis qu’ils ont repris ensemble cette ville stratégique de Kaga – Bandoro sans combat, le week-end dernier, les éléments de la CPC s’y étant retiré, « afin de préserver la population civile des conséquences terribles de divers affrontements », selon leurs communicateurs. Mais n’étant finalement pas allés loin, encerclant la ville, à moins de dix (10) km à la ronde, les hommes de Mahamat Al – Katim veillent au grain, causant de lourdes pertes aux assaillants.

Basées à la gare routière, les FACA n’osant pas s’aventurer plus au – delà et laissant le terrain urbain aux alliés russes de Touadéra, la seconde moitié de la ville, majoritairement musulmane, située de l’autre côté de la rivière Nana, subit dès lors régulièrement les incursions criminelles et diverses exactions de la part des amis de Faustin Archange Touadéra, qui excellent de mieux en mieux dans les actes odieux de braquages de boutiques et de motos, les abattages de caprins et volailles des populations locales dont la majorité a déserté la ville pour les champs, les enlèvements et les arrestations souvent arbitraires des jeunes gens ayant l’apparence « plus ou moins bizarre » ou présentant le faciès des peulhs, pour servir d’otages, et qui in fine sont crapuleusement abattus, en représailles de leurs éléments morts aux combats. Ainsi, va la vie dans cette partie de la République centrafricaine, depuis l’arrivée des forces alliées.

Ces exécutions extrajudiciaires qui allongent tous les jours la liste de celles commises fréquemment dans d’autres villages, communes, sous – préfectures et préfectures centrafricaines, et qui sont documentées à travers nos publications, permettront bien évidemment de servir d’éléments de preuves incontestables et suffisantes à la condamnation, devant n’importe quelle juridiction internationale sérieuse, des autorités politiques et militaires actuelles qui les ont commanditées. A l’exemple de Jean – Pierre Bemba pour les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité perpétrés par ses hommes en Centrafrique, après le coup d’état manqué du 28 mai 2001.

A suivre…..

Pierre Yougou Kpakpa depuis Ndomété

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here