Centrafrique : « Elections au HCC » : le Tribunal Administratif annule la scélérate décision du Comité d’organisation des élections et exige la réintégration du candidat Sandy dans la course !

0
115

 

CENTRAFRIQUE -ELECTIONS AU HCC: LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF ANNULE LA SCÉLÉRATE DECISION DU COMITÉ DE LUCIENNE BAKA ET EXIGE LA RÉINTÉGRATION DU CANDIDAT SANDY DANS LA COURSE

 

Le Tribunal Administratif saisi en référé d’heure à heure par le candidat arbitrairement recalé Cyrus-Emmanuel SANDY a astreint hier lundi 15 avril la présidente du Comité d’organisation des élections des représentants des médias publics et privés au HCC à une audience en contradictoire devant se tenir ce mardi matin à 8h au cabinet du Juge de référé.  Mais Mme Lucienne BAKA, Présidente du Comité d’organisation des élections des représentants des médias publics et privés au HCC, a non seulement refusé de décharger la convocation, mais a tenu des propos désobligeants à l’égard du porteur de l’acte.

 

Ce mardi 16 avril matin, la présidente du Comité d’organisation des élections non seulement ne s’est pas rendue au Tribunal administratif, mais aussi ne s’est pas fait représenter, démontrant ainsi son mépris de la Justice de son pays. L’argent de Didier Martial PABANDJI lui a tourné la tête au point de négliger la Justice et les magistrats. Seuls le requérant Cyrus Emmanuel SANDY et ses avocats ont répondu à la convocation. Conformément à la décision qu’il a rendue, le Juge de référé du T.A. a (i) annulé la Décision du Comité d’organisation invalidant la candidature de sieur SANDY, et (ii) exigé la réintégration de sieur SANDY sur la liste des candidats devant compétir.

 

En dépit de tout, Dame Lucienne BAKA et ses lieutenants ont préféré aller jusqu’au bout, forts de l’argent sale qu’ils ont reçu des candidats Didier Martial PABANDJI et sa copine Lydie Seregaza, pour organiser leur élection inéquitable et non crédible. Une véritable parodie électorale qui n’a pas mobilisé du monde, plusieurs journalistes, les vrais, par ailleurs majoritaires, acquis à la cause du candidat Sandy et de la sincérité électorale, ayant préféré se retirer et quitter les lieux pour ne pas cautionner l’arbitraire.

 

Dans les mêmes circonstances de temps et de lieu, le fameux Comité d’organisation des élections au HCC s’est lourdement trahi ce matin: (1) en refusant de donner la parole aux candidats avant le vote, en violation de la tradition en la matière ; (2) en refusant de donner suite à la requête du candidat Armando Yanguendji contre le sulfureux PABANDJI, ce malgré l’insistance de Yanguendji et des électeurs. Il convient de souligner que le même Comité avait accepté la requête de Pabandji et sa copine Lydie SEREGAZA, contre le candidat SANDY, sans donner l’occasion à ce  dernier de se défendre. Pourquoi a-t-il refusé de tenir compte de la requête du candidat Armando Yanguendji ? Il y a là manifestement une situation de deux poids deux mesures. (3): En faisant voter le président du Haut Conseil de la Communication (HCC), M. José Richard Pouambi, qui n’est ni candidat et n’aurait pas dû voter parce que chef d’une Institution de la République et donc astreint à la neutralité, ayant perdu la qualité de journaliste, le Comité a commis une forfaiture. En attendant la fin officielle de son mandat, Monsieur Pouambi a la qualité officielle de Haut Conseil, président du HCC, fonction incompatible à celle de simple journaliste.

Cette attitude est l’expression de la fraude. Une chose est sûre : CES ÉLECTIONS SERONT REPRISES. La Justice triomphera. Tôt ou tard. Le silence et le doute général qui entourent ces élections en disent long. Force reste à la loi et restera à la loi ad aetenam vitam !

Jean – Paul Naïba

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici