Centrafrique : Droit de réponse magistral d’un militant de BTK relatif aux grossiers mensonges publiés sur Mahamat Kamoun par un site proche du pouvoir de Bangui

0
262
DROIT DE REPONSE
Dans un article fort inquisiteur et tendancieux intitulé « RCA : Mahamat KAMOUN, l’un des prédateurs de la République, refait surface », le site  d’information dénommé «Hibou Centrafrique. Groupe de soutien aux  actions du Président Faustin Archange Touadéra », se donne des libertés de
dire des grossiers mensonges sur M. Mahamat KAMOUN, haut cadre des Finances et ancien Premier Ministre, Chef du Gouvernement de la Transition  politique centrafricaine (2014-2016).
L’article plein de fautes de français annonce les couleurs dès l’introduction déclarant que « Même les gangsters économiques, voleurs professionnels, prétendant devenir Président de la République » (sic). Ces propos foncièrement tendancieux et attentatoires à l’honneur, l’image et à la dignité de M. Mahamat KAMOUN, le Président du Parti Bêafrika Ti é Kwè (BTK) appellent de notre part les observations et mises au point suivantes:
1- « … celui qui a détourné la grosse somme d’argent au Trésor Public sous le régime de François BOZIZE », affirme le site d’information.  C’est une affirmation gratuite et sans fondement puisque la qualité de sa gestion en tant que Directeur Général du Trésor Public en 2006 a été reconnu par tous,
après son départ et la fausse accusation portée contre lui. Un audit de l’Inspection Générale des Finances (IGF), une structure composée de hauts cadres assermentés, avait blanchi M. Mahamat KAMOUN et mis hors de cause. C’était sous le régime BOZIZE. Les animateurs du site d’information pro-TOUADERA n’ont qu’à se rapprocher de la Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique (DGTCP), de l’IGF et du Cabinet du Ministre des Finances, pour vérifier ce que nous disons. Les partisans et propagateurs de ce grossier mensonge s’étaient terrés et ont disparu de la circulation lorsque des  journaux sérieux de la place ont corrigé cette mauvaise information dans leurs colonnes. Heureusement qu’il y a des organes d’information crédibles dans le pays.
2- «… celui qui a fui vers le Canada », affirme le site d’information.  Voilà encore un autre mensonge. Après son passage à la DGTCP, Mahamat KAMOUN n’avait pas fui le pays. Il  était nommé Inspecteur des Finances à l’Inspection Générale des Finances (IGF), le gendarme des finances publiques centrafricaines. C’est une promotion  que vous ne connaissez pas, car les Membres de l’IGF ont rang et prérogatives d’Administrateurs d’Etat, donc au-dessus des Directeurs Généraux de Ministères dont ils contrôlent par ailleurs la gestion. Ayant senti le besoin d’aller  compléter sa formation dans le domaine des finances publiques et la nécessité de maîtriser la langue anglaise, il avait demandé et obtenu l’autorisation officielle du Gouvernement représenté par trois membres du Gouvernement à savoir : le  Ministre des Finances et du Budget, le Ministre de la Fonction Publique et celui de l’Economie, du Plan et de la Coopération, pour une mise en position de stage. C’est donc un Arrêté interministériel qui l’avait mis en position de stage à cet effet, étant entendu que M. Mahamat KAMOUN est Fonctionnaire de l’Etat,  cadre des finances, et donc régi par les textes de la Fonction Publique. Il n’a pas « fui » le pays vers l’extérieur comme mentionné dans l’article du site de mensonge. Il est parti se former aux Etats-Unis d’Amérique (USA) et non au Canada comme le dit le site de mensonge.
3- « … est revenu grâce au coup de force du 24 mars 2013, dont il l’est des cerveaux de la coalition séléka », écrit le site d’information. Même si le français est mal écrit par le site d’information, on peut le comprendre. La vérité première est que Mahamat KAMOUN n’est associé ni de loin ni de près à la coalition séléka comme le dit l’article mensonger du site de mensonge pro-Touadéra. Il ne peut en fournir la moindre preuve. La seconde vérité est que selon sa discrétion, un Chef d’Etat peut faire appel à tout fils du pays dont il pense qu’il peut l’aider dans sa mission dans un but et pour un
temps donné. A l’époque, même des partisans du régime que la coalition séléka a fait tomber avaient servi le pays dans le Gouvernement, à la Présidence de la République, à la Primature, au Parlement de transition (le CNT), le tout, sous l’autorité de M. Michel DJOTODIA puis de Mme Catherine SAMBA-PANZA. Même des Pasteurs, des Magistrats qui traquaient les rebelles de la séléka, les
activistes des Droits de l’Homme qui critiquaient les actions des rebelles séléka, étaient nommés par DJOTODIA dans le Gouvernement, aux Cabinets Présidentiel et Primatoral. On ne peut dire qu’ils ont tort. Ils ont simplement accepté de se mettre au service de la République à un moment où la nation avait besoin d’eux. Le Pasteur Josué BINOUA était nommé Ministre Conseiller à la Présidence de la République, et donc un des proches du Président DJOTODIA, puis Ministre de la Sécurité Publique dans le Gouvernement. Est-ce à dire qu’il  était aussi le cerveau de la coalition séléka ? Le Magistrat Firmin FINDIRO, l’ancien tout puissant Procureur de Bangui, très proche de l’ancien Président BOZIZE dont il a été Ministre de la Justice, était nommé Ministre Conseiller du
Président DJOTODIA à la Présidence. Cela signifie-t-il qu’il était aussi le cerveau de la coalition séléka? Et que dire de ces nombreux chefs rebelles séléka et leurs combattants qui sont nommés par votre Président Faustin-Archange TOUADERA dans le Gouvernement, aux Cabinets de la Présidence de la République et de la Primature, à la tête des Préfectures, des Sous-Préfectures et des Mairies, dans plusieurs structures de la Haute Administration Publique? Va-t-on en déduire que Monsieur TOUADERA fait aussi partie des « cerveaux de la coalition séléka »? C’est léger comme raisonnement ! Je vous apprends que même des magistrats, par principe apolitiques, qui étaient des hommes de main des Présidents BOZIZE et DJOTODIA, sont encore devenus des hommes de
main du Président TOUADERA. Que dites-vous de ceux-là ?
4- « … des criminels économiques comme Mahamat KAMOUN n’oseraient pas se déclarer candidat à la présidentielle », affirme le site d’information. Voilà encore une affirmation gratuite et sans fondement. M. Mahamat KAMOUN n’a commis aucun crime économique ni dans son pays ni ailleurs. S’il était un criminel économique, comment pouvait-il quitter le gouvernement en avril 2016 en laissant SEPT (7) MILLIARDS de FCFA sur le compte de l’Etat centrafricain ouvert à la BEAC? Votre Président TOUADERA et son Premier Ministre Simplice-Mathieu SARANDJI le savent. Les médias ont été pris à témoin lors de cette passation de service entre M. KAMOUN et M. SARANDJI. C’est pour la première fois dans l’histoire de la RCA qu’un gouvernement part en laissant des milliards dans la caisse de l’Etat. Si vous étiez moralement équilibré et de bonne foi, vous aurez dû féliciter M. Mahamat KAMOUN au lieu de déverser des mensonges et des insanités sur lui.
5- «… détourneur et filou professionnel, Mahamat KAMOUN avait impulsé à ses membres du Gouvernement la notion de transfert des recettes de l’Etat à l’aide des petits sacs en bâches, appelés ‘’banco’’ ou la bancarisation », souligne le site d’information.  Aucun membre du Gouvernement ne peut se reconnaître dans une telle affirmation. Si vous voulez vous en prendre à M. KAMOUN, ne parlez rien que de lui, au lieu de mettre tout le monde dans le même sac, votre sac à mensonges.
Vous ne connaissez rien du fonctionnement des ministères et vous prétendez en parler sur un site d’information. Je vous apprends qu’il y a des ministères qui ne produisent même pas de petites recettes. Comment les Ministres des départements non producteurs de recettes peuvent-ils faire des « transferts des recettes de l’Etat »?
6- « … que peuton dire d’un homme rompu dans la fausseté et la méthode ou sa femme, Rachel NGAKOLA avait géré la Direction Générale des Douanes. Cela suffit pour mettre en difficulté ce trio de criminels économiques », s’interroge le site d’information. Quelqu’un qui est « rompu dans la fausseté » peut-il finir sa mission  gouvernementale en laissant SEPT (7) milliards de FCFA à son successeur? Et concernant son épouse Rachel NGAKOLA, vous avez l’excuse de votre grave
ignorance: elle passe pour celle grâce à qui les performances de la Douane centrafricaine ont été remarquables malgré la grande crise sécuritaire, ce qui lui a valu des satisfécits d’éminentes Institutions Internationales comme le Fonds Monétaire International (FMI). C’est en partie grâce à ses efforts et aux qualités de son management que le pays avait commencé à retrouver la santé financière qui avait permis de laisser SEPT (7) MILIIARDS de FCFA à votre Président. Vous devez aussi être reconnaissants envers cette dame.
6- «…même au sein de sa formation politique dénommée Bêafrica Ti é Kwè (BTK), la gestion du parti est concentrée entre les mains de sa femme, Rachel NGAKOLA. Alors de quelle bonne gouvernance se prétend le gangster économique, Mahamat KAMOUN, dès lors que tout est concentré entre les mains de sa femme?», écrit le site d’information. Décidemment, vous êtes abonné au mensonge, à la contre-vérité et aux affirmations gratuites. Cela donne une image éloquente de votre camp. Vous avez menti parce que vous n’êtes pas du parti BTK qui vient à peine de naître et qui est en phase d’implantation. Vous ignorez tout du mode de fonctionnement de ce jeune parti. Donc, faites un effort d’honnêteté intellectuelle. Dans le doute ou l’ignorance, il faut s’abstenir. Retenez cette petite leçon de simple savoirvivre et savoir-être. Enfin, arrêtez de parler des affaires de Monsieur et Dame sur vos sites. Car s’il faut raconter ce qui se passe dans votre camp, on va écrire des milliers de tonnes de volume. Et n’ignorez pas que c’est celui que vous prétendez défendre qui doit à Mahamat KAMOUN et à Rachel NGAKOLA, et non l’inverse. Le Président TOUADERA sait ce que Mahamat KAMOUN et Rachel NGAKOLA ont fait pour lui pour qu’il soit ce qu’il est aujourd’hui. Ne poussez pas les gens à sortir des choses qui risquent de vous coûter cher.
7-« …a supposé qu’il soit élu, le Trésor Public, deviendra la vache à lait de KAMOUN et sa femme Rachel, soit elle aura la main mise sur les recettes de l’Etat comme ils en ont fait sous la transition de Catherine SambaPanza », soutient le site d’information. Au risque de nous répéter, Mahamat KAMOUN avait laissé SEPT (7) MILLIARDS de FCFA en quittant la Primature. C’est dire qu’il n’est pas un assoiffé d’argent, il n’est pas, non plus, un cupide comme ceux qui sont arrivés aux affaires après la transition. S’il est élu Président de la République (et il le sera bientôt, ne vous en déplaise), les caisses du Trésor Public, des Impôts, des Douanes, des Entreprises et Offices Publics, des Ministères et Institutions de la République, des Ambassades et Consulats de la RCA à l’extérieur, se porteront mieux. Enfin, pour votre information, Mahamat KAMOUN et Rachel NGAKOLA ont été auditionnés par l’Inspection Générale d’Etat (IGE) qui les a mis hors de cause.
Au vu de tout ce qui précède, le Bureau Politique du Parti BTK, M. Mahamat KAMOUN et Mme Rachel NGAKOLA, abusivement mis en cause par ce site de mensonge, regrettent que le Président TOUADERA qui est pourtant un éducateur, laisse des gens comme vous, alimenter la désinformation, la haine et les provocations inutiles à travers des sites d’intoxication, de prédication et d’incitation à la haine, tout en activant des milices privées et associations maléfiques comme « Requins », « Hibou », « MCD », « Galaxy 3003 », etc., à s’en prendre à des dignes fils du pays dont le seul tort est de ne pas adhérer au parti MCU. Cessez de nous éloigner de la démocratie chèrement acquise et  apprenez à prendre de la hauteur, à poser les vrais problèmes du pays et à œuvrer pour la paix, tout en vous laissant instruire par l’histoire.
En tant que militant de première heure du Parti BTK frustré par vos mensonges, je vous demande de publier ce droit de réponse si vous êtes honnête. Je vous demande enfin d’aider votre Président TOUADERA par la publication des nouvelles, des réflexions et des analyses de qualité, susceptibles de redorer un peu l’image trop ternie de celui que vous prétendez défendre. En tout état de cause, mon Parti le BTK éduque et éduquera toujours ses militants et sympathisants au calme et à la retenue, à ne pas céder à la provocation d’où qu’elle vienne, et à préparer les échéances électorales dans la sérénité, la vigilance et l’espoir.
Fait à Bangui, le 07 octobre 2020
Legros KOMBOWALI,
Militant engagé du BTK

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here