Centrafrique : « Dossier Baba Ladé » : de grossiers mensonges du porte – parole du gouvernement Serge Ghislain Djorie

0
199

 

Le vendredi 6 octobre 2023, le porte – parole du gouvernement Serge Ghislain Djorie a apporté un démenti formel sur les rumeurs annonçant la présence de Baba Laddé, un chef rebelle tchadien sur le territoire de la République centrafricaine. C’est dans une note publiée et partagée sur les réseaux sociaux que ce dernier a réfuté les informations selon lesquelles le tchadien Baba Laddé serait sur le territoire de la RCA pour orchestrer un coup d’Etat contre le régime de la transition tchadienne. Ces rumeurs « volontairement » véhiculées sur les réseaux sociaux visent à entraver les efforts sans cesse renouvelés des plus hautes autorités centrafricaines et tchadiennes de maintenir les relations séculaires de fraternité et de bon voisinage entre les deux pays.

« Le chef rebelle Baba Laddé est considéré comme l’un des principaux acteurs de la déstabilisation de la République centrafricaine, et fait partie des personnes recherchées par les autorités judiciaires centrafricaines pour les crimes graves perpétrés contre son pays », a affirmé M. Djorie. « La République centrafricaine est prête à collaborer étroitement avec tous les Etats de la sous-région pour consolider la paix et la sécurité », a – t – il conclu. Rappelons que cette réaction est intervenue après que l’ancien officier de la gendarmerie nationale tchadienne, Baba Laddé, a décidé d’entrer en rébellion au début du mois de septembre contre son pays. Depuis son retour au maquis, des rumeurs circulent comme quoi ce dernier serait sur le territoire centrafricain en train de recruter les rebelles.

Seulement, selon des renseignements policiers et militaires, le rebelle tchadien Baba Ladé est bel et bien sur le territoire national à la demande de l’Imposteur de Bangui et ses mercenaires du Groupe Wagner et rwandais dans le but de déstabiliser tous les Etats de la sous – région d’Afrique centrale et occidentale. A ce propos, il nous a été rapporté que  le capitaine Samba, chef de détachement militaire au village Bédaya 2 dans la sous-préfecture de Paoua, située au nord -ouest de Centrafrique,  frontalière avec le Tchad, aurait été instruit par son haut commandement à Bangui, de se rendre en urgence au village Bérengo où est installée la base des mercenaires russes de la société Wagner, le dimanche 1er octobre 2023. L’objectif de la mission  serait d’acquérir des armements de combat pour ses hommes qui auraient été déployés sur le terrain, selon  la source locale.

Dans la foulée, deux (02) hélicoptères de combat avaient survolé les espaces aériens des villes de Bozoum, Paoua, Bocaranga, Batangafo, Kabo, et Sido-Tchad,  ce même dimanche du 1er octobre dans la matinée, aux environs de 08 heures en guise de reconnaissances de terrains. Il a été relevé que les survols dans l’espace aérien de la ville de Kabo auraient été faits de manière répétitive. Ce qui aurait semé la panique parmi la population civile. Les appareils seraient repartis à Bangui. Des sources locales  auraient ajouté qu’un hélicoptère se serait posé sur l’aérodrome de cette ville de Kabo et qu’un haut responsable des paramilitaires du groupe Wagner serait sorti de l’appareil pour aller s’entretenir  avec  les mercenaires russes du groupe Wagner, déployés dans la localité. Depuis lors, le bureau de l’ONG  dénommée « Solidarité Internationale » situé dans la ville de Kabo, serait investi et occupé par les mercenaires russes. À ce jour, le couvre-feu serait instauré dans cette ville de 19h à 05h du matin.

D’après ces sources, le général Baba Laddé aurait séjourné pendant quelques jours dans son fief à Ngondava avec ses proches collaborateurs avant de repartir à Bangui pour être programmé pour une mission en Russie. La date de la célébration de la journée mondiale de l’alimentation (JMA), prévue à Kaga – Bandoro le 16 octobre 2023, a été reportée pour une date ultérieure,  précisent ces sources. On parlerait probablement du 12 novembre 2023. Et  la date des actes subversifs du général Baba Laddé et  ses hommes,  appuyés par les mercenaires russes et les forces spéciales rwandaises contre les positions frontalières des militaires Tchadiens, reste dans le secret.

D’une manière générale, les données statistiques par rapport à l’effectif des mercenaires russes du groupe Wagner et leurs armements, ainsi que celles des forces de défense et de sécurité, seraient restées stables, c’est à dire, elles demeureraient sans modification, selon une source locale. Malgré l’embargo sur les armes en Centrafrique, le président Touadéra a passé quelques commandes d’armements auprès de la Russie, via Rwanda. Pour faciliter les importations de ces matériels, des adresses et sigle de la Minusca seraient utilisés, par le truchement et avec la complicité de Mme Valentine Rugwabiza. Car, on est sans ignorer que la majorité des contingents au sein de cette institution ne regorgent que des sujets d’origine rwandaise qui prennent leurs instructions directement de Kigali et non de New – York.

C’est à cet effet que le général Baba Laddé aurait reçu instruction du président Touadéra d’exercer librement les activités qu’il lui aurait confiées surtout en ce qui concerne la veille au  niveau des frontières tchadiennes. C’est pourquoi, il avait quitté Bangui pour Ngondava, accompagné du capitaine Samba et de Monsieur Haroune. L’objectif de leur déplacement serait de faire une mise au point sur des actions à réaliser à court terme et moyens termes dans la zone. Après les quelques jours passés à Ngondava, ils seraient retournés à Bangui où une autre mission devrait lui être confiée par le président Touadéra.

C’est ainsi que sans que l’on n’en sache davantage, le vendredi 06 octobre 2023, le général Baba Laddé, le DGA(Directeur Général -Adjoint) de la sécurité présidentielle, le Sous-chef d’État Major, le général Yacoub et l’interprète au cabinet militaire diplomatique à la présidence de la République , le Lieutenant Zoumbéti Kévin, ont reçu l’ordre de la présidence de la République, d’effectuer une mission à Moscou (Russie). L’objectif de la mission n’était pas rendu public. Ils devraient quitter Bangui pour Moscou par le vol de la compagnie Air Rwanda via Douala-Kigali. À leur retour, ils programmeraient de   faire des escales d’abord à Kigali puis au Congo Démocratique (RDC), car ils voudraient rencontrer certaines hautes personnalités de ces deux pays afin de discuter avec elles sur les modalités d’acheminer ou de convoyer les commandes constituées de matériels de guerre vers Bangui. La date de leur retour serait gardée encore au secret.

En prévision des attaques prochaines à mener contre le Tchad,  le général Arda et les autres généraux du groupe ethnique « goula », tous originaires de Birao, seraient entrain de procéder aux recrutements des ex-combattants résidant à Am-dafock, une commune centrafricaine frontalière avec le Soudan. Ces généraux auraient reçu un financement de certaines personnalités qui se trouveraient à Bangui. La transaction du fonds se ferait par l’intermédiaire d’un personnel du bureau de la Minusca installé à Birao. Pourquoi le transfert d’argent pour ces recrutements ? S’interrogeait un observateur. Pour éviter toute suspicion  et brouiller les traces des transactions, tout simplement, sachant qu’il y avait déjà un accord de paix qui était signé entre les communautés Goula et arabes en 2006. Par ailleurs, il aurait été relevé que le général Baba Laddé et le ministre de la justice Arnaud Abazène Djoubaye  seraient à la commande de cette manœuvre et auraient trouvé comme prétexte que c’est le recrutement des jeunes gens pour constituer des groupes d’autodéfense.

Par rapport à cette situation, depuis lors, des petits bruits de bottes à faible tonalité auraient déjà commencé à se faire entendre dans le village Nda, situé à 130 km de Birao .

Pour finir, il faut noter que dans le cadre de la mise en œuvre du projet de déstabilisation de l’Afrique, trois(03) pays seraient déjà dans le viseur du président Touadéra et ses mercenaires russes du groupe Wagner. Il s’agirait des pays comme le Tchad, le Cameroun et le Togo. Ayant compris que le plan machiavélique du président Touadéra avec le rebelle tchadien Baba Laddé, appuyés par leurs alliés mercenaires russes du groupe Wagner et  forces spéciales rwandaises, risquerait de susciter de vives protestations et contraindre les pays de la sous – région d’Afrique centrale et occidentale à se mobiliser pour aider à la destitution de Touadéra, le ministre de la communication et porte-parole du gouvernement Serge Ghislain Djorie aurait été instruit de détourner le regard attentif du monde en publiant ce communiqué gouvernemental dans lequel il a porté un démenti formel en ce qui concerne la présence de l’ancien général de  l’armée nationale tchadienne, qui s’est déclaré déserteur et autoproclamé  rebelle contre le pouvoir central de Ndjamena à partir du territoire centrafricain.

De grossiers mensonges !  Aux présidents Kaka, Eyadéma et Biya de prendre toutes les dispositions pour neutraliser cette punaise de lit avant qu’il ne soit trop tard !

KassaMongonda

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici