Centrafrique : Dondra n’a pas démissionné, il a été démis de ses fonctions, selon Adrien Poussou

0
239
AU-DELÀ DE TOUT QUIPROQUO/« Science sans conscience n’est que ruines et larmes », dit le proverbe. C’est à se demander si science et famine » ne rendent pas bête et aveugle. C’est ce qu’on pourrait dire sur la sortie de notre « cher docteur » qui, comme à son habitude, a manqué une occasion de se taire. Ou alors, il n’a pas voulu, à dessein, pointer l’incompétence caractérisée de ceux qui entourent FAustin Archange TOuadera afin de se ménager la possibilité de les rejoindre à nouveau.
En effet, personne n’a insinué que Félix Moula serait un premier ministre intérimaire, loin s’en faut. Ce que les gens ont relevé, c’est qu’il y a deux décrets. L’un, numéro 21.144 du 11 juin 2021 portant nomination du Premier ministre; l’autre, numéro 21.146 du 23 juin 2021 portant nomination ou confirmation des membres du gouvernement. Il se trouve que dans la précipitation, les dispositions du premier décret ont été rapportées, sans toucher à celles du second. De telle sorte que le décret 21.146 produit toujours ses effets (maintenir en place les membres du gouvernement Dondra). Même si, après coup, selon la formule consacrée, le second article d’un hypothétique décret nommant un gouvernement Moloua viendrait à « abroger toutes les dispositions antérieures contraires », on aura connu un cas unique dans les annales: la coexistence même virtuelle de deux gouvernements qui se superposent. Le second aura été nommé sans que le premier soit dissout formellement.
Et puis concrètement, Dondra n’a pas démissionné comme le prétend notre « cher docteur » (pour que celle-ci entraîne celle de son gouvernement). Officiellement, et c’est ce qui traduit la volonté de l’humilier, un décret pris par Touadera a mis fin à ses fonctions.
Il aurait été plus simple de formuler l’article 1er du décret limogeant Dondra de la manière suivante: « Les dispositions des décrets numéro 21.144 du 11 juin 2021 portant nomination du Premier ministre et 21.146 du 23 juin 2021 portant nomination ou confirmation des membres du gouvernement sont et demeurent rapportées ». Mieux, l’article deux allait préciser que les ministres du précédent gouvernement évacueront les affaires courantes.
Tout cela n’ayant pas été fait, on peut conclure que le pays est entre des mains peu expertes. L’Etat n’étant pas l’arbre de Bagaza, à Boyrabe, sous lequel on vient assurer des haines recuites.
A.P. Citoyen doté de bon sens

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here