Centrafrique : Doctrouvé victime de combats mélangés entre Mapenzi et Dondra ?

0
946

Dans un article intitulé « MapenziGate : quand le feu sort de l’eau », publié le 28 février 2020 par Letsunami.net, nous n’avons pas hésité un seul instant à affirmer et soutenir, tel un prophète prêchant dans un grand désert où toute vie a totalement disparu,  que les différentes révélations contenues dans ces bandes sonores non seulement mettaient en exergue, de manière indéniable et irréfutable, la mal- gouvernance qui a caractérisé la gestion des affaires de la cité par l’association des malfaiteurs au pouvoir à Bangui, depuis mars 2016, mais surtout ressemblaient fort étonnement à un important braiser qui sortait de l’eau et dont l’on s’interrogeait à juste titre tout naturellement avec quoi l’on devrait l’éteindre. La suite des diffusions et les événements qui en sont découlés et qui continuent d’en découler, comme des coulées de laves incandescentes, rampantes, envahissantes et détruisant tout sur leur passage, nous ont finalement donné raison.

En effet, outre le caractère incontestable du timbre de voix qui est celui du 1er vice – président de l’assemblée nationale en la personne du député de Bimbo 4 Jean Symphorien Mapenzi, d’une part, la gravité des accusations qui y sont portées contre les différentes personnalités en charge de la gouvernance de la République et les institutions en place, d’autre part, il nous a été rapporté que c’est in fine la résultante d’une guerre de neutralisation entre les uns et les autres  et de positionnements au sein du parti – Etat dénommé « MCU ». Ce sont des gentilles indiscrétions portées à notre connaissance, au lendemain de l’enlèvement par des agents de la police relevant de la CNS  et de l’arrestation de M. Euloge Doctrouvé Koï au Commissariat du Port, sur instructions d’un certain Henri Marie Dondra, ministre des finances et du budget, 1er secrétaire exécutif national du MCU, chef d’entreprises et partenaire financier de plusieurs sociétés de la place.

Sans fioritures, ces  sources nous ont corroboré  ces informations en affirmant que le responsable du kidnapping du rapporteur et porte – parole de l’association politique dénommée « Synergie Centrafricaine », créée par le député de la circonscription de Grimari Karim Sall Sédar dans le but de soutenir les actions du gouvernement Ngrébada et dont M. Simplice Ouloufi assure la présidence, a fait introduire et déposer  cet après – midi une plainte, par l’entremise de ses avocats et d’un membre de sa famille exerçant au Barc en la personne de Côme Dondra, contre sa victime au secrétariat du commissaire du Port. Il lui serait reproché un acte de préméditation visant à s’attaquer à la personne du ministre des finances et du budget – un agent public, donc sujet à des critiques de la part de tout citoyen et de toute association quelle que soit sa nature – et à ternir l’honneur, l’image et la dignité du nom de la famille de laquelle il est issu. Celui qui fait la pluie et le beau temps en Centrafrique, depuis que l’intelligence a définitivement quitté ce pays, y verrait aussi dans l’intention des membres de  « Synergie Centrafricaine » de mener une offensive communicationnelle plus qu’agressive et déstabilisatrice  contre sa gestion de la chose publique, son parcours scolaire et universitaire, ses expériences professionnelles et sa propension inouïe au népotisme, au favoritisme et à des cabales administratives et politiques contre tous ses contradicteurs les plus futés, la main invisible d’un certain Jean Symphorien Mapenzi, ce dont il a été évidemment et amplement question dans les fameuses bandes sonores dénommées « MapenziGate ».

En réaction à ces allégations, le président en exercice de cette association, jugée trop proche du pouvoir de Bangui, M. Simplice Ouloufi qui a catégoriquement nié avoir bénéficié d’une quelconque contribution de l’Etat, de Touadéra, Sarandji, Ngon Baba, Ngrébada, Mapenzi et Dondra, pour ne citer que ces personnalités là, balaye d’un revers ce qu’il qualifie de cabale haineuse de la part du plaignant qui se trouverait encore en mission à Bouar, contre son prétendu accusé, dans la mesure où c’est ce dernier qui passe pour le défenseur invétéré de son accusateur, dans toutes ses sorties médiatiques, dénonce de la manière la plus patriotique et la plus véhémente cet acte d’instrumentalisation des institutions judiciaires à des fins politiques, personnelles et partisanes par un ministre de la République avec des moyens de l’Etat, et condamne cette volonté manifeste de fragiliser le MCU, à quelques heures du renouvellement du bureau de l’assemblée nationale et des prochaines échéances électorales. Et ce dernier de conclure en ces termes : « Qui est – il, ce Monsieur ? Que veut – il ? En prenant sa carte d’adhésion au MCU, n’est – il pas, en réalité, venu tout simplement en mission pour faire imploser ce parti de l’intérieur aux fins d’en tirer profits à l’avenir  contre le président Touadéra?»

Interpellé à ce sujet par les proches de M. Euloge Doctrouvé Koï et le président de l’association « Synergie Centrafricaine »,  le secrétaire exécutif national, ministre – conseiller à la présidence, ancien premier ministre, en l’occurrence M. Simplice Matthieu Sarandji, a eu en réponse ces mots : « Que celui qui a porté plainte, après avoir fait enlever son accusé et en flagrante violation du respect  de la procédure élémentaire de convocation,  vienne la retirer dans les meilleurs délais ! »

Quand le feu sort de l’eau, avec quoi va – t – on l’éteindre ?

Affaire à suivre….. !

La rédaction

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here