Centrafrique : dix barrières illégales encore fonctionnelles sur l’Oubangui de Mobaye à Ouango – Sao à Bangui, selon le syndicaliste Louis – Marie Kongrengbo

0
169

« Ce matin, je suis allé au port SAO de OUANGO BANGUI retirer un colis que les parents m’ont envoyé depuis Mobaye, car la pirogue est arrivée hier Samedi 23 septembre 2023 aux environs de 22 heures. J’ai voulu savoir s’il y a encore des tracasseries policières et militaires de rackettages sur le fleuve, malgré la décision du gouvernement qui supprime les barrières illégales. La réponse, c’est la désolation totale, et le constat très triste. Selon les témoignages recueillis, il existe dix barrières et à chaque barrière, il faut faire la formalité.

Les Anti – Balaka continuent de régner en maître absolu. Selon les émissaires, ils ont versé jusqu’à concurrence de 50.000 à 60.000 mille francs CFA, bien qu’ils eussent usé d’imaginations fertiles pour contourner certaines barrières de nuits en prenant l’autre rive. Ironie du sort au niveau d’une barrière, alors qu’ils ont opté pour traverser de le côté de la République Démocratique du Congo, les tenants de cette barrière illégale qui sont dotés de pirogues motorisées, ont traversé pour aller les ramener du côté de la République centrafricaine pour leur infliger une formalité exemplaire. J’en appelle sans complaisance aux autorités compétentes d’avoir un regard favorable aux cris de détresse des usagers du fleuve Oubangui. Comment les produits vivriers ne peuvent  – ils pas coûter extrêmement cher ? Monsieur le Ministre des transports, il est de votre devoir, le Premier Ministre a donné un signal fort sur le corridor Bangui- Béloko. Merci je ne suis qu’un acteur de la vie sociale ».

Louis Marie Kongrengbo

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici