Centrafrique : des intellectuels de la Cemac appellent à la signature d’une tribune contre l’imposition de l’informaticien Yvon Sana Bangui par l’Imposteur de Bangui à la tête de la Beac !

0
103

TRIBUNE DES INTELLECTUELS DE LA ZONE CEMAC REFUSANT À L’INFORMATICIEN CENTRAFRICAIN YVON SANA BANGUI LA POSSIBILITÉ POUR LUI D’ÊTRE NOMMÉ AUX FONCTIONS DE GOUVERNEUR DE LA BANQUE CENTRALE DES ÉTATS D’AFRIQUE CENTRALE (BEAC).

Même si l’information circulait dans les milieux économiques et diplomatiques depuis quelques semaines déjà, ce n’est qu’en fin janvier 2024 que le nom du candidat désigné par le président centrafricain, Faustin Archange Touadéra, pour prendre la tête de la Banque des États d’Afrique Centrale (BEAC) a été rendu public.

En effet, l’édition en ligne du quotidien camerounais Écomatin du 26 janvier 2024 titrait  » Le Centrafricain Yvon Sana [Bangui] nommé gouverneur de la BEAC en remplacement du Tchadien Abbas Mahamat Tolli [?] ». Ainsi, c’est à la fois un ancien élève et un parent de la même ethnie de Faustin Archange Touadéra que ce dernier souhaite imposer à la Conférence des Chefs d’Etat de la CEMAC comme son premier choix aux fonctions de gouverneur de la BEAC.

Le moins que l’on puisse dire c’est que cette nouvelle a littéralement enflammé les médias en ligne et réseaux sociaux de la Communauté (CEMAC). Les observateurs avisés de la sous-région et même au-delà, qu’ils soient économistes, universitaires et intellectuels, n’ont pas manqué d’exprimer tout leur scepticisme voire leur franche opposition à l’éventualité de voir Monsieur Yvon Sana Bangui assumer les responsabilités de prochain gouverneur de la BEAC.

Ce n’est pas tant le fait que le candidat en question doive entièrement sa carrière à la BEAC et notamment ses dernières promotions fulgurantes à son parent le Chef d’Etat centrafricain qui pose problème. Non, c’est surtout son profil d’informaticien qui, aux yeux de tous, pénalise Monsieur Yvon Sana Bangui. Un profil de technicien informatique même expérimenté qui ne cadre absolument pas avec la fonction d’un banquier centrale qui aura à piloter pendant sept ans la politique monétaire des six économies de la Communauté Économique et Monétaire des États d’Afrique Centrale (CEMAC).

Selon les dispositions des statuts de la BEAC, le gouverneur est choisi en raison de ses compétences dans les domaines économique, juridique, monétaire ou financier. Or, il évident que Monsieur Yvon Sana Bangui ne coche aucune de ces cases. Ceci est d’autant plus dommageable et dangereux pour la bonne gouvernance de la banque centrale que l’économie mondiale est fragilisée dans un contexte de polycrises-géopolitiques, de taux d’intérêts élevés et d’inflation persistance. Confronté à la même situation que nous d’autres zones géographiques à travers le globe privilégient le choix de profils de macro-économistes aguerris et parfois même des prix Nobel.

Aussi, les signataires de cette tribune appellent Leurs Excellences les Chefs d’Etat de la CEMAC à rejeter cette désignation de Monsieur Yvon Sana Bangui dont les conséquences risquent de plomber nos six économies qui sont déjà confrontées à de nombreux défis dont celui du poids de la dette publique, des déficits budgétaires, de la diversification économique, de la formation et de la consolidation du marché de l’emploi des jeunes, de la raréfaction des flux de trésorerie, etc.

Il ne s’agit pas d’une attaque ad hominem mais de l’avenir de l’économie de la zone CEMAC qu’il ne nous faut pas hypothéquer, notamment en manquant de vigilance dans le choix de la qualité des ressources humaines. D’autant plus que la République centrafricaine regorge en son sein d’anciens et d’actuels hauts cadres de la BEAC et d’autres institutions financières internationales amplement qualifiés avec des profils plus adéquats de macro-économistes, de financiers, de juristes ou encore d’experts-comptables, y compris de la même ethnie que le chef d’Etat centrafricain, vu que ce critère lui tient tant à cœur.

Ont signé :
1)…
2)…

Lu Pour Vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici