Centrafrique : Déclaration de la Plateforme des Jeunes Leaders de l’Opposition démocratique sur la situation socio – politique

0
59

DÉCLARATION

Depuis l’accession au pouvoir de Mr Faustin Archange Touadera en 2016 suivie de sa réélection à la soviétique en 2021, la population centrafricaine ne cesse de vivre les pires moments de son histoire.

Un Président partenaire privilégié des groupes armés hier, aujourd’hui Garant de la Constitution qu’il continue de violer sciemment en intégrant les auteurs et complices des crimes odieux au cœur  du pouvoir exécutif centrafricain. Ensuite par sa politique d’exclusion systématique et de ruses motivée par la démagogie et le clanisme. Enfin, par sa volonté manifeste de modifier la Constitution sur laquelle il avait prêté serment d’observer scrupuleusement.

Un Président et homme de paix qui nous a présentés avec son clan un fameux dialogue entre les parents, amis et connaissances proches du pouvoir avec les appuis des soudoyeurs et supposées Opposition Démocratique. Balayant de revers la vraie Opposition Démocratique et la rébellion armée de prendre part à cette rencontre qui devait être une solution cohérente aux problèmes de l’heure.

Aux résultats, ceux qui estimaient que s’asseoir autour de table avec l’Opposition Démocratique et la rébellion armée revient au partage du gâteau, sont dans une concertation permanente avec les dissidents de l’Opposition Démocratique, Assane BOUBA et Adoulaye ISSENE pour la formation du prochain gouvernement et la modification de la Constitution. Tandis que la République ne cesse d’enregistrer les morts et blessures de ses filles et fils.

Ainsi, la Plate-forme des Jeunes Leaders de l’Opposition Démocratique (PJLOD ) constate avec beaucoup de regret que:

– Le régime de Mr Faustin Archange TOUADERA par sa gouvernance a bel et bien contribué de manière directe aux souffrances du peuple centrafricain;

– Est loin de trouver une réponse urgente et adéquate aux préoccupations de l’heure;

– Ce n’est pas Bitcoin qui nous démentira;

– La Centrafrique se résume qu’a Bangui, la capitale;

– Le Centrafricain est pris en otage dans son propre pays;

L’insécurité se généralise et devient de plus en plus très inquiétante;

– Nos éléments de force de défense et de sécurité sont assassinés sur le terrain comme des comme des mouches et pris en otage fautes moyens logistiques appropriés et du clanisme grandissant aux seins des Armées nationales sous le regard complice du Chef Suprême des Armées;

– La diplomatie de notre pays s’exécute par le tâtonnement et l’improvise;

– Les biens du pays sont systématiquement pillés par certains cadres intouchables et leurs alliés de circonstances;

La Justice centrafricaine fonctionne à deux pédales;

– Le Ministère de la Sécurité Publique est à la solde du MCU dans l’exécution de ses fonctions en accordant le « droit de marches  » au clan du pouvoir au détriment de l’Opposition Démocratique ;

– Le régime de Mr Faustin Archange TOUADERA s’érige désormais par une politique de terreurs car ceux qui dénoncent toutes les dérivés du régime sont considérés des Anti-Paix, traqués et leurs noms mis dans la liste des complices de la CPC;

La flambée des prix d’essences, produits de premières nécessités, nourritures, transports justifie la misère que vit le peuple centrafricain au quotidien mais cela semble guère préoccupée Mr TOUADERA avec son gouvernement qui s’activent à s’offrir un pouvoir de l’État à vie par la modification de la Constitution;

Par ailleurs, la Plate-forme des Jeunes Leaders de l’Opposition Démocratique (PJLOD) tient à informer l’opinion nationale et internationale qu’elle continuera à dénoncer et s’opposera par tous les moyens à des telles initiatives pouvant conduire notre pays à un régime politique dictatorial à vie bafouant ainsi les efforts de la démocratie en Centrafrique et réitère que le respect de la Constitution limitant le nombre des mandats présidentiels à deux est la traduction de l’esprit de la règle de gestion de pouvoir par l’alternance et restera la règle d’or pour une démocratie responsable, la paix et la stabilité des Centrafricains.

La PJLOD lance un vibrant appel à toute la Jeunesse centrafricaine du Nord au Sud et de l’Est à l’Ouest et aux hommes politiques d’être vigilants et de ne pas se laisser manipuler par une classe dirigeante qui, jusque-là, reste sourde aux vrais problèmes sociopolitiques de ses gouvernés mais affiche un ardent désir de s’éterniser au pouvoir Depuis l’accession au pouvoir de Mr Faustin Archange Touadera en 2016 suivie de sa réélection à la soviétique en 2021, la population centrafricaine ne cesse de vivre les pires moments de son histoire.

Un Président partenaire privilégié des groupes armés hier, aujourd’hui Garant de la Constitution qu’il continue de violer sciemment en intégrant les auteurs et complices des crimes odieux au coeur du pouvoir exécutif centrafricain. Ensuite par sa politique d’exclusion systématique et de ruses motivée par la démagogie et le clanisme. Enfin,.par sa volonté manifeste de modifier la Constitution sur laquelle il avait prêté serment d’observer scrupuleusement.

Un Président et homme de paix qui nous a présentés avec son clan un fameux dialogue entre les parents, amis et connaissances proches du pouvoir avec les appuis des soudoyeurs et supposées Opposition Démocratique. Balayant de revers la vraie Opposition Démocratique et la rébellion armée de prendre part à cette rencontre qui devait être une solution cohérente aux problèmes de l’heure.

Aux résultats, ceux qui estimaient que s’asseoir autour de table avec l’Opposition Démocratique et la rébellion armée revient au partage du gâteau, sont dans une concertation permanente avec les dissidents de l’Opposition Démocratique, Assane BOUBA et Adoulaye ISSENE pour la formation du prochain gouvernement et la modification de la Constitution. Tandis que la République ne cesse d’enregistrer les morts et blessures de ses filles et fils.

Ainsi, la Plate-forme des Jeunes Leaders de l’Opposition Démocratique (PJLOD ) constate avec beaucoup de regret que:

– Le régime de Mr Faustin Archange TOUADERA par sa gouvernance a bel et bien contribué de manière directe aux souffrances du peuple centrafricain;

– Est loin de trouver une réponse urgente et adéquate aux préoccupations de l’heure;

– Ce n’est pas Bitcoin qui nous démentira;

– La Centrafrique se résume qu’a Bangui, la capitale;

– Le Centrafricain est pris en otage dans son propre pays;

– L’insécurité se généralise et devient de plus en plus très inquiétante;

– Nos éléments de force de défense et de sécurité sont assassinés sur le terrain comme des comme des mouches et pris en otage fautes moyens logistiques appropriés et du clanisme grandissant aux seins des Armées nationales sous le regard complice du Chef Suprême des Armées;

– La diplomatie de notre pays s’exécute par de tâtonnements et l’improvise;

– les biens du pays sont systématiquement pillés par certains cadres intouchables du MCU et leurs alliés de circonstances;

– La justice fonctionne avec deux pédales;

– Le Ministère de la Sécurité Publique est à la solde du MCU en accordant le « droit de marches  » au clan du pouvoir au détriment de ceux de l’Opposition Démocratique;

– Le régime de Mr TOUADERA s’erige en terreur par une politique de chasse aux sorciers car ceux qui dénoncent les dérivés du régime sont considérés des Anti-Paix , traqués et leurs noms mis dans la liste des complices de la CPC;

– la flambée des prix d’essence, produits de premières nécessités, nourritures, transports, etc justifie la misère que vit le peuple centrafricain mais cela ne semble guère préoccupée Mr TOUADERA et son gouvernement qui s’activent plutôt sur leurs vœux de modifier la Constitution en vue de rester au pouvoir;

La Plate-forme des Jeunes Leaders de l’Opposition Démocratique (PJLOD) tient à informer l’opinion nationale et internationale qu’elle continuera à dénoncer et s’opposera par tous les moyens à des telles pratiques pouvant conduire notre pays à un régime politique dictatorial et à vie bafouant ainsi les efforts de la démocratie en Centrafrique.

Le respect de la Constitution limitant le nombre des mandats présidentiels à deux est la traduction de l’esprit de la règle de gestion de pouvoir par l’alternance et restera la règle d’or pour une démocratie responsable, la paix et la stabilité des Centrafricains.

La PJLOD lance alors un vibrant appel à toute la Jeunesse centrafricaine du Nord au Sud et de l’Est à l’Ouest et aux hommes politiques d’être vigilants et de ne pas se laisser manipuler par une classe dirigeante qui reste sourde et muette aux vrais problèmes de la République mais qui veut s’offrir le luxe en s’accrochant à vie au pouvoir.

Fait à le 15 juin 2022

Le Rapporteur général

Aimé Dounda

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here