Centrafrique : « Décès du commandant de police Eric Kiembet Kougbelanga » : La Police, une institution républicaine ou un dépotoir de malfrats ?

0
131

 

La Police : Institution Républicaine ou dépotoir de malfrats ? Décès du COMMANDANT DE POLICE Eric KIEMBET KOUGBELANGA

Les autorités de la Police Centrafricaine ont observé un mutisme sans précédent, suite à l’agression subie, dans le cadre de ses fonctions et sur les lieux de son travail, par le Commandant de Police Eric KIEMBET KOUGBELANGA, en poste à Birao.   Agressé par  quatre  brigadiers de police dans son bureau, sur ordre du Commissaire de la ville de Birao en contrat avec le bureau local de la MINUSCA, pour   un  problème de partage de PGA (Prime  Générale d’Alimentation), après la tenue des élections en Mars 2021, le  Commandant  Eric  KIEMBET KOUGBELANGA   a succombé le 06 juillet 2021, quelques jours  au lendemain de son évacuation à Bangui pour des soins à l’hôpital Communautaire de Bangui.

En effet, selon les propos et les écrits laissés par le Commandant Eric KIEMBET K. victime de l’agression, les faits se sont produits, en réaction à son refus catégorique de remettre la part de PGA devant revenir au Commissaire de la ville de Birao qui a signé un contrat avec le bureau local de la MINUSCA, et qui, de ce fait et par ce fait,  depuis lors n’occupe plus ses fonctions au Commissariat de ladite localité et n’a pas pris part à la sécurisation des élections.  Frustré par cette décision, somme toute fondée, il a instruit quatre (04) brigadiers, parmi lesquels un certain Adouma, qui se sont présentés au bureau du Commandant Eric KIEMBET K. Les quatre éléments, envoyés spécialement par le Colonel Commissaire de Birao pour récupérer sa prime globale d’alimentation, après des échanges infructueux, l’ont agressé physiquement, saccagé son bureau et puis ont emporté trois (03) armes AK et deux (02) chargeurs.

Après ce forfait, la victime a fait appel au Commandant des Forces Armées Centrafricaines et au Commandant de Compagnie de la Gendarmerie  pour le Constat et son évacuation au centre de santé à Birao. Le Commandant Eric KIEMBET KOUGBELANGA, victime de cette barbarie du moyen âge, a transmis un Compte Rendu à la hiérarchie au niveau central à Bangui. Il est resté sans suite à son écrit. Il faut préciser que le Commandant Eric a subi des dommages corporels au pied  droit, à savoir rupture du ligament de la cheville et fracture du péroné,  et des préjudices graves au niveau de la poitrine. A sa demande pour être évacué sur Bangui pour des soins médicaux, sa hiérarchie a observé un mutisme et sa situation sanitaire s’est véritablement dégradée, par la suite.

Finalement, transféré à Bangui pour des soins, grâce à la bonne compréhension et à l’intervention du Chef de Bureau de la MINUSCA à Birao, le Commandant Eric KIEMBET K. a subi en date du 07 juin 2021 une intervention chirurgicale à la cheville et au péroné à l’hôpital Communautaire. Cependant, la douleur à la poitrine a persisté et s’est compliquée. Réadmis en date du 05 Juillet 2021 à l’hôpital Communautaire pour ces mêmes douleurs à la poitrine, il en a succombé le 06 Juillet 2021.

Quelle suite doit-on alors réservée à cette dramatique et triste disparition d’un Officier de Police sans aucune intervention des autorités locales de Birao, de l’administration centrale et voire de ses supérieurs hiérarchiques ? Ce qui est sûr, les écrits du défunt Commandant Erick KIEMBET K. sont les preuves qui montrent à suffisance le laxisme des autorités de la police suite à une simple affaire de PGA qui lui a couté la vie. Sa disparition a laissé un vide dans sa famille, constituée de 07  enfants et d’une veuve, que nul ne peut combler.

Aux dernières nouvelles, la famille se réserve le droit, avec les preuves qu’elle a en sa possession, de porter cette affaire devant les juridictions compétentes en la matière.

Que ton âme repose en pais éternellement, mon COMMANDANT DE POLICE Eric KIEMBET KOUGBELANGA !

Un membre de la famille

La rédaction

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here